Bonjour à tous. J’ose à peine formuler la question du week-end, mais la voici telle qu’elle s’impose à vous comme à moi cette semaine. Pour qui, pourquoi votait-on ? En Irlande, on sait. Il fallait dire oui ou non au Traité de Lisbonne. Un an et demi après l’avoir rejeté, les Irlandais ont répondu franchement et massivement : Yes. Ce qui fait dire ce matin à l’éditorialiste de l’EST REPUBLICAIN : « Merci l’Irlande et merci la crise». Ainsi donc, Jean-Pierre Raffarin n’avait pas tort d’affirmer par anticipation, il y a 4 ans : « The Yes needs the No, to win against the No ». « Le Oui a besoin du Non pour gagner contre le Non ». La formule, concède mon confrère Michel Wagner est un peu tarabiscotée, mais à l’époque les Français allaient rejeter la Constitution européenne trois ans avant l’Irlande. Du coup, on a simplifié le texte, et pour éviter un nouveau coup de bâton irlandais, on leur a tendu des carottes sur la neutralité militaire, sur une fiscalité avantageuse et la promesse de ne pas toucher à leur législation interdisant l’avortement. Reste, ajoute mon confrère de l’EST REPUBLICAIN, la Pologne qui ne devrait pas tarder à répondre à l’appel de Bruxelles, et un rebelle : la République Tchèque, dernière épine dans le pied de l’Europe unifiée. Un seul Président eurosceptique face à 500 millions d’Européens, et tout serait compromis, s’interroge Michel Wagner. Et bien oui, conclut-il : « Vaclav Klaus qui a introduit un recours juridique devant la Cour constitutionnelle de son pays, parie sur une victoire des conservateurs en 2010, en Grande-Bretagne, pour renvoyer Lisbonne aux calendes grecques. Du billard à trois bandes. David Cameron, le leader tory, aurait promis un référendum s’il arrivait au pouvoir. Encore faudrait-il que les Britanniques disent « no ». Ainsi va l’Europe politique, d’une raffarinade à une dérobade ». C’est vrai, souligne Pierre-Laurent Mazars dans le JOURNAL du DIMANCHE, les Tchèques sont en embuscade, mais avec le vote massif des Irlandais – plus de 67 % de Oui – l’Europe est de nouveau sur les rails. Et mon confrère du JOURNAL du DIMANCHE de demander à Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, s’il avait un plan B en cas de rejet irlandais et s’il redoute un blocage tchèque. « Vous imaginez bien », répond le ministre français, « qu’on était prêt à toute éventualité, mais des perspectives s’ouvrent, une dynamique s’est créée pour une nouvelle Europe ». Or, poursuit Pierre Lellouche : « il se trouve que nous fêterons dans quelques jours, le 9 novembre, le 20ème anniversaire de la chute du Mur, et ça fait à peu près vingt ans que l’Europe court après ses institutions : il y a Maastricht, puis quinze années de conventions, de traités, de référendums en tout genre. Voilà la fin du long chapitre institutionnel de l’Union, nous allons enfin pouvoir parler politique». Après le pourquoi votait-on… Pourquoi « vos tétons ».. Oui… pourquoi vos tétons-non ? Une consultation citoyenne, ni permise, ni interdite, s’est achevée hier en France, à propos du changement de statut de la Poste. Selon la presse ce dimanche, cette votation d’initiative politique et syndicale devrait déboucher sur un Non massif et peser sur les orientations gouvernementales. Selon un sondage réalisé par l’IFOP pour l’édition dominicale de SUD-OUEST, 59 % des Français souhaitent que le gouvernement organise un référendum sur l’avenir de la Poste. Avenir menacé, selon les syndicats et les partis de gauche, par la décision de transformer au 1er janvier 2010, la Poste en société anonyme à capitaux publics. Le gouvernement a d’ores et déjà répondu que la Poste resterait à 100 % une entreprise publique… et en expliquant que la consultation engagée était illégitime. Ce qui n’a rien empêché, puisque comme le recommandaient ces derniers temps LIBERATION, l’HUMANITE, la MARSEILLAISE, « il faut sauver la Poste » et ne pas la livrer au marché capitaliste. D’ailleurs, souligne en manchette la MARSEILLAISE : « La Poste mérite tous les suffrages ». Marie-George Buffet, Martine Aubry, Olivier Besancenot ont partagé la votation et glissé des bulletins « Non » dans les urnes qu’on leur tendait. On vous les a peut-être présentées dans les rues, sur les marchés et dans les bureaux de poste. La question posée était ainsi formulée : «Le gouvernement veut changer le statut de la poste, pour la privatiser. Etes-vous d’accord ? Manquait peut-être une information… En 2011, la poste de service public à la française, sera confrontée à la concurrence européenne… Pour qui votait-on ? C’est une mode… peut-être une nouvelle addiction née d’aspirations démocratiques. Je lis dans le DAUPHINE DIMANCHE que ce journal propose à ses lecteurs de voter pour désigner les plus beaux villages de l’Isère. L’Isère déjà bien dotée, puisque la commune Saint-Antoine de l’Abbaye est le premier village dauphinois à apparaître dans le classement des plus beaux villages de France. Un autre village remarquable, à la une du MAINE LIBRE, ce dimanche. Solesmes. Solesmes qui n’a pas besoin de référendum, puisque sa cause est entendue depuis mille ans. « Dix siècles de sagesse », titre aujourd’hui le journal sarthois. Les moines de l’Abbaye de Solesmes fêtent en effet le millénaire de leur monastère fondé en 1010 par Geoffroy de Sablé. Les premières cérémonies chantées bien sûr, débutent le 11 octobre prochain. Remarquable aussi, la première page de NORD ECLAIR, qui titre sur la vigne au pays du houblon et nous informe qu’il y a des vins belges et que le meilleur s’appelle le Meerdael, avec un millésime 2006 à faire pleurer le Mannekenpis. Je n’ai rien dit de la VOIX du NORD désormais en couleurs, de la presse du Périgord désolée parce que les champignons ne se sont pas levés. Pas d’eau, pas de cèpe. Rien du JOURNAL du DIMANCHE et du PARISIEN ravis du succès de la Nuit Blanche, ouverte sur l’art contemporain. Dans le dernier journal cité, arrêtez-vous à la page 31, à la photo d’une splendide nonagénaire, Marge Champion qui fut choisie par Walt Disney pour être Blanche Neige. En 1935, la jeune danseuse de 14 ans se rend aux studios Disney afin de mimer, scène par scène, les gestes de l’héroïne. A propos… pourriez-vous me donner le nom des 7 nains ? Simplet… Grincheux… Prof… Timide… Atchoum… Dormeur… Joyeux…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.