A J-1 des régionales, on ne parle pas des régionales.

Ce matin, à la Une des journaux, c'est un même sujet qui domine : les élections régionales qui se dérouleront demain. C'est le dossier à la Une de LIBERATION , du FIGARO , de LA CHARENTE LIBRE comme de L'UNION , notamment. Mais je ne vous en parlerai pas. Les régionales dans les journaux, pas de régionales dans la revue de presse, car depuis ce matin minuit, nous sommes entrés dans ce qu'il convient d'appeler ‘la période de réserve’, selon les règles édictées par le scrupuleux CSA. Les journaux ont le droit de continuer à s'exprimer très librement sur le sujet : compte-rendu des derniers meetings et interviews des candidats. Les éditorialistes ont le droit d'exprimer, qui leurs inquiétudes et qui, leur appel à soutenir telle liste ou telle autre... Mais nous, qui sommes à la radio, nous n'avons pas le droit de nous en faire l'écho.

Je ne peux donc vous dire ce matin que ce que je vous ai déjà dit. A savoir que le sujet fait la Une de quasiment tous les journaux. Que LE COURRIER PICARD nous explique « les clés et tous les enjeux du scrutin » , que LE PROGRES DE FECAMP liste « les dix choses à savoir » avant le premier tour ou encore que OUEST FRANCE indique qu'il y a « trois raisons de voter demain » . Pour connaître les clés, les enjeux, les choses à savoir et les raisons d'aller voter, je ne peux donc que vous inviter à aller acheter les journaux. Et dès, se pose une question : que retenir et mettre en avant dans la presse de ce samedi ? Que retenir puisqu'on ne parlera donc pas des régionales ?

Du coup, faut-il que nous nous attardions sur ce dossier proposé par LE HAVRE LIBRE , qui nous explique « comment bien choisir son sapin » ? Non, franchement, je n'en suis pas sûr, même si LE FIGARO précise que c'est ce week-end que les Français vont acheter leur arbre de Noël : épicéa, Nordmann ou sapin en plastique, il s'agit d'un marché de près de 150 millions d'euros.

Faut-il que nous nous attardions sur cette commerçante d'Angers en photo dans LE COURRIER DE L'OUEST ? Elle propose des plats ‘faits maison’ pour les chiens et les chats... Bon voilà, tout est dit. Devons-nous davantage nous intéresser aux propos de cette ancienne miss qui, dans NORD LITTORAL , dénonce les horribles tricheries du célèbre concours de la plus jolie fille de France ? Ou à cette décision relevée par L'ECLAIR : « Le foie gras interdit en Chine et au Japon » . Conséquence de l'apparition de la grippe aviaire en Dordogne : huit pays refusent toute nouvelle importation. Cependant, précise le journal, « les producteurs français ne paniquent pas » . Pas de raison, du coup, de s'émouvoir davantage.

Est-ce alors par l'actu sportive qu'il faut que nous commencions ? « Dusautoir, c'est fini » , annonce par exemple L'EQUIPE , avec une grande photo du capitaine de l'équipe de France de rugby, lequel explique au quotidien sa décision de ne plus jouer avec les Bleus, quelques semaines après leur élimination pas franchement glorieuse dans la Coupe du Monde. Mais Thierry Dusautoir qui met un terme à sa carrière, nous l'avons déjà évoqué dans le journal des Sports tout à l’heure. Quant au 29ème Téléthon, qui a débuté hier soir, vous venez d'en parler longuement avec votre invité. Reste donc, pourquoi pas, la COP 21 !

Avec un même mot qui revient à la fois dans LIBERATION & LE PARISIEN : c'est le mot "poker". « Un tour de poker climatique » , nous explique LIBERATION . « Un poker menteur à la COP » , précise LE PARISIEN , qui nous rappelle qu'un brouillon d'accord doit être déposé ce midi sur le bureau du ministre des Affaires Etrangères. Mais hier soir, on était encore très loin du compte. « Laurent Fabius un fouet à la main hurlant 'hue cocotte' à trois escargots symbolisant les négociateurs de ce sommet sur le climat. Cette caricature parue sur le réseau Twitter résume assez bien le casse-tête auquel est confronté le président de la COP 21. » Après une semaine de discussions, la course au compromis s'accélère, et les participants ne dorment presque plus depuis mercredi dernier, enchaînant les réunions jusque tard dans la nuit. Mais si ça patine, si ça traîne, si ça patauge, c'est à cause du désaccord persistant entre les pays en développement et ceux qu'on appelle les pays riches, les premier dénonçant la ‘mauvaise foi’ des seconds, qui rechignent à mettre la main au porte-monnaie.

Un nombre et une phrase dans LIBE . Le nombre, c'est 525.000 : c'est le nombre de personnes tuées en 20 ans par les phénomènes climatiques qualifiés d'extrêmes, les ouragans, notamment. Et la phrase, on la doit à Manuela Carmena, la maire de Madrid : « La ville la plus propre n'est pas celle qu'on nettoie le plus, c'est celle qu'on salie le moins. »

On peut également s'attarder sur ce titre du PARISIEN : « Fraude fiscale : une prime à la dénonciation » . Oui, nous pouvons, car Michel Sapin, notre ministre des Finances, n'est pas candidat aux élections régionales. Même si le sujet est politique, nous avons le droit d’en parler. Et c'est lui, Michel Sapin, qui confirme au journal ce projet de Bercy : un texte qui autoriserait la rémunération de toute personne lui fournissant des informations permettant un redressement fiscal de grande ampleur...Il pourrait s'agit d'une rémunération forfaitaire et ce projet pourrait voir le jour dès le printemps 2016. Lire, à ce propos, l'édito de Donat Vidal Revel : « Quand on évoque une prime à la dénonciation, fiscale en l’occurrence, il y a comme un malaise. On se dit que l’Etat, grisé par la récente manne des repentis fiscaux, veut amplifier le phénomène et faire rentrer plusieurs milliards d’euros dans ses caisses vides, quitte pour cela à transformer certains Français en zélés agents du fisc. On se dit aussi que s’il y a dénonciation pour défendre l’intérêt collectif, on agit en tant que citoyen, pas comme chasseur de primes. Mais