Par Philippe Lefebvre

Pyramides - Tête au carré
Pyramides - Tête au carré © Radio France

Oui, les professionnels du tourisme égyptien reprennent espoir après une année 2012 totalement sinistrée, car aujourd’hui, les touristes reviennent et notamment les Européens : Anglais, Allemands, Italiens.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes au pied des pyramides s’il n’y avait pas une exception française, car le nombre de touristes français continue de baisser.

En septembre dernier, nous étions à la sixième place au classement du nombre de visiteurs dans le pays, mais durant les trois premiers mois de cette année, nous sommes passés à la onzième place.

Pourtant, le pays a renforcé ses dispositifs de sécurité, que ce soit sur les sites archéologiques ou pour les vols en montgolfière après le drame de Louxor. Mais visiblement, le message a du mal à passer dans notre pays.

- Comment expliquer cette exception française ?

Peut-être parce que d'un côté, les professionnels du tourisme préfèrent désormais vendre des destinations « sans mauvaises surprises », comme les grèves ou les manifestations.

Et peut-être, aussi, parce que les autorités égyptiennes ne considèrent plus forcement la France comme un marché porteur.

Mais c'est bien dommage, car en ce moment, on peut vivre de belles expériences : visiter les pyramides sans faire la queue ou profiter des répliques de navires du début du XXème siècle qui assurent désormais sur le Nil la liaison entre le Caire et Assouan à des prix assez raisonnables.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.