Par Laëtitia Saavedra

Les boîtes à bébés, c'est un endroit où une mère en détresse peut abandonner son enfant de façon totalement anonyme.

Une salle de naissance
Une salle de naissance © mathilde imberty

La version moderne des « tours d'adoption » apparues au Moyen-âge et relancées par l'Allemagne en 2000, après plusieurs affaires de nouveau-nés retrouvés dans des poubelles.

Le principe est simple : les boîtes à bébé se trouvent dans des hospices religieux ou des hôpitaux. Le parent ouvre une trappe vitrée et dépose son enfant dans un petit lit chauffant à 37 degrés. Une alarme se met en marche, puis les infirmières viennent récupérer le bébé, le temps que la mère s'éloigne sans être vue.

Si elle n'a pas repris son enfant dans les 8 semaines, il est confié à une famille d'adoption.

- Et cela fait donc polémique en Allemagne ?

Oui. Beaucoup d'associations veulent la suppression des boîtes à bébés. Elles estiment que cette pratique ne fait pas diminuer pas les statistiques des nouveau-nés tués.

Autre argument : ce système viole le droit de l'enfant à connaître ses origines. Une critique déjà formulée par l'ONU.

De son côté, le gouvernement d'Angela Merkel prépare un cadre légal à l'accouchement anonyme.

En France, une femme a le droit d'accoucher sous X et d'abandonner son enfant juste après, et l’enfant doit attendre l'âge du discernement pour avoir accès aux éventuelles informations laissées par ses parents à sa naissance.

De nombreuses associations réclament la suppression de l'accouchement sous X.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.