Ce que lira la nouvelle princesse quand elle consultera la presse parue le lendemain de sa naissance

On ne connait pas encore son prénom, mais son visage s'affiche déjà à la Une de la presse dans les pays du monde entier. Du moins, dans la presse occidentale, à commencer, bien sûr, par la presse britannique... « It's a Royal baby girl » , titre ainsi le Telegraph ... « Les débuts publics de la nouvelle princesse royale » , annonce le Financial Times, tandis que le Daily Mail évoque « Une belle au bois dormant » - « a sleeping beauty » , dans le texte...

Et, de fait, elle dormait quand elle est apparue hier dans les bras de sa maman. Naissance très attendue, et que relatent donc également les journaux de l'Hexagone. Manchette de Midi Libre : « George a une petite sœur ! » (Avec un point d'exclamation)... Manchette de La Provence : « Voilà le deuxième royal baby ! » (Avec un point d'exclamation)... Et photo pleine page à la Une du Parisien Dimanche : « C'est une fille ! » (Avec, faut-il le préciser, un nouveau point d'exclamation)...

Bref, sans toutefois parler d'un enthousiasme planétaire, on peut dire que le deuxième enfant de Kate Middleton et William permet à la presse, ce matin, de titrer sur une bonne nouvelle. Ce n'est pas si souvent. Un heureux événement, selon l'expression consacrée. D'autant que c'est un beau bébé - 3 kilos 7 et des bonnes joues...

N'empêche, se pose une question : pourquoi donc les Français sont-ils à ce point fascinés par la monarchie britannique ? Une fascination qu'illustre l'enquête ODOXA que publie Le Parisien : 70% des sondés disent qu'ils ont une bonne opinion de la famille royale, et 48% avouent même qu'elle les fait rêver. Analyse, dans le journal, d'un des grands spécialistes des têtes couronnées - j'ai nommé Stéphane Bern : « De Gaulle disait que les Français avaient le goût des princes, et moi, dit-il, je crois que la France ne s'est jamais guérie d'avoir rompu les liens avec la monarchie... Au fond, l'Angleterre est un peu notre monarchie de substitution. Et si la famille royale est aussi populaire, c'est parce qu'elle incarne un pouvoir symbolique qui sait rassembler tout un peuple. » Et Stéphane Bern d'expliquer par ailleurs que cette nouvelle naissance est en plus une très bonne nouvelle pour l'industrie britannique, notamment l'industrie textile, car toutes les robes, les layettes et les barboteuses de la petite princesse vont être copiées... « On estime, dit-il, à 180 millions d'euros, les recettes induites par cette naissance... »

Une petite princesse qui n'a donc toujours pas de prénom. Patience, prévient le quotidien, car avant d'être divulgué, le choix du prénom doit être validé par la famille. En juillet 2013, celui de Georges avait été connu seulement 48 heures après sa naissance. Mais pour William et Harry, il avait fallu attendre une semaine. Et un mois pour Charles, en 1948... Charles qui, depuis maintenant exactement 24 heures, est donc l'heureux grand-père d'une petite-fille sans prénom... Une petite princesse qui, dans quelques années, quand elle consultera la presse parue le lendemain de sa naissance, lira qu'on y parlait à la fois beaucoup d'elle et beaucoup de son pays, sur lequel, soit dit en passant, elle ne devrait jamais régner.

Un pays où se dérouleront dans quelques jours des élections législatives.

Le sujet fait notamment la Une duMonde , avec un gros plan sur l'Europe : « L'Europe, enjeu crucial des élections britanniques » ... Enjeu crucial, enjeu caché... Le conservateur David Cameron a promis un référendum sur une sortie de l'Union européenne... Son principal adversaire, le chef de l'opposition travailliste, a promis qu'il n'en ferait pas, car, a-t-il dit, si jamais la Grande-Bretagne sortait de l'Union Européenne, « ce serait un désastre pour des millions de postes, pour les entreprises, mais aussi les familles » ... « Si je deviens Premier ministre, a poursuivi le chef du Labour, je veux avant tout dépenser mon énergie sur le pouvoir d'achat, l'emploi et la santé »... La sortie de l'Union, un désastre : c'est aussi le point de vue défendu par Denis MacShane, ancien ministre des Affaires européennes de Tony Blair. A ces yeux, si la Grande-Bretagne décidait de quitter l'Union, ça déstabiliserait l'Europe, « alors que celle-ci est déjà entourée de zones de tensions et de conflits »...

