Par Danielle Messager

Le dépistage du cancer du sein
Le dépistage du cancer du sein © Detailbick Fotolia

La baisse des dons. Car si, heureusement, tous les malades sont soignés par le service public et l'argent public, les dons interviennent toutefois pour une bonne part dans la recherche et l'accompagnement des malades.

La Ligue contre le cancer est d'ailleurs le premier financeur privé de la recherche, et elle tire aujourd'hui le signal d'alarme, car en 1 an, elle a perdu 24 000 dons, soit l'équivalent d'environ un million d'euros. Ce n'est pas rien, car dans le domaine de la recherche, ça signifie qu'un projet sur trois n'est pas financé.

Dix équipes de chercheurs pourraient en faire les frais, à un moment où la lutte contre le cancer passe par des thérapies de plus en plus ciblées.

- L a recherche en pâtirait, mais aussi le quotidien des malades.

Oui, car la Ligue finance aussi un accompagnement matériel, psychologique, une aide pour la maison quand un parent -souvent la mère-doit être hospitalisé. 18 000 familles demandent chaque année à bénéficier de cette aide.

Avec la chute des dons, la Ligue serait obligée d'en rayer 2000. C'est Outre-mer que la situation est particulièrement critique. Ainsi, cette année, 13 familles ont pu bénéficier d'une aide d'urgence contre une cinquantaine l'année précédente.

Il ne faut donc pas oublier que la lutte contre le cancer passe aussi par ces dons, ces financements privés, car l'argent public ne peut répondre à tout.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.