C'est un projet faramineux, un projet dingue, un projet fou... Mais ce sont parfois les projets les plus fous qui se réalisent... Branle-bas de combat sur l'île de Rhodes, l'île grecque la plus importante du Dodécanèse, qui accueillera le mois prochain un grand congrès de scientifiques, qui vont plancher sur cette question : est-il possible de reconstruire le colosse de Rhodes, l'une des sept merveilles du monde ? Une info glanée dans les pages de ÇA M'INTERESSE HISTOIRE... Projet faramineux, projet dingue, projet fou. Aujourd'hui, sur les sept merveilles du monde listées dans les livres, une seule est encore en état : c'est la pyramide de Khéops en Egypte... Le phare d'Alexandrie, les jardins de Babylone et le temple d'Artémis ont disparu depuis longtemps... Quant au colosse de Rhodes, statue en bronze de 32 mètres qui représentait le dieu solaire Hélios, elle fut détruite par un séisme en - 227... Alors, peut-on le reconstruire ? Certains disent "oui", d'autres disent "non", ces-derniers avançant deux arguments majeurs. D'abord, on ignore totalement l'emplacement d'origine du monument antique... Et puis il y a le coût... Un coût exorbitant, qui pourrait approcher les 100 millions d'euros... Et vu l'état actuel des finances de la Grèce, il est franchement peu probable que ce projet fou ce concrétise un jour...

Et Vladimir Poutine, quel sont donc ses projets ? C'est, ce matin, la question qui agite toute la presse... Pour preuve, ce titre à lire dans LE PARISIEN : "Jusqu'où ira Poutine ?" Et à la Une du JDD : "Qui a donc tué Boris Nemtsov ?" Jusqu'où ira Poutine et qui a tué Nemtsov... Poser ces deux questions, comme ça, l'une à la suite, laisse d'emblée penser que le président russe n'est pas étranger à l'assassinat de son opposant... Personne, dans les journaux, ne va jusqu'à le mettre en cause directement, mais tout le monde s'interroge, à l'instar d'Hélène Blanc, une politologue spécialiste de la Russie, interviewée dans LE PARISIEN...

"Est-il hâtif de désigner le Kremlin derrière l'assassinat de Boris Nemtsov ?" lui demande le journal. Nemtsov, un farouche adversaire de la guerre menée en Ukraine...

Réponse : "Je doute que le Kremlin n'ait pas été informé de cette élimination. Depuis quinze ans, Poutine a mis son pays en coupe réglée... Et Nemtsov est un nom de plus dans la liste des opposants assassinés car gênants, de la journaliste Anna Politowskaïa au dissident Alexandre Litvinenko... Sans parler de ceux que l'on jette en prison... Journalistes, politiques, magistrats, écologistes, défenseurs des droits de l'homme... Tous ceux qui n'entrent pas dans le système corrompu de Poutine sont des cibles potentielles..."

Et pourtant, Poutine reste populaire… Très populaire, même, en Russie ?

"Il faut se méfier des sondages", tempère la chercheuse... "Les Russes ne répondent jamais ce qu'ils pensent vraiment, ils répondent ce qu'il est prudent de penser..."

Mais alors quel est son projet, son dessein politique ?

"Son but est d'étendre sa zone d'influence, d'installer aux portes de la Russie des régimes choisis par lui... Il ne rendra jamais la Crimée et ne lâchera pas en Ukraine... Il veut punir les Ukrainiens de leurs velléités d'indépendance... Pour lui, la chute de l'URSS est une catastrophe géopolitique... Il n'avale pas non plus la chute du mur de Berlin et vous verrez qu'un jour, il réclamera l'ex-RDA à l'Allemagne. Avec lui, il ne s'agit pas de patriotisme, mais d'ultranationalisme."

Récupérer l'ex-RDA... Projet dingue, projet fou.

Dans son éditorial, Jean-Marie Pontali évoque, lui, le retour d'une confrontation Est-Ouest "aux allures de guerre froide... Tous les ingrédients y sont : agitation diplomatique, menaces et bruits de botte. Et même l'assassinat d'opposants politiques."

Même alors qui a tué Boris Nemtsov ? Le saura-t-on un jour ? Camille Tétrault-Farber, dans LE JOURNAL DU DIMANCHE, se montre assez peu optimiste... Elle parle même d'une "enquête impossible"... Tout simplement parce que c'est au FSB, ex-KGB dont Poutine fut le patron, qui a été chargé de mener les investigations... Et jusque-là, jamais le FSB n'a inquiété ceux que l'on a pu soupçonner d'avoir commandité de tels assassinats...

