ParDanielle Messager

Ambroisie, jardin de Périgueux
Ambroisie, jardin de Périgueux © Père Igor

Pour éviter qu'à partir du mois d'août et surtout en septembre, des dizaines de milliers de personnes ne soient victimes de manifestations allergiques qui vont, pour les moins graves, de la rhinite à la conjonctivite jusqu'à, pour les plus sérieuses, des difficultés respiratoires, des crises d'asthme, en passant par de la toux, de l'urticaire ou de l'eczéma.

Car l'ambroisie est une plante invasive dont le pollen, émis en fin d'été, est particulièrement allergisant.

En France, c'est la région Rhône-Alpes qui est la plus touchée: l'an dernier, environ 170 000 personnes, rien que dans cette région, ont été victimes de ce type d'allergie, pour un coût de soins de 15 millions d'euros.

- Quand faut-il agir ?

Avant l'émission du pollen (à la fin de l'été donc) et la floraison mi-juillet, et dès maintenant : l'ambroisie est suffisamment développée pour l'éliminer.

Car il n'y a pas d'autres solutions que la détruire, si l'on veut éviter ses nuisances : l'arracher, la tondre, la faucher.

Ne le faites pas vous-mêmes si vous êtes allergiques.

Le contact avec la plante est déconseillé car même non fleurie, l'allergène est présent en petite quantité dans la sève. Jusqu'à la fin du mois, de nombreuses collectivités vont mettre en place des réunions d'information.

Si vous ne savez pas bien à quoi ressemble cette plante qui ne nous veut pas du bien, allez sur le site de l'observatoire des ambroisies: ambroisie.info

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.