Par Valérie Cantié

cancer
cancer © Radio France / fotosinteresantes

Oui. Par exemple, un cancer de l'utérus peut présenter la même identité génétique qu'une tumeur de l'ovaire ou du sein.

Et la leucémie la plus fréquente chez l'adulte, la leucémie myéloïde aiguë, présente des gènes identiques à ceux d'autres tumeurs.

C'est ce que viennent de découvrir des chercheurs américains impliqués dans un vaste programme dont l’objectif est de décoder l'empreinte génétique de 10.000 tumeurs, dans une vingtaine de cancers différents.

Ils avaient déjà identifié des relations génétiques entre certaines tumeurs et les cancers du sein, du poumon et du colon. Par exemple, un type de cancer du sein présente des mutations génétiques très similaires à celui de l'ovaire. Ou encore, des cancers du colon ont souvent des mutations trouvées dans le cancer du sein.

Ces recherches génomiques bouleversent donc l'approche clinique du cancer et ainsi, forcément, les traitements.

  • Pourquoi ?

Parce que de plus en plus, le cancer est classé en fonction de ses caractéristiques génétiques, plus qu'en fonction de l'organe qu'il touche.

Ces recherches ouvrent donc la voie à des traitements plus efficaces : on traite l'identité génétique de la tumeur grâce à des thérapies ciblées, et l’on peut donc utiliser un même traitement pour un cancer de l'ovaire et un cancer du sein par exemple.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.