La dramatique actualité qui, ce dimanche, fera la Une de tous les flashs d'information, à la télé comme la radio, ce sont évidemment les terribles inondations qui ont touché la Côte-d'Azur. Des inondations provoquées par les violents orages qui se sont abattus hier soir et cette nuit sur les Alpes-Maritimes… Des pluies diluviennes ont entraîné la crue d'un petit fleuve côtier, submergeant les rues de Mandelieu-la-Napoule, de Villeneuve-Loubet, de Nice, de Cannes et d'Antibes… Des trombes d'eau dans des campings, des parkings souterraines, dans une maison de retraite... Selon le dernier bilan, treize personnes ont trouvé la mort. Un bilan toujours provisoire… Manuel Valls a fait part de sa « profonde émotion » et de son « soutien aux familles endeuillées » … François Hollande a exprimé « la solidarité de la Nation suite à ces événements tragiques »… Quant à Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, il est attendu sur place ce matin, afin de faire le point sur les opérations de secours… Une actualité dramatique dont se fait brièvement l'écho AUJOURD'HUI LE PARISIEN , tandis que NICE-MATIN fait sa Une sur ce « déluge meurtrier » . Photo pleine page d'une artère de la ville transformée en torrent. Rien, cependant, sur le sujet dans les autres journaux. Ils ont bouclé trop tôt.

Du coup, LE JOURNAL DU DIMANCHE consacre son dossier central à la situation en Syrie. Avec un grand cliché du président de la Russie. Cliché pris lors de sa visite à Paris vendredi. Le titre tient en trois mots : « Poutine fait peur » . Et c'est vrai que sur la photo, son regard n'a rien de rassurant. Pas plus d'ailleurs que son sourire, qu'on qualifiera de narquois… Mais si l'hebdo a décidé de titrer de la sorte, c'est parce que c'est bien la peur qui ressort de l'enquête qu'il a fait réaliser par l'institut IFOP. Une enquête pour savoir ce que les Français pensaient de Vladimir Poutine. Seul un quart des sondés ont de lui une bonne opinion. Autre question posée : « Après l'intervention militaire russe et l'engagement croissant de grandes puissances en Syrie, craignez-vous que le conflit syrien dégénère et s'étende au-delà des frontières du Moyen-Orient ? » A 80%, les sondés répondent ‘oui’.

Soit, mais alors que faire ? La France et ses alliés doivent-ils faire confiance à Vladimir Poutine ? ‘Non’, rétorque le géo-politologue Pascal Boniface dans les colonnes du journal. « Non, mais il faut reconnaître que Vladimir Poutine est redevenu central. Sur le dossier iranien, en Ukraine comme en Syrie, il est impossible d'agir sans les Russes : Poutine est peut-être un problème, mais il fait aussi partie de la solution. »

__

Vladimir Poutine ne cache toutefois pas son soutien à Bachar al-Assad. D'où les doutes, toujours persistants, sur la destination des frappes menées par l'aviation russe. Bachar al-Assad, dictateur sanguinaire, qui peut aussi compter sur l'aide de l'Iran. Lire, là encore, l'analyse de Pascal Boniface : « Pour l'Iran, soutenir Bachar al-Assad est un impératif, parce que la Syrie est la seule route qui mène au Hezbollah, le seul succès à l'export de la Révolution Islamique iranienne. Dans cette crise , ajoute-t-il, l'Iran sera donc un partenaire bien plus rétif encore que la Russie, et avec une capacité de nuisance très forte. »

L'Iran qui, dans le même temps, et grâce à l'accord historique sur le nucléaire, compte aujourd'hui s'ouvrir sur le reste du monde et, surtout, libéraliser son économie. On ne compte plus les entrepreneurs, tricolores notamment, lorgnant sur ce nouveau marché… Et le pays se présente de nouveau comme une destination de voyage. Il fait ainsi la Une de PETIT FUTÉ MAG' : « Retour en Iran » . Reportage et cartes postales détaillant à la fois les vestiges de la Perse ancienne, les mosquées, les palais somptueux, les bazars épicés, et une capitale bouillonnante. « Ce pays a tant d'attrait qu'un seul séjour n'y suffit pas » , s'enthousiasme le magazine. Mais toutes ces beautés ne doivent pas faire oublier que le changement de cap initié par le président Hassan Rohani, ce tournant libéral ne concerne que l'économie, et qu'il laisse de côté la moitié de la population. En l'occurrence : les femmes, comme le rapporte cette semaine COURRIER INTERNATIONAL , avec trois articles illustrant les nombreuses discriminations que subissent les Iraniennes.

Discriminations vestimentaires d'abord, et ce n'est pas nouveau. Mais alors qu'on pensait que la stricte application du voile islamique était en recul ces derniers temps, plusieurs condamnations montrent qu'il n'en est rien. Des amendes infligées à des femmes qui ne portaient pas le voile de façon réglementaire. 260 dollars, l'équivalent d'un mois de salaire. Et si c'est au volant qu'une femme est surprise avec un voile mal attaché, la police est alors en droit de lui confisquer sa voiture…

La loi islamique empêche de surcroît les femmes de quitter le territoire sans le consentement de leur époux. Une discrimination récemment dénoncée par la capitaine de l'équipe féminine de football en salle. Elle devait se rendre au premier championnat de la discipline en Asie. Mais son mari a refusé de la laisser partir. Et l'équipe est donc allée jouer sans sa capitaine. Apparemment, nombre d'athlètes iraniennes connaissent ce genre de mésaventures…

Et comme si cela n'était pas déjà très suffisant, voilà que le pouvoir iranien a décidé de mettre en place un système de quotas pour exclure les femmes des examens d'accès à la fonction publique. Objectif : qu'elles ne dépassent pas 10% du nombre de fonctionnaires. Discrimination à l'embauche, notamment dans l'éducation. Une mesure qui fait suite aux craintes exprimées par un haut responsable du ministère de l'enseignement. A ses yeux, la présence des femmes dans des écoles pourrait susciter chez les jeunes garçons, je cite, « des comportements féminins ou efféminés » .

