Par Sonia Bourhan

l'éducation nationale épinglée par la cour des comptes
l'éducation nationale épinglée par la cour des comptes © reuters

Les 3/4 des professeurs du second degré assurent des heures supplémentaires. Ces chiffres viennent d'une étude récente de la DEPP, le service des statistiques du ministère de l'Education.

En raison des suppressions de postes des dernières années, sous l'ère Sarkozy et d'une hausse des effectifs d'élèves, il a fallu recourir davantage aux heures supplémentaires. Les enseignants ont été plus sollicités. En particulier les professeurs de lycées.

78% d'entre eux ont au moins une heure supplémentaire de cours par semaine. Ce taux monte à 87% chez les professeurs de classes prépas et à 91% chez les professeurs de BTS, qui ont en moyenne 3 heures en plus par semaine.

Ce sont souvent des agrégés. Ils ont un temps de service de 15 heures par semaine, contre 18 heures pour les professeurs certifiés. Ils acceptent donc plus facilement d'amplifier leur temps de travail.

- Quel est leur profil ? Ce sont surtout de jeunes enseignants qui veulent augmenter leur rémunération ?

Non, pas forcément : ce sont les 40-50 ans qui font le plus d'heures supplémentaires. Les jeunes enseignants consacrent plus de temps à la préparation de leurs cours. Et puis, comme on l'a vu, ce sont surtout des agrégés qui assurent ces cours. 84% des agrégés ont une heure supplémentaire ; 43% font plus de deux heures en plus par semaine.

La rémunération est aussi plus conséquente pour eux : la première heure supplémentaire est payée 123 euros bruts pour un titulaire de l'agrégation, contre 71 euros bruts pour un titulaire du CAPES.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.