Par Nathalie Fontrel

Marais Poitevin Moutons
Marais Poitevin Moutons © Radio France

Pour alerter l'opinion publique sur leur disparition. En un siècle, les marais, les lagunes, les tourbières ont diminué de moitié dans le monde.

Aujourd'hui, elles ne représentent plus que 3% du territoire en France. Les zones humides ont d'abord été victimes de leur mauvaise réputation : les feux follets et les sorcières y trouvaient refuge, les moustiques aussi.

Assécher les marais est vite devenu une priorité pour cultiver la terre. Avec des paradoxes : les primes à l'irrigation succèdent aux aides financières accordées pour drainer les zones humides.

Elles disparaissent aussi sous le bitume et le béton.

  • Et pourtant, elles sont essentielles à la régulation de l'eau.

Elles servent d'éponge en cas de crue. Elles stockent l'eau et la restituent lentement au milieu naturel: ce sont des parades contre les inondations.

Elles sont aussi des agents anti pollution, car elles filtrent l'eau et retiennent les polluants.

La moitié des espèces d'oiseaux dépendent des zones humides et elles abritent 30% des espèces végétales et remarquables. Il y a plus de 40 ans maintenant, 160 pays ont signé la convention Ramsar de protection des zones humides. Près de 187 millions d'hectares bénéficient de ce statut et samedi prochain, pour la journée mondiale des centaines de sites vont accueillir le public.

Les liens

Les zones humides

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.