Un conseil : si vous êtes stressés, trouvez un ascenseur... et appuyez sur le bouton !

C’est l’un des endroits les plus courus de l’Hexagone…Un lieu d’influence et de réseaux où peuvent prendre place uniquement 242 personnes… Un endroit qui intrigue et que le mensuel CAPITAL nous présente sous toutes les coutures… Une enquête de Bruno Godard sur « Les secrets de la loge VIP du PSG »… Il s’agit des salons privés du Parc des Prince, dans lesquels, parait-il, rêvent d’être invités des dizaines d’acteurs, de sportifs, de chanteurs et d’hommes politiques – peut-être aussi des journalistes… Nicolas Sarkozy y a son fauteuil attitré, juste à côté de celui du président du club, Nasser al-Khelaïfi… « Et pour certaines rencontres, assure la direction, il nous arrive d’avoir plus de 1.000 demandes d’invitation. » Car ces places-là ne sont donc pas commercialisées : on y est convié par le seul fait du prince Nasser… C’est ainsi qu’on a pu apercevoir dans la loge VIP du PSG quelques stars planétaires : Rihanna, Leonardo Di Caprio, ou encore le couple Beyoncé et Jay Z, venu assister à un PSG-Barcelone…

Et pour certaines rencontres, assure la direction, il nous arrive d’avoir plus de 1.000 demandes d’invitation.

Alors, bien sûr, l’ambiance n’a rien à voir avec celle qui règne ailleurs dans le stade. Ici, pas de drapeaux ni même de chants de supporters hystériques : les spectateurs sont priés de se tenir… Les écharpes bariolées et les maillots de club sont également proscrits… « Oui, il y a moins d’ambiance, mais personne ne me dérange pendant le match pour un selfie », se félicite un acteur célèbre, invité très régulièrement… Dans ce club très fermé, on croise aussi des grands patrons, des vedettes de la télé ou encore les rejetons de certains élus politiques…

Et puis il en est aussi qui ne sont plus conviés… C’est le cas, notamment, de Rachida Dati« Elle passait son temps à envoyer des textos et n’intéressait pas au matché », dénonce un habitué… Quant à Nathalie Koscisko-Morizet, elle ne vient plus non plus. Elle a, dit-on, été vexée qu’on ne lui attribue pas une place de choix aux côtés du prince Nasser… Du reste, certains supporters historiques du club ont aussi été relégués : c’est le cas d’Enrico Macias, plus vraiment à la mode, et qui doit désormais se contenter des tribunes VIP payantes, nettement moins prestigieuses. Mais là, au moins, il y a de l’ambiance.

Cela dit, le mensuel ne s’intéresse pas seulement aux privilégiés du Parc des Princes… Dossier à lire aussi sur l’élection présidentielle… Avec une enquête de Philippine Robert qui décrypte les principales propositions des candidats… Selon CAPITAL, le pire programme économique est celui de Marine Le Pen : avec elle, la France serait condamnée à la ruine, affirme le mensuel… Non seulement, la sortie de l’euro détruirait des emplois : pas moins de 500.000 suppressions d’emplois en quinze ans, mais en plus, la dette du pays pourrait augmenter – la dette augmenterait de 30 milliards d’euros… Quant au « patriotisme économique » proposé par la candidate du FN – une contribution sociale de 3% sur les importations – son « patriotisme économique » ferait flamber les prix et, dès lors, fortement baisser le pouvoir d’achat des Français.

Selon CAPITAL, le pire programme économique est celui de Marine Le Pen

Autre analyse à lire cette fois dans CHALLENGE, analyse d’une autre conviction de Front National : l’immigration économique ferait baisser les salaires… Or, si l’on en juge par les chiffres que publie l’hebdomadaire, ceci est totalement faux : la vérité, c’est même l’inverse : les différentes vagues d’immigration en France, comme d’ailleurs dans les autres pays, ont toujours fait augmenter la quasi-totalité des salaires…

La percée Mélenchon

Voilà pour le FN. Mais ce matin, c’est la gauche qui fait la Une de la presse… Dans LE JOURNAL DU DIMANCHE : un dossier de trois pages consacré au candidat de la France Insoumise… « La percée Mélenchon », titre l’hebdomadaire… Dans les différentes enquêtes d’opinion, il distance désormais très largement Benoît Hamon, et il prétend maintenant rattraper François Fillon… De surcroît, selon un sondage commandé par le JDD, Jean-Luc Mélenchon serait aujourd’hui l’homme politique qui incarne le mieux les valeurs de la gauche… Et il a fortement gagné en crédibilité : de plus en plus d’électeurs estiment qu’il a la stature d’un président de la République… « Je deviens une figure rassurante », commente l’intéressé, reconnaissant qu’il se passe quelque chose autour de lui. En l’occurrence, dit-il : « La nature de ma candidature a changé. » Et demande-t-il toujours à Benoît Hamon de le rejoindre ? « Non, répond-il. Je ne m’occupe pas de lui. Je ne veux pas être dans une bataille de bac à sable entre deux personnes qui se disputent le même sceau. Et puis les électorats ne s’additionnent pas. Vous en avez eu la démonstration avec Benoît Hamon et Yannick Jadot. Additionnés, ils devraient être à 19%. Et finalement, ils se sont divisés par deux ! »

Macron n’est pas de gauche !

