Par Philippe Lefebvre

les contestataires turcs remobilisent à istanbul
les contestataires turcs remobilisent à istanbul © reuters

Parce que la Turquie faisait partie jusqu'à il n'y a pas si longtemps, des destinations « refuges » pour les touristes qui ne voulaient plus aller en Tunisie, par exemple.

Mais effectivement, depuis 8 jours, la donne à changé. Le ministère des Affaires étrangères français ne déconseille pas à proprement parler de se rendre dans le pays. Toutefois, il recommande de ne plus se rendre dans certains quartiers d'Istanbul, Izmir ou Ankara.

Du côté des tour-operators, on essaye de limiter la casse. On se veut rassurant, histoire de ne pas perdre trop de clients. Ainsi, l'un des principaux organisateurs de voyages spécialisé sur la Turquie propose des conditions de reports de départs facilitées et pour les clients qui seraient déjà sur place et qui estimeraient que leur sécurité est menacée, des rapatriements sans frais pourraient être envisagés.

  • Quelle est donc la situation dans les hôtels ou les clubs de vacances ?

Sur la côte méditerranéenne, où l'on fait plutôt du tourisme de masse, pour le moment aucun problème n'est signalé.

En revanche, à Istanbul, les hôtels voient leurs réservations baisser de 10% à 35% : un coup dur quand on sait que la Turquie reçoit chaque année 31 millions de visiteurs étrangers et que le tourisme rapporte annuellement 30 milliards de dollars au pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.