Par Philippe Lefebvre

Avion Ryanair
Avion Ryanair © Radio France / eisenbahner

Non et l’on peut même dire qu'il y en a certaines qui ont inventé le concept de « bétaillère volante ». C'est la cas, par exemple, de Ryanair : avions à la propreté discutable, mépris pour les passagers, et puis j'allais oublier le risque de ne pas arriver dans le bon aéroport quand il n'y a plus de kérosène dans l'avion, quoi qu'il paraît maintenant que les pilotes pourront refaire le plein où bon leur semble, et non là où c'est le moins cher.

Heureusement, on observe que d'autres compagnies à bas coût se préoccupent de leurs clients : les hôtesses et stewards sont souriants, les procédures et l'embarquement n'ont rien à envier aux compagnies traditionnelles et les consignes de sécurité peuvent devenir drôles.

C'est le cas chez Pegasus Airlines : la compagnie turque ayant mis en scène des jeunes enfants qui jouent à l'hôtesse, au pilote et au passager.

Parfois, c'est un peu étrange de constater qu'alors que vous n'êtes pas encore sorti de l'avion, ces mêmes hôtesses font le ménage. C’était le cas récemment sur Vueling, la filiale low-cost d'Iberia.

  • Voilà pour les vols moyens courrier. Mais y a-t-il des low cost long courrier ?

Oui. Sur les Antilles, par exemple, il y a XL Airways, qui propose certains vols aller-retour à moins de 400 euros seulement. A ce prix-là, vous avez un léger repas chaud et le reste est payant.

Côté distraction, pas d'écran dans les sièges comme sur la plupart des autres compagnies, mais des écrans collectifs à l'ancienne et si vous voulez en profiter, les écouteurs vous seront facturés 3 euros..

Ce n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux, mais cela peut être une bonne occasion de visiter les Antilles pour pas cher. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.