Bref : les femmes risqueraient d'en faire des homosexuels. Sachant que l'homosexualité est toujours aujourd'hui passible de la peine de mort en Iran. Mais bon, on se souvient que l'ex-président Ahmadinejad avait dit, lors d'un déplacement aux États-Unis, qu'il n'y avait « aucun homosexuel » dans son pays.

En revanche, il y a des homosexuels au Vatican. Et les journaux reviennent ce matin sur le coming out d'un prêtre polonais dans la presse italienne : Krysztof Olaf Charamsa, qui a pris la pause avec son compagnon, pour dénoncer ce qu'il appelle « l'homophobie institutionnalisée de l'Eglise » . Il s'en est aussi expliqué dans l'édition polonaise de NEWSWEEK : « Le clergé est largement homosexuel, mais aussi, et malheureusement homophobe jusqu'à la paranoïa… » D'emblée, il a été démis de ses fonctions, et LA PROVENCE évoque « un coming out qui fait scandale » . Scandale et grand désordre, car il est intervenu la veille de l'ouverture du nouveau Synode consacré à la famille. Une famille qui « divise l'église catholique » , titre LE PARISIEN , précisant que le ce rendez-vous devraient voir s'affronter deux camps : celui des réformateurs et celui des conservateurs.

Lire également, sur le sujet, l'éclairant papier de Nicolas Senèze dans LA CROIX , qui nous rappelle ce que la Bible nous dit de la famille. Et en l'occurrence, ce qu'elle nous dit, c'est surtout que c'est compliqué, très compliqué… Caïn qui tue son frère Abel, Sarah qui pousse son mari Abraham dans les bras de sa servante afin de lui assurer une descendance, les déboires de Jacob avec ses femmes Rachel et Léa… Dès lors, les Évangiles ne proposent pas vraiment de « modèle familial » . Du reste, le mot ‘famille’ est absent de la Bible, qui parle plutôt de « maisonnée » , de « clan » , de « tribu » ou de « parenté » . Il est intéressant, parfois, de se replonger dans les textes…

Et puis, sur le sujet, je vous signale par ailleurs la sortie du deuxième numéro de l'étonnante revue NOTRE PAPE FRANÇOIS . Étonnante, disais-je, car cette revue ressemble dans sa forme à celles que l'on vend aux ados avec des photos de starlettes et de jolis chanteurs ! Sauf que là, pas de Kim Kardashian, pas de Justin Bieber, mais le pape sur chacune des pages : François dans ses voyages, François qui sourit, François quand il était enfant… Ses petits boulots d'étudiant : balayeur et videur dans une boîte de nuit… Ses amours de jeunesse : il a aimé des femmes… Ses problèmes de santé : il n'a qu'un seul poumon… En page centrale, vous trouverez même un poster du souverain pontife, ainsi que les recettes de ses plats préférés : les chaussons farcis aux légumes, les aiguillettes de rumsteck ou encore les biscuits à la confiture de lait. Il s'agit donc d'un magazine tout autant people que religieux ou spirituel, et quand on regarde la liste des contributeurs, un nom, illico, saute aux yeux – celui de la conseillère spéciale du journal : Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, l'ancienne égérie de la Manif pour tous et farouche opposante au mariage pour tous.

Valérie Pécresse s'était, elle aussi, opposée au mariage pour tous. Mais pour l'heure, elle est engagée dans un autre combat : les régionales en Ile-de-France, et si l'on en croit LE PARISIEN , la victoire est à portée de main. C'est en tout cas ce qu'indique le sondage ODOXA réalisé pour le journal. « Ile-de-France : la droite en tête » . Au premier comme au second tour. La gauche pourrait donc perdre une région qu'elle détient depuis dix-sept ans. Amusant dessin de Rançon, montrant Nicolas Sarkozy s'adressant sa candidate, Valérie Pécresse : « Si ne fais pas de connerie à la Morano, la région est à toi, Valérie ! » Moue ulcérée de Valérie : « C'est quoi, ce racisme anti-blonde ? »

A propos de Nadine Morano, sachez qu'elle ne regrette toujours pas ses propos sur la France qui serait un pays "de race blanche". Pour preuve la longue tribune qu'elle a pubiée cette nuit sur sa page Facebook. Je ne vous en citerai que deux phrases, la première et la dernière. Première phrase : « Je ne suis pas de la race des lâches et pour aucune fonction, je ne renierai le Général de Gaulle ! » Elle est d'ailleurs allée se recueillir sur sa tombe hier soir, à Colombey-les-deux-Eglises. Dernière phrase : « J'ai mal à ma France, comme le disait le général Bigeard ! » Voilà donc maintenant Nadine Morano qui revendique l'héritage du général Bigeard…

Allez, plus léger pour finir. Enfin, léger façon de parler… Savez-vous que les selfies sont plus dangereux que les requins ? C'est la conclusion d'un site américain, qui a fait le décompte des victimes sur l'année 2015. Décompte dont se fait l'écho Nicolas Delassale dans TELERAMA. Depuis le mois de janvier, huit personnes, ont été tuées par des squales sur la planète. Et douze autres ont perdu la vie en tentant de se photographier avec leur smartphone. Notamment en Russie, où le gouvernement a, du coup, rédigé un manuel pour rappeler les précautions à prendre quand on fait un selfie : éviter d'avoir une arme dans la main, éviter de se mettre près d'une ligne électrique. Et mon confrère ajoute : éviter de se mettre à côté d'un requin.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.