Par Laëtitia Saavedra

Mosquée de Paris
Mosquée de Paris © Radio France / Daderot, Wikimedia

Le Ministre de l'Intérieur veut des imams français formés en France ; il en a fait sa priorité. Il a donc mandaté l'un des meilleurs spécialistes en droit des religions : l'universitaire Francis Messner, qui devrait remettre un rapport cet été.

Sur les 1800 imams présents en France, 25% sont Français. Les autres viennent en majorité du Maroc, d'Algérie, de Tunisie et de Turquie, pour une durée de 4 ans. La plupart sont donc formés à l'étranger ou sont autodidactes.

En France, seuls 3 centres de formations existent : celui de la Grande Mosquée de Paris ; un autre dans la Nièvre, appartenant à l'UOIF (Union des organisations islamiques de France, proche des frères Musulmans) et un troisième à la faculté de Strasbourg.

- Cette volonté de former les imams en France vient-elle du gouvernement actuel ?

Non, cela fait 20 ans que tous les gouvernements tentent d’organiser cette formation. L'idée est de lutter contre le fondamentalisme et la radicalisation. Le Conseil français du culte musulman était censé avancer sur ce dossier, mais il n’en a rien été.

L'universitaire mandaté devra donc évaluer les lieux de formation théologique existants, ainsi que d'autres filières de formation dite "civiques" et républicaines". Elles existent à Paris, Strasbourg et Lyon, et s'adressent à des imams français et étrangers. On leur enseigne la langue française, le droit des associations, ou encore la loi sur la laïcité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.