Par Sonia Bourhan

Salle de classe, école
Salle de classe, école © CC Marianna

Elle va tout simplement être supprimée. Instaurée en 2008, par l'ancien ministre Xavier Darcos, l'aide personnalisée était un dispositif pour aider les élèves les plus en difficulté. Une demi-heure par jour, à l'heure de la pause déjeuner ou après la classe le soir. C'était aussi une façon de compenser la suppression progressive des postes de RASED, les enseignants spécialisés chargés de l'aide aux élèves. L'aide personnalisée était assurée par tous les professeurs et faisait partie de leurs obligations de service.

Avec la réforme des rythmes scolaires, le ministre de l'Education va mettre en place des activités pédagogiques complémentaires, les APC, qui elles aussi feront partie des missions de tous les enseignants. Ce sera pendant le temps périscolaire, après la classe. Ca peut être du soutien scolaire ou une activité type théâtre, ou journal d'école. Le contenu sera plus large.

- Pourquoi ce changement, l'aide personnalisée n'était-elle pas efficace ?

Non, pas du tout. Des enquêtes ont montré que c'était un bon moyen d'aider les élèves pour des difficultés passagères, de leur redonner confiance. En revanche, ça ne suffisait pas pour les difficultés plus lourdes, pour les élèves en échec scolaire. Le point négatif aussi, c'est que ces heures étaient placées à des moments de la journée où les élèves auraient eu besoin de jouer avec leurs camarades, de décompresser. Mais globalement, l'aide personnalisée a tout de même eu des effets positifs. Seulement, elle rappelle peut-être un peu trop l'ère Sarkozy et un changement de nom s'imposait.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.