Benoît Hamon, lui, c’est dans LE PARISIEN qu’il s’exprime… Citation à la Une : « Macron n’est pas de gauche ! » Dans l’interview qu’il a accordée au journal, le candidat du PS revient sur l’unité impossible avec Mélenchon, mais il renvoie la responsabilité sur son concurrent : « Au départ, Mélenchon disait que le rassemblement ne pouvait se faire à cause de Manuel Valls. Il n’y a plus Manuel Valls, pourtant c’est encore non ! » Puis il file ensuite la métaphore nuptiale. « Aujourd’hui, peut-on se marier avec Jean-Luc ? Civilement, nos cœurs sont déjà pris, mais pour le reste, je travaillerai toujours à l’unité… » Sinon, côté programme, Benoît Hamon précise que son « revenu universel d’existence » est d’abord « une incitation à travailler »... Il préconise en outre que les élus, dès lors qu’ils sont élus, ne puissent pas toucher de revenus complémentaires… Et puis, il indique que pour lui, on ne peut pas dire que la France ait vraiment un problème avec l’immigration…

Les passeurs cisaillent le grillage

Il apparaît, en revanche, qu’en Hongrie, il y ait un énorme problème avec les réfugiés : un énorme problème avec tous ceux qui fuient la guerre et la misère de leurs pays afin de rejoindre l’Europe… Pour preuve, le récit terrible de Florence La Bruyère dans LIBERATION ce week-end : « Avec les migrants, les pratiques de la police hongroise frisent la torture »… Témoignage de Zarar, pakistanais de 23 ans, qui a tenté plusieurs fois de franchir la clôture hongroise : un grillage de 4 mètres de haut, équipé de caméras thermiques et de détecteur de mouvement. « Les passeurs cisaillent le grillage, raconte-t-il, mais chaque fois, les policiers hongrois nous rattrapent. Et chaque fois, ils nous rouent de coups et lâchent leurs chiens sur nous, avant de repousser en Serbie. » Les associations humanitaires présentes sur place confirment : elles ont constaté des plaies ouvertes à la tête, des hématomes causés par des coups de matraque et des morsures de chiens sur les bras, les mains et les jambes… Plusieurs centaines d’agressions auraient eu lieu cet hiver… En janvier et en février, et alors qu’il faisait – 20°C dehors, des hommes se sont même vus confisquer leurs vêtements et leurs chaussures, puis on leur a versé de l’eau sur le corps avant de les forcer à marcher tout nus dans la neige, et ce, jusqu’en Serbie… La violence comme outil de contrôle des frontières… Mais c’est parole contre parole… Viktor Orban, le président de la Hongrie, nie catégoriquement l’existence de tels incidents…

A l’étranger toujours – bien plus anecdotique, mais pas inintéressant : une commune du Japon propose des ristournes sur les pierres tombales aux anciens qui acceptent d’arrêter de conduire… C’est à lire à la page ‘tendances’ de COURRIER INTERNATIONAL… Et ça se passe dans une ville du centre du Japon, dans la préfecture d’Aichi, où 13% des accidents de voiture mortels sont causés par des conducteurs de plus de 75 ans… Parfois parce qu’ils ont confondu la pédale de frein et l’accélérateur… Parfois, parce qu’ils ont activé la marche arrière par erreur… Une situation suffisamment inquiétante pour qu’un étrange accord soit passé entre la police et une maison de pompes funèbres : cette dernière propose donc des remises de 15% sur les obsèques et les ornements funéraires à tous ceux qui viendront rendre au commissariat leur permis de conduire… Un donnant-donnant inspiré par le succès d’une initiative similaire dans la ville d’Osaka…

L’Etat délaisse l’une de ses missions régaliennes – celle du contrôle routier

A propos de conduite – et de mauvaise conduite, MOTO MAGAZINE a mené l’enquête sur la privatisation des voitures-radar en France… Des véhicules banalisés, chargés, donc, du contrôle des excès de vitesse et gérés, en lieu et place des gendarmes, par des sociétés privées… Selon le mensuel, des marchés juteux sont en cours de négociations – des marchés juteux et opaques, le montant des amendes devant une manne pour les opérateurs. Du reste, ce faisant, l’Etat délaisse l’une de ses missions régaliennes – celle du contrôle routier. Pour MOTO MAGAZINE, il s’agit d’un scandale d’Etat…

Fermeture des portes !

Enfin, à propos de scandale, la revue NEON nous apprend nos ascenseurs pourraient être des imposteurs… Imaginez la scène… Lundi – demain matin, vous pénétrez dans l’ascenseur qui doit vous amener à votre bureau, et rapidement vous appuyez sur le fameux bouton sur lequel on peut lire « fermeture des portes »… Votre objectif : faire vite, et surtout ne pas subir l’haleine et la conversation de Bernard-de-la-compta qui vous suit d’une dizaine de mètres… Mais les portes ne se referment pas. Vous insistez, mais ça ne marche pas… « Inutile de vous acharner, explique le mensuel, ce bouton ‘fermeture des portes’ est peut-être simplement un faux ! » En effet, dans de très nombreux ascenseurs, le dispositif de « fermeture des portes » est factice… Cela dit, ces « boutons placébo » ne sont pas totalement inutiles, si l’on en croit une psychologue américaine interrogée sur le sujet par le NEW YORK TIMES… Les boutons « fermeture des portes », même s’ils ne fonctionnent pas, font, dit-elle, « du bien au cerveau en lui donnant le sentiment de garder la main ». Or l’impression de contrôle est très importante : cela permet de diminuer le stress et d’augmenter le bien-être… Un conseil, donc, si vous êtes stressés : trouvez un ascenseur et appuyez sur le bouton !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.