Des tensions, des conflits... Toi, petite princesse qui n'a pas encore de prénom, quand tu consulteras la presse parue le lendemain de sa naissance, tu verras que la planète en regorge de tous côtés...

Des tensions au Népal

Huit jours après le tremblement de terre. 8 millions de Népalais ont été affectés par le séisme, le plus meurtrier de l'histoire du pays depuis 80 ans. Et un millier de ressortissants européens, dont plus d'une centaine de Français, sont toujours recherchés. Certains rescapés ont toutefois choisi de rester sur place pour participer aux secours... C'est le cas de Mona La Barbera, une jeune Française de 23 ans, qu'a suivie Camille Neveux pour Le Journal du Dimanche ... Elle a lancé une collecte via Facebook, recueilli près de 400 euros... Une broutille quand on sait que le Népal a besoin aujourd'hui d'un milliard 800.000 euros pour se reconstruire... Une broutille, mais grâce à cela, elle a pu acheter des colis alimentaires pour 22 familles, construire un abri pour une autre et sauver un bras et un genou de l'amputation...

« Une triste vie d'après-séisme » que raconte aussi Carole Isoux dans Le Parisien ... Elle raconte une aide internationale qui a beaucoup de mal à se coordonner, des sacs de riz dans des villages qui n'ont pas d'eau, des cartons de serviettes hygiéniques dans des villages où l'on manque avant toute chose de tentes...

Des tensions, des conflits...

Conflit à craindre au Burundi, nous explique le JDD ... Conflit entre communautés... Des tutsis, des hutus... Certains craignent un nouveau Rwanda...

Conflit aussi avec ce groupe qu'on appelle "Etat Islamique". Sur le site Mediapart , vous pourrez lire l'interview d'un jeune Français aspirant djihadiste. Il a la trentaine et il est actuellement détenu pour trafic de stupéfiant, mais à Louise Fessard, il a confié par téléphone que son seul projet, à sa sortie de prison, était d'émigrer, « de combattre à l'étranger pour Allah et ne pas revenir » ... Il a basculé dans une logique sectaire et apocalyptique et prône la lutte armée contre les mécréants, notamment en Syrie... A cela s'ajoute un fond très assumé d'antisémitisme... Ses propos sont glaçants... Pour éviter toutefois qu'il ne soit reconnu, le site a choisi ne pas donner son nom... Ni même son prénom...

Et que pourra lire d'autre la petite princesse ?

Elle pourra lire qu'en France, on débattait également sur le choix d'un prénom. Ou, plutôt sur le choix d'un nom : le nouveau nom de l'UMP... « Les Républicains’ - ceci ne dira pas grand-chose à la petite princesse, mais c'est donc ce nom-là qu'a choisi Nicolas Sarkozy. Le Journal du Dimanche nous apprend qu'il présentera à ses troupes le logo pressenti mardi prochain. Mais pour le nom, comme il y a donc débat, il y aura un vote... Ce sont donc les militants qui trancheront.

Nicolas Sarkozy, dont Marianne nous explique qu'il se serait permis, il y a quelques semaines, de livrer son point de vue au président du CSA à propos de la nomination du futur patron de France Télévision. C'est Marc Endeweld qui signe le papier, et d'après ses informations, Nicolas Sarkozy aurait passé un petit coup de fil à Olivier Schrameck, afin de lui suggérer de choisir pour le groupe audiovisuel public une personnalité « au profil sarko-compatible » , s'il voulait que le CSA perdure après 2017. Un conseil amical, et ce, « dans la plus pure tradition sarkoziste » . Alors j'avoue que je ne sais pas si Delphine Ernotte, qui est donc la nouvelle patronne de France Télévision, a effectivement un profil « sarko-compatible », mais d'après mon confrère de Marianne , son action devrait être scrutée à la loupe par celui qui ambitionne de revenir à l'Elysée.

