Par Philippe Lefebvre

Il n'y a pas de classement qualitatif officiel des aéroports internationaux. En revanche, si vous regardez toutes les études publiées en Europe ou ailleurs, comme aux Etats-Unis, vous arriverez à la même conclusion : l'aéroport le plus détesté au monde est Roissy-Charles de Gaulle, juste devant l’aéroport international de Los Angeles et Heathrow à Londres.

Manque de clarté des informations, absence de wifi gratuit, piètre qualité de la restauration -un comble au pays de la gastronomie !-, état souvent déplorable des sanitaires, et j'en passe… Voilà ce que l'on reproche au premier aéroport français et septième aéroport mondial en terme de trafic.

Tout cela ne tient bien entendu pas compte des situations de panique régulières, dès que le moindre flocon de neige tombe sur les pistes ou quand le glycol vient à manquer en plein hiver pour dégivrer les avions.

  • Peut-on faire quelque chose pour améliorer le cas de l’aéroport de Roissy ?

Oui, d'ici 2016, c'est ce que l'on nous promet régulièrement (on va faire semblant de le croire !), tout comme on nous promet que l'accueil et l'amabilité du personnel seront améliorés. Mais de ce point de vue là, il y a encore du travail.

Pour preuve, cette petite phrase entendue la semaine dernière, adressée à un taxi qui débarquait ses clients devant l'un des halls de Roissy et qui ne déchargeait pas les bagages assez vite aux yeux d'un employé d'Aéroports de Paris : « Ici ce n'est pas le client qui est roi, le roi c'est Aéroports de Paris ».

Une phrase qui en dit long sur la qualité de l'accueil.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.