Par Nathalie Fontrel

Ils appellent à manifester aujourd'hui dans toute la France contre la directive « nitrate ». Les nitrates sont issus de la fertilisation des sols, avec des engrais naturels ou chimiques.

Mais à forte dose, ils rendent l'eau impropre à la consommation et provoquent les fameuses marées vertes qui maquillent les plages bretonnes. La réglementation européenne date de 1991 et la France ne la respecte toujours pas. L'Europe la menace de lourdes sanctions financières et c'est pour tenter d'y échapper que le ministère de l'Agriculture a révisé la liste des zones vulnérables où il est impératif de protéger les captages d'eau et les nappes phréatiques : 1 500 communes ont été ajoutées aux 18 000 déjà concernées par la pollution de l'eau.

  • La réglementation impose des contraintes aux agriculteurs.

Les engrais ne sont pas des poisons, à condition de mettre la bonne dose au bon endroit et au bon moment. Et d’éviter, notamment d'enrichir les champs lorsqu'il va pleuvoir. Il faut donc doubler les capacités de stockage du lisier et du fumier, et ça coûte aux éleveurs. Il faut éviter d'épandre les engrais sur des terrains dont la pente est supérieure à 7% pour éviter que tout dégringole dans les ruisseaux et les rivières. Les agriculteurs estiment que la directive « nitrate » va interdire la culture de 3 millions d'hectares de terres.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.