Bonjour à tous…. Et permettez-moi de vous demander, comment allez-vous à la manière des potaches d’autrefois… « Comment vas-tu yau de poële ? Et toi.. la matla ? » Pierre Dac proposait la version anglaise : « How do you do yau de poële ? » Mais rien ne vaut la version savante des intellos, qui préféraient : « comment va Thucydide ? », référence bien sûr à l’auteur de "histoire de la guerre du Péloponnèse », popularisé dans notre pays par Raymond Aron et Jacqueline de Romilly. C’est en effet à Thucydide, philosophe de l’histoire, que l’on doit cette citation qui ouvre le pamphlet de François Léotard, invité aujourd’hui de NICE MATIN : « La manifestation du pouvoir qui impressionne le plus les gens est la retenue… » Dans l’esprit de l’ancien ministre de la Défense d’Edouard Balladur, la flèche est destinée bien sûr à Nicolas Sarkozy, alors qu’elle a été formulée, cinq siècles avant Jésus-Christ ! Le Président de la République pourrait riposter face à l’auteur de « Ca va mal finir » qui paraîtra mardi en librairie, avec cette autre citation de Thucydide : « L’épaisseur d’une muraille compte moins que la volonté de la franchir ». Ou avec celle-là qui plaisait tellement à François Mitterrand : « Tout homme tend à aller jusqu’au bout de son pouvoir »… Mais puisque NICE MATIN fait sa manchette sur "le pavé anti-Sarkozy de François Léotard » et puisque dans le même quotidien l’académicien Jean-Marie Rouart revient sur le Western du Salon de l’agriculture, j’ajouterai deux citations de Thucydide exprimant notre résistance essentielle de citoyen représentant la France d’en bas. La première : « Les gens méprisent ceux qui les traitent bien et regardent vers ceux qui ne leur font pas de concessions ». La seconde : « On opprime ceux qui cèdent, on respecte ceux qui résistent ». J’en ai une petite dernière : « Un homme qui ne se mêle pas de politique mérite de passer, non pas pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile ». Soyons utiles quant à nous, en ne reprenant pas ce dimanche les slogans de l’après mai 68… "Elections-trahison »… « Elections-piège à cons ». Tout le monde vote aujourd’hui. Même en Russie, ou plus de 100 millions d’ex-Soviétiques sont invités à choisir, comme vous le savez entre Poutine et Poutine. Le MONDE daté dimanche-lundi, est plus précis que je ne le suis, quand il cherche à percer l’énigmatique Dmitri Medvedev, le candidat de Poutine, âgé de 43 ans seulement et prêt à figurer, nous dit le MONDE, dans un attelage inédit, où l’on ne sait pas très bien qui commandera. Tout le monde vote, à la manière démocratique, même si dans certains pays, la démocratie n’est qu’une parodie. C’est ainsi qu’à Cuba, Raul Castro a succédé à Fidel. « Si ce n’est toi, c’est donc ton frère ! » Qu’au Tchad, Idriss Déby succède à Idriss Déby. Et que dire des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, qui ont voté une fois pour Mahmoud Abbas, avant de choisir Monsieur Haniyeh, au point qu’on ne sait plus très bien qui gouverne qui… qui gouverne quoi en Cisjoranie et à Gaza ? Faut-il passer en Iran, avec deux articles très éloquents du journal le MONDE, daté dimanche-lundi ? Le premier sur la confirmation par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, qui a précisé, lors d’une réunion à huis-clos, à Vienne, que Téhéran conduit un programme nucléaire militaire depuis 2003. Selon Nathalie Nougayrede, l’A.I.E.A. en a les preuves. Le caricaturiste Pancho illustre cet article d’un dessin où l’on voit le président Ahmadinejad peignant un missile avec cette légende façon Magritte : « Ceci n’est pas une bombe ». Patrice Claude, à la page voisine, analyse la visite à Bagdad aujourd’hui du Président iranien qui vient – je cite mon confrère du MONDE –consacrer un lien étroit entre l’Irak et l’Iran, sous l’œil des 160.000 soldats américains, présents sur le terrain. Et s’il n’y avait que ça, entre les chiites de Téhéran et ceux de Bagdad. Mais l’économie rapproche depuis plusieurs mois aussi les 2 pays. Selon Patrice Claude, les échanges entre l’Iran et l’Irak sont estimés à 10 millions de dollars.. Electricité-essence et gaz. Et même, et même écrit-il, des milliers de Peugeot blanches sorties des usines d’Iran, circulent à tout va aujourd’hui dans les villes irakiennes. L’histoire disait Thucydide est « un perpétuel recommencement »… C’est si vrai, que le paysage syndical français reproduit aujourd’hui, ce qui se passait il y a quelques années avec les politiques. Quand l’argent qui pourrit, l’argent qui corrompt, circulait sans contrôle le plus librement du monde, entre les trésoriers des différents partis politiques. Aujourd’hui, ce sont les millions d’euros du patronat qui sont en question, avec un bouc émissaire, Monsieur Gautier-Sauvagnac, soupçonné d’ « avoir retiré » 19 millions d’euros des caisses de l’UIMM entre 2000 et 2007, pour financer dans le noir, des syndicats. Lesquels ? On ne sait pas. Pire que çà, on sait grâce à l’hebdomadaire MARIANNE que Monsieur Denis Gautier-Sauvagnac à la retraite en avril avec une prime d’un million 500.000 euros. « C’est méprisable, c’est grossier », s’indigne aujourd’hui Madame Laurence Parisot dans le JOURNAL DU DIMANCHE, avant de demander aux patrons de lâcher l’UIMM. Une union des industries de la métallurgie qu’elle veut purger pour sauver, j’imagine, le Medef du déshonneur et de l’indignité. De quoi, de quoi répond ce matin à l’Agence France Presse l’avocat de Denis Gautier-Sauvagnac. Lequel est silencieux, mais son avocat parle et c’est lui qui dit que Madame Laurence Parisot devrait garder son sang froid. Quant à Denis Gautier-Sauvagnac que l’Agence France Presse cite, il s’interroge sur les réelles motivations d’une véhémence qui ne sert pas la cause de l’entreprise mais jette la confusion dans les esprits et tend à diviser au lieu de rassembler. Et le même Maître Le Borgne dit que son client, Monsieur Denis Gautier-Sauvagnac « a toujours agi avec probité depuis 15 ans à l’UIMM comme au Medef ». Comment va Thucydide…. Et bien mal… Vous irez mal, si vous lisez les sondages du JOURNAL DU DIMANCHE et du PARISIEN ce matin et si vous militez à l’UMP…. Puisque la gauche est donnée largement favorite aux municipales de la semaine prochaine… Encore que ! Pour le PARISIEN la droite remonterait un peu ici et là. Vous irez mal aussi, si vous êtes d’aventure conseiller de Nicolas Sarkozy. Puisque Florence Muracciole, qui est une journaliste très bien informée, publie aujourd’hui dans Le JOURNAL DU DIMANCHE les noms de ceux qui risquent de partir après les élections municipales et elle donne aussi les noms de ceux qui vont arriver. Alors il paraît, je cite ma consoeur, que Claude Guéant, qui est tout de même l’homme le plus proche du Président de la République, serait remplacé par Nicolas Bazille, lequel Nicolas Bazille était directeur de cabinet à Matignon d’Edouard Balladur.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.