par Frédéric Pommier

À bicyclette…

__

« L'essence est trop chère ? Que les Français roulent à vélo ! » , avait lancéChristine Lagarde en 2007, lorsqu'elle était ministre de l'Economie. Une réplique saugrenue qui lui avait alors valu le surnom de "Marie-Antoinette" – allusion à son célèbre « Qu'ils mangent de la brioche ! » - phrase que la reine n'a pourtant sans doute jamais prononcée. En revanche, personne ne conteste la phrase de Lagarde, qu'elle a vraiment prononcée, et d'aprèsLA TRIBUNE , cette citation est aujourd'hui plus que jamais d'actualité. Parce que la voiture a de moins en moins la cote, du moins dans les villes qui sont de plus en plus nombreuses à faire le choix du vélo.

Paris compte ainsi doubler les déplacements à bicyclette d'ici cinq ans. Et dans toutes les grandes métropoles – à Lille, à Bordeaux, à Strasbourg, à Lyon, à Toulouse, à Grenoble, mais aussi à Nice et Marseille – les collectivités développent les réseaux cyclables et multiplient les initiatives pour encourager l'utilisation des deux-roues.« La folie du vélo en ville » , titre l'hebdo économique, qui précise que c'est un business qui pèse des milliards et qui permet en prime de faire des économies. Près de 6 milliards d'euros d'économies pour la santé. Et 160 millions d'euros d'économies pour l'environnement.

__

« Le vélo ne produit pas de bruit... Il ne produit pas de CO2... Il génère de l'activité physique, excellente pour la santé » , note un prospectiviste dans les colonnes du journal...« Et globalement, dit-il, le cycliste est heureux. »

__

Grand bonheur, donc, de pédaler. Et bonheur également pour tous ceux qui vont regarder les coureurs pédaler.

C'est en tout cas ce que nous promettent les journaux ce matin, avec une foultitude de Unes consacrées auTour de France . Un Tour qui s'élancera cet après-midi à Utrecht au Pays-Bas. Et, pourL'EQUIPE , ce sera tout bonnement « grandiose » ! Mais oui, « grandiose » , rien que ça. Du reste,LE PARISIEN fait aussi dans le dithyrambe, parlant d'une édition qui s'annonce « exceptionnelle » , et ceci grâce à « un casting de rêve » : Contador, Quintana, Froom et Nibali sont attendus pour animer chacune des étapes.« Quatre favoris... et des Français en embuscade » , précise L'EST ECLAIR . Les Français en question se nommant Péraud, Bardet et Pinot. Thibaut Pinot, troisième à l'arrivée l'an dernier, qui a droit à la couverture deL'EQUIPE MAGAZINE et de l'excellente revue PEDALE .« Bardet est encore tendre, Péraud est un peu vieux... Et si c'était lui, Pinot, l'homme du tour ? »

Rencontre avec le jeune champion , chez lui, à deux pas de son étang... Il raconte le premier vélo payé par ses parents... Il était de toutes les couleurs, et Pinot l'avait appelé son "vélo de fête"... « Mais avec, dit-il, je faisais pas crédible. » Il raconte son enfance, ses frayeurs d'enfance. « J'avais peur tout le temps. Peur du vide, peur de la vitesse, peur des manèges. » Il raconte aussi ses impressions sur la Grande Boucle. Une première semaine qui est très, très, très longue... « T'es limite à faire des croix sur le mur de ta chambre d'hôtel pour compter les jours. » Il raconte sa crainte des accidents. « Un jour, sur une étape, j'ai vu des grand-mères assises presqu'au milieu de la route... Les gens sont cons, ils oublient leurs grand-mères sur les chaises longues. » Et puis il raconte son étonnement face aux passions que peut déclencher cette course. « Certains spectateurs me disent que parfois, ils pleurent d'émotion devant leur télé. Je comprends pas trop, ça fait bizarre... Pour moi, ce n'est que du vélo. »

Que du vélo, vraiment ? LIBERATION , ce matin, s'interroge et évoque aussi les soupçons.« Le dopage, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas » , titre joliment le quotidien, qui nous explique que les rumeurs sur un regain de triche ne cessent de se multiplier. Des rumeurs nourries par la hausse des vitesses sur les dernières grandes courses.