Dans le journal, interview de l'historien Andreï Gratchev, ex-conseiller de Michaël Gorbatchev... "Ce crime, dit-il, est la manifestation de la dégénérescence de la situation politique de la Russie actuelle..." Il évoque l'hystérie anti-occidentale promue par Poutine et souligne qu'hier, à côté des bouquets de fleurs déposés sur le lieu de l'assassinat, on a pu voir sur des pancartes les mots "Je suis Nemtsov"...

Dans la presse, ce matin, on parle également d'élections : les élections départementales...

Elles auront lieu dans trois semaines et LE COURRIER DE L'OUEST fait le point sur "Les départements qui pourraient basculer"... Entre 30 et 40 départements, qui pourraient basculer à droite... Face à une gauche sens dessus dessous, et un FN au centre du jeu, l'UMP, dixit le journal, devrait réussir à tirer les marrons feu...

Une gauche sens dessus dessous... Preuve avec ce sondage dans LE PARISIEN... Une enquête ODOXA sur les frondeurs du Parti socialistes... Sondage, en l'occurrence, très positif, car ils sont globalement jugés "utiles" et "courageux", "proches des convictions des Français", "avec des convictions profondes"... "Bref, les Français considèrent qu'ils sont dans leur rôle", commente Gaël Sliman, président de l'institut. Mais il note que ce mouvement manque d'incarnation... Entre Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Martine Aubry, pas de leader incontesté...

Hamon, on le retrouve d'ailleurs à la Une de CHALLENGE, qui le classe parmi les "empêcheurs" - ceux qui cherchent à bloquer la France...

Analyse nettement plus bienveillante dans l'hebdo POLITIS, qui se demande jusqu'où iront les frondeurs, mais note toutefois qu'ils sont arrivés aujourd'hui au bout de leur stratégie... "J'essaie de sauver le PS plutôt que de le fuir", explique le député d'Indre-et-Loire Laurent Baumel...

"J'essaie de sauver la gauche", confie, en substance, de son côté, Henri Emmanuelli dans les colonnes du JDD... Emmanuelli, qui n’est pas le colosse de Rhodes, mais le colosse des Landes… A 69 ans, l'ancien premier secrétaire du PS brigue un nouveau mandat de président du conseil général des Landes et il envoie quelques piques à l’adresse du gouvernement et des responsables socialistes... Bruno le Roux, le président du groupe à l'Assemblée : il ne faudrait pas qu'il se prenne pour le sergent Garcia... Emmanuel Macron : il est sympathique, mais il n'est pas fait pour la politique...

Les rugbymen français seront-il un jour considérés comme des merveilles du monde ? Pas sûr si l'on en juge par les commentaires de la presse ce matin... Hier, le XV de France a été battu 20 à 13 par le Pays de Galles... "Les Bleus ont la tête à l'envers", commente LA DEPÊCHE DU DIMANCHE, tandis que L'EQUIPE lance à sa Une : "Ca ne peut plus durer" !

Le ballon ovale tricolore n'est donc pas à la fête... En revanche, les grands-mères les sont... D'où ce titre mignon, tout mignon, tout mignon dans le quotidien NORD LITTORAL : "Faites des mamours à vos mamies"...

Enfin, autre histoire de mamours... Même une histoire de grand amour en manchette de LA VOIX DU NORD... C'est l'histoire d'une maison que l'on a rasé cette semaine... Maison située dans un petit village de pêcheurs, à mi-chemin entre le Touquet et Boulogne-sur-Mer... Elle était menacée par l'érosion de la falaise et c'est tout un pan de l'histoire du village qui s'est écroulé avec elle, nous raconte Sylvain Delage... La raison, c'est que cette maison, la villa "Fa-Zou", avait abrité dans ses murs l'idylle illégitime entre Jacques Brel et sa maîtresse Suzanne Gabriello... La villa était celle du père de Suzanne et c'est là que les amants venaient se retrouver dans les années 50... Une histoire qui a mal fini... Suzanne souhaitait que Jacques divorce, et Jacques ne voulait pas... C'est lui qui, d'ailleurs, a mis fin à leur relation... Bizarrement, pourtant, et paradoxalement, c'est pour elle, pour Suzanne, qu'il écrira ensuite l'une de ses plus belles chansons... Un trésor, une merveille du monde : « Ne me quitte pas »...

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.