Par Emmanuelle Daviet

Aujourd'hui, le conseil d'administration qui gère Sciences Po, nomme son administrateur et demain, le conseil de direction de l'Institut d'Etudes Politiques désigne le directeur. Traditionnellement, la même personne cumule les deux fonctions. Le directeur est ensuite nommé par décret de l'Elysée.

Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur, avait demandé d'attendre le 22 novembre, jour de la publication officielle du rapport définitif de la Cour des comptes. Un rapport sorti il y a trois semaines dans le Journal Le Monde et qui fustige la gestion de Sciences Po Paris durant l'ère Richard Descoings. Les choses, donc, s'accélèrent.

  • Plusieurs candidats briguent le poste.

Ils sont quatre : le directeur par intérim Hervé Crès, Jean-Michel Blanquer, directeur de l'enseignement scolaire à l'Education nationale, le politologue Dominique Reynié et le diplomate Gilles Andréani. Les favoris sont Hervé Crès et Jean-Michel Blanquer.

Hervé Crès souhaite notamment la création d'un collège universitaire sur sept campus internationaux.

Pour Jean-Michel Blanquer, ancien recteur de Créteil, il faut poursuivre l'ouverture internationale et sociale entreprise par Richard Descoings. Pour la gestion, il estime qu'il y a « un effort à faire côté dépenses et recettes ». Il souhaite également une réflexion sur la culture générale, dont l'épreuve disparaît du concours d'entrée en 2013.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.