Par Valérie Cantié

natalité stable au sein de la population française en 2012
natalité stable au sein de la population française en 2012 © reuters

Il y a un secteur où la France est mal située selon les chiffres du Programme de santé de l'Union européenne : le taux d'enfants morts nés. La France a le taux le plus élevé d’Europe.

Ce chiffre peut s'expliquer par le fait que 40 à 50 % des mort-nés en France seraient attribuables à des interruptions médicales de grossesse. La France applique une politique très active de dépistage des anomalies congénitales et une pratique des Interruptions médicales de grossesse relativement tardive, alors que dans d'autres pays, elles sont plus souvent réalisées avant 22 semaines de grossesse.

- La France est-elle mieux placée sur les autres indicateurs de santé des nouveaux nés?

Disons qu'elle ne se trouve jamais parmi les cinq pays ayant les meilleurs résultats. Le nombre de prématurés est en légère hausse et la France est au 10ème rang, après l’Islande, l’Irlande, l’Estonie, la Finlande, la Suède et la Norvège.

Le taux de grossesses multiples augmente en France, alors qu'il diminue dans d'autres pays : 17,4 grossesses gémellaires pour 1 000 femmes venant d’accoucher.

Le ratio de mortalité maternelle est de 8,4 pour 100.000 naissances en France. La moyenne européenne se situe entre 0 à 25 pour 100.000 naissances.

Les césariennes, elles, sont en baisse, et la France est passée du 13ème au 6ème rang européen.

Les liens

Rapport Euro-Peristat sur la périnatalité

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.