Et pendant ce temps-là, en Grèce, tout le monde continue de pédaler dans la semoule. Et c'est l'autre grand titre dans les journaux ce matin : le referendum qui aura lieu demain.

Deux grandes photos à la Une du FIGARO . A gauche, la chancelière allemande discutant avec le président français. A droite, le Premier ministre grec. Merkel et Hollande d'un côté, et de l'autre Alexis Tsipras . Et le titre, c'est « L'Europe suspendue au vote des Grecs » ...« L'Union retient son souffle » , écrit le quotidien, qui décrypte les différents enjeux du scrutin.« Restons calme ! » , lance toutefois Philippe Gélie dans son éditorial. « L'incertitude attachée au verdict des urnes ne doit pas empêcher de garder la tête froide. D'autant quele résultat, quel qu'il soit, n'apportera pas, hélas, de solution au problème grec. » Mais dès lors, qu'apportera-t-il ? « A la vérité, nul n'en sait rien » , reconnait l'éditorialiste.

« L'Euro à pile ou face » , annonce de son côté LIBE , qui précise quece referendum est organisé « dans une grande confusion » ... De surcroit, le texte sur lequel les Grecs sont amenés à se prononcer porte sur des points très techniques, difficilement compréhensibles pour les électeurs... Et puis des points qui ne sont même plus d'actualité... Alors, donc, quelle issue ? Réponse de Laurent Joffrin , le patron du journal :« Quel que soit le résultat du scrutin de demain, il n'y aura qu'une issue à ce labyrinthe : négocier, négocier et encore négocier... »

DansLA MONTAGNE , Bernard Stéphan estime, lui, que la question du referendum est assez simple, mais c'est l'interprétation de la réponse qui sera compliquée.« Si l'on a bien compris, répondre oui c'est dire non au gouvernement grec. Mais répondre non c'est dire oui à Tsipras. » De fait, ce sera compliqué...

Pour OUEST FRANCE , ce referendum est donc bien celui « de tous les dangers » . Quant àLIBERATION CHAMPAGNE , il estime que ce vote va surtout montrer « la déroute politique d'une Europe sans idées » ...

D'autres idées de lectures dans les journaux ce matin…

Lisez dans LE MONDE , le papier de Guillemette Faure sur les personnes atteintes de prosopagnosie . Ce sont les personnes qui ne reconnaissent pas les visages. S'ils ne vous disent pas bonjour quand ils vous croisent, ce n'est pas qu'ils sont snobs, c'est simplement qu'ils ne vous reconnaissent pas. Un sacré handicap, notamment quand on travaille dans le milieu du cinéma ou celui des médias.Brad Pitt est atteint de cette pathologie . Raison pour laquelle il fuit toutes les soirées.Bruno Patino, le directeur des programmes de France Télévision est également touché , de même quele chroniqueur Philippe Vandel , lequel explique que c'est pour cette raison qu'il marche toujours à toute vitesse la tête baissée.

On parle de médias. Tous la presse évoque le sort des Guignols . Visiblement,ils ne sont plus sur la sellette et on devrait donc les retrouver à la rentrée. En revanche,‘Le Grand Journal’ de Canal+ pourrait bien disparaître.

Mais que devient donc le festival ‘Jazz in Marciac’ ?LA DEPECHE DU MIDI nous apprend que lachanteuse Zaz est programmée cette année . Elle sera accompagnée par un big-bang. N'empêche,‘Zaz in Marciac’ , ça fait un peu bizarre.

Puisqu'on parle de musique, LE FIGARO nous apprend qu'une aire d'autoroute porte désormais le nom de Georges Brassens.

Enfin, de la chanson toujours dans le mensuel NOTRE TEMPS , qui a posé à ses lecteurs la question suivante : « Quelle est la chanson qui vous rend heureux ? »« ‘Happy’ de Pharrell Williams » , répond Sylvie, diététicienne, 55 ans.« ‘Y’a de la joie’ de Charles Trénet » , répond Annie, 73 ans, comptable à la retraite. Quant à Jean-Pierre, 72 ans, médecin à la retraite, il répond « ‘La bicyclette’ d’Yves Montand. C’est , dit-il,mon antidote à la morosité. » Décidément, tout nous ramène donc ce matin au vélo…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.