Par Laëtitia Saavedra

Benoît XVI
Benoît XVI © MATEUS

Benoit XVI a défendu le modèle de la famille traditionnelle, basée sur le mariage d'un homme et d'une femme. Il l'a dit vendredi dernier à une trentaine d'évêques français réunis à Castel Gandolfo, en Italie. Il les a même incités à mener un combat « qui n'est pas d'arrière garde », a-t-il ajouté. Et ce, alors que le gouvernement français s'apprête à légaliser le mariage pour les couples homosexuels.

En clair, le Pape dit aux évêques français : « ne lâchez rien ».

- Quel est l'enjeu d’une telle déclaration, pour Benoit XVI ?

Il est d'abord symbolique, parce que dans le cœur du Vatican, la France est « la fille aînée de l'Eglise ». Cela remonte à la conversion du roi Clovis au catholicisme. Et puis l'Eglise française a participé au rayonnement de l'église dans le monde ; elle doit donc montrer l'exemple.

Du coup -et c'est là un enjeu réel-, si la France légalise le mariage homosexuel, ce sera en Europe le dernier gros bastion qui basculera, à part d'Italie et l'Allemagne.

Enfin, comme le rappelle Christian Terras, le rédacteur en chef de la revue catholique progressiste Golias , ces déclarations du Pape interviennent alors que le Vatican est en pleines négociations pour réintégrer les Lefebvristes, des traditionnalistes sans doute revigorés par cet appel de Benoit XVI à lutter contre le mariage homosexuel.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.