Par Emmanuelle Daviet

smartphone
smartphone © CC MIKI Yoshihito

Le succès se traduit d'abord en chiffre : 3,5 millions d'élèves, 15.000 établissements scolaires et près de 2.000 médias mobilisés. Il faut savoir que depuis six ans, l’éducation aux médias est inscrite dans le socle commun de connaissances que tout élève doit maîtriser en fin de scolarité obligatoire, donc vers 15 ans. Et donc chaque année, de plus en plus d'enseignants et de journalistes participent à cette manifestation pour permettre aux élèves de comprendre le système des médias, former leur jugement critique, développer leur goût pour l’actualité et forger leur identité de citoyen.

- Alors est-ce que les élèves, et les jeunes en général, lisent encore la presse écrite ?

Selon une étude du ministère de la Culture, dans les années 80, 1 jeune sur 5 lisait régulièrement un quotidien. Actuellement, on n'en compte plus qu'1 sur 10.

Les jeunes puisent aujourd'hui les infos sur le web où il n'est d'ailleurs pas toujours simple, pour eux, de faire le tri d'où l'importance d'une éducation aux médias pour savoir comparer les informations, analyser les faits savoir faire la part entre l'essentiel et l'anecdotique. De plus en plus de 15-24 ans (alors c’est vrai, on s’éloigne un petit peu des élèves des collèges et des lycées), de jeunes utilisent leur smartphone pour s’informer, selon Médiamétrie. 56% d'entre eux consultent des articles de presse ou d’actualité. Quant à la télévision, 28% des jeunes la regardent depuis leur smartphone.

Evénement(s) lié(s)

Semaine de la presse et des médias dans l'école (24ème édition)

Les liens

Le site du CLEMI

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.