Par Nathalie Fontrel

pic de pollution en ile-de-france
pic de pollution en ile-de-france © reuters

Parce que la compensation permet d'absorber une partie de la pollution climatique émise par les activités humaines. La priorité, c'est évidemment de réduire les émissions de CO2. Mais si c'est impossible, on peut s'engager dans ce qu'on appelle la « compensation carbone » en investissant dans des projets écologiques : construction d'éoliennes, de panneaux solaires, reforestation…

Les particuliers comme les entreprises peuvent jouer le jeu. Les entreprises, justement, ont intensifié leurs investissements en 2012 : + 4% d'après le bilan annuel dressé par Ecosystème Market place.

  • Au final, cette compensation représente combien de tonnes de gaz carbonique ?

101 millions de tonnes. Cela parait dérisoire au regard de nos émissions mondiales : 35 milliards de tonnes de gaz carbonique. Avec une situation qui s'aggrave puisque nous émettons chaque année un peu plus. Mais devant l'inaction des Etats à réduire les gaz, pourquoi ne pas saluer l'effort des entreprises ? Elles sont, pour 43%, situées en Europe. Mais les Etats-Unis, dont on connait pourtant le scepticisme sur le changement climatique, sont leaders.

Quant à leurs motivations, même si elles affirment vouloir montrer l'exemple, elles en profitent pour communiquer sur leur action de lutte contre l'effet de serre. La compensation carbone, c'est aussi un argument de vente.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.