Par Sonia Bourhan

Les lycées sont désormais jugés sur la préparation au baccalauréat
Les lycées sont désormais jugés sur la préparation au baccalauréat © Maxppp / Olivier Ogeron

C'est la question que se posent certains professeurs. La réforme du lycée du précédent ministre de l'Education, Luc Chatel, s'applique cette année à la classe de terminale. Les programmes ont changé, des épreuves du bac ont été modifiées, mais le problème, c'est que dans certaines matières, les enseignants n'ont pas eu de sujets-zéro. Vous savez, ce sont des sujets types qui permettent de mesurer ce qu'attendent les correcteurs et de voir des exemples d'exercices.

Sans eux, il est très difficile de bien préparer les élèves.

Même dans les disciplines, où il y a eu des sujets-zéros, il manquait les barèmes et les consignes. C'est le cas en Sciences Economiques et Sociales : il y a une nouvelle épreuve, qui s'appelle l'épreuve composée. Et les professeurs se sentent un peu désarmés pour dire à leurs élèves jusqu'où il faut aller dans le détail des notions à apprendre.

Sur le site de l'Etudiant, qui relate ces difficultés, des élèves racontent avoir eu des consignes très différentes d'un lycée à l'autre.

- Comment cela va-t-il se passer ?

Certains pensent que les correcteurs feront preuve d'indulgence, de bienveillance, qu'ils tiendront compte du fait que les élèves sont les premiers à passer ces nouvelles épreuves.

Au final, les commissions d'harmonisation trancheront.

Mais attention quand même à ne pas croire que le bac est dans la poche. L'an dernier, pour l'épreuve d'histoire-géographie de la série S qui se passait à la fin de la 1ère, des élèves avaient eu de mauvaises surprises, avec des notes plus basses que leur moyenne habituelle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.