Par Philippe Lefebvre

Les raisons qui expliquent la baisse de presque 5% du chiffre d'affaire global du tourisme d'affaire sont multiples. Il y a bien sur la crise qui touche les entreprises, qui a incité nombre d'entre elles à « réduire la voilure ». Terminés, donc, les séminaires aux Seychelles pour motiver les commerciaux ; oubliés également les congrès ski aux pieds dans des hôtels de luxe.

Alors, dans le meilleur des cas pour les heureuses personnes concernées, si les séjours sont maintenus, ils durent moins longtemps et les hôtels ou les autres lieux d'hébergement sont un peu moins luxueux.

Autre phénomène marquant : les entreprises, pour organiser séminaires ou colloques, ne font plus forcement appel à des entreprises dont c'est la spécialité. Selon une étude du Salon du tourisme d'affaire, 76% d'entre elles organiseraient tout cela en interne.

- Y- a-t-il des raisons autres qu’économiques qui expliquent cette baisse ?

Oui : toujours cette étude, les entreprises, en dehors du prix, seraient de plus en plus soucieuses de la cohérence entre le lieu et le message à faire passer. C'est certain que quand une multi nationale va expliquer aux Bahamas comment elle contribue à lutter contre la fin dans le monde ça fait désordre.

Le bling-bling et l'ostentatoire ne sont plus de mise, enfin presque plus. Et d'ailleurs les déplacements lointains diminuent également puisque seul un quart des entreprises françaises organise encore des séjours en dehors de l'hexagone.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.