ParDanielle Messager

Respiradom
Respiradom © Respir@dom

En France, ce sont plus de 500 000 personnes qui, pour soigner leur apnée du sommeil, ces pauses respiratoires qui peuvent entrainer des problèmes cardiaques, utilisent des systèmes de ventilation à pression positive continue.

Il s'agit en fait d'une petite machine reliée à un masque, que les patients portent pendant la nuit pour recevoir l'air qu'ils n'inspirent pas quand ils sont en apnée. Mais comme c'est malgré tout assez contraignant, des malades abandonnent ce traitement, surtout au cours des premiers mois. La télémédecine va venir à leur aide.

  • C’est contraignant car aujourd’hui, il faut l’intervention régulière d’un technicien pour savoir si l’appareil fonctionne de façon optimale, alors comment la télémédecine va-t-elle venir en aide aux patients ?

200 patients vont être inclus dans une étude qui s'appelle « Respir@dom » : une puce est insérée dans l'appareil, relié à un réseau qui possède les données médicales sécurisées du patient.

Ce n'est pas un mouchard qui va donner des informations privées du style : à quelle heure est branché l'appareil ? Dans quelle pièce ? Etc. Non, il indiquera juste combien de temps il est utilisé et s'il présente des défaillances, sachant que pour avoir des bénéfices thérapeutiques, le masque doit être porté pendant au moins 4 heures la nuit. S'il est porté moins longtemps, ou s'il y a des fuites d'air, tout cela apparaitra dans le télé-suivi. Un spécialiste entrera alors en contact avec le patient pour l'aider à mieux utiliser le système. Cette étude va durer toute l'année. Le service pourra ensuite être généralisé à l'ensemble des patients.

Les liens

Respiradom

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.