Par Danielle Messager

Cette maladie de Charcot, maladie neurologique dégénérative, dont le nom scientifique est « Sclérose Latérale Amyotrophique » (SLA), va faire l'objet d'une étude sans précédent en France, incluant 1400 personnes, dont 1000 malades, le reste étant composé de populations dites « témoins » et bien sûr volontaires.

Il y aura 100 proches des malades pour mettre en avant de possibles causes familiales, et 300 malades atteints d'autres pathologies neurologiques, comme les maladies d'Alzheimer ou de Parkinson. La maladie de Charcot, avec 1000 nouveaux cas par an, est la maladie neurologique chronique la plus courante après Alzheimer.

- Si on lance cette étude c'est qu'il n'existe pas grand-chose, actuellement, pour venir à bout de la maladie de Charcot.

Malheureusement oui : les cellules nerveuses qui contrôlent les muscles moteurs sont progressivement détruites, entrainant une paralysie puis des troubles respiratoires, avec une évolution de quelques mois à quelques années.

C'est dire si les malades et leurs familles comptent beaucoup sur cette recherche qui permettra de constituer des banques de données génétiques, biologiques, qui seront partagées par les chercheurs du monde entier pour connaitre à la fois les causes de la maladie, que l'on ignore encore aujourd'hui, pour essayer de deviner comment elle peut évoluer, et évidemment pour faire naître l'espoir d'un traitement..

Cette grande étude va durer une dizaine d'années et les chercheurs pensent obtenir de premiers résultats d'ici 3 à 4 ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.