Par Danielle Messager

Prématuré
Prématuré © kqedquest

En fait, les complications peuvent être deux fois plus élevées pendant la grossesse chez une femme née avant terme. Chez une femme née à terme, c’est environ une fois sur dix. Chez une femme qui est née par exemple avant trente-deux semaines de gestation, c'est une fois sur cinq.

C'est une étude canadienne menée au centre hospitalier Sainte-Justine et à l'université de Montréal qui publie ces chiffres, étude sur un groupe conséquent de plus de sept-mille quatre cents femmes. Elle démontre, pour la première fois, que c'est le seul fait d'être née avant terme, donc en général avec un plus petit poids, qui va entrainer des problèmes pendant la grossesse, vingt ou trente ans plus tard.

  • Quels types de complications cela pourrait-il entrainer ?

Essentiellement de l'hypertension, du diabète, une pré éclampsie (un état caractérisée, entre autres, par des œdèmes) qui peut entrainer des souffrances pour le fœtus et une hémorragie pour la mère.

Ce risque de complication augmente selon le degré de prématurité. Une femme enceinte qui est née à sept mois courre ainsi plus de risques qu'une autre née à huit.

Comme de plus en plus de prématurés survivent (au Québec, 7% des jeunes adultes sont nés avant terme), les femmes concernées devront être particulièrement suivies quand elles se retrouveront enceintes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.