De son côté, son successeur fêtera cette semaine ses trois ans de pouvoir... Mais y a-t-il vraiment des raisons de les fêter... Sur le site Atlantico , sondage peu flatteur... Plus de 8 Français sur 10 jugent sur son bilan est négatif... François Hollande a donc très peu d'admirateurs... Très peu, mais il en reste, à l'image du gastronome ex-animateur Jean-Pierre Coffe, qui publie cette semaine son autobiographie... Pour l'occasion, L'Express lui consacre un portrait - « Coffe passe à table » , c'est le titre... Un portrait dans lequel cet ancien giscardien dit donc son affection pour le locataire de l'Elysée : « J'aime bien François Hollande, je le trouve vrai, bien dans sa fonction, et j'apprécie son humour. » En revanche, Coffe ne goûte pas l'humour de l'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy : « Sur le plateau de l'émission Vivement Dimanche, raconte-t-il, il m'a demandé de le tutoyer et de l'appeler Nicolas. J'ai refusé et quinze jours plus tard, j'avais un contrôle fiscal. » Morale de l'anecdote : si Nicolas Sarkozy vous demande de l'appeler Nicolas, appelez-le Nicolas.

Nicolas qui aura sans doute fort à faire avec Alain... Grand dossier dans Le Monde sur Alain Juppé, « le candidat qui mise sur la matière grise »... C'est en tout cas ce qu'expliquent ses soutiens, qui, depuis plusieurs mois s'organisent en vue de la primaire, et en vue de 2017... Juppé prévoit de publier 4 livres dans les mois qui viennent, pour expliquer son programme, et ses proches, qui lui font des notes sur à peu près tous les sujets, affirment qu'ils s'inscrivent dans une campagne profonde, pas dans une campagne d'estrades et de slogans... Nicolas appréciera...

Le ministre de la Défense fait également l'actualité... D'abord sur la vente des Rafales au Qatar... Récit dans Le Parisien . Comment Jean-Yves Le Drian a négocié pendant deux années ce contrat. Il fait aussi la Une duJDD , cette fois à propos de l'affaire des militaires qui auraient violé des enfants en Centrafrique. « Que les soldats se dénoncent », demande-t-il. Trois des militaires soupçonnés auraient été identifiés.

Dans la famille Valls, je demande la sœur!

Et elle aussi est en photo dans le magazine Elle , avec une interview qu'on nous présente, là encore, comme une interview exclusive. La drogue, l'alcool, la maladie, le sida, la prison, les coups, le désespoir : Giovanna Valls Galfetti relate son parcours dans un livre, sa descente aux enfers, et elle écrit comment elle a pu s'en sortir, notamment grâce à sa famille. C'est Olivia de Lamberterie qui était allée la rencontrer dans sa maison de Barcelone. Elle parle d'une femme « merveilleuse » . Et son frangin, il est comment ? « Il ressemble à mon père » , répond Giovanna : sensible et généreux, mais pouvant se montrer cassant. Et votre enfance, c'était comment ? Une enfance « normale » , explique la petite sœur du Premier ministre. « Ma mère nous lisait des romans de Dickens, mon père des extraits de l'Evangile, et le soir, à la radio, on écoutait sur France Inter 'Les maîtres du mystère'... »

__

Giovanna, petite sœur de Manuel... Comme l'est la petite princesse qui n'a pas encore de prénom... C’est la petite sœur de Georges… D’ailleurs, il faut faire attention à Georges, nous explique Le Huffington Post … Attention aux aînés, surtout lorsque ce sont encore des tout petits… Ne pas, donc, négliger Georges, l’aîné de Kate et William, le grand frère de la petite princesse qui n’a pas encore de prénom. D'ailleurs, Pierre-Emmanuel est aussi devenu papa. Pierre-Emmanuel, c'est mon cousin, et sa fille n'a évidemment pas eu droit aux mêmes égards que celle de William et Kate... Pas de foule hystérique devant la maternité, pas de photo à la Une des journaux du lendemain... Pourtant, elle est aussi jolie, et elle, on connaît son prénom : Louison, c'est très mignon. Mais mon cousin m'a dit qu'il l'appelait sa « petite princesse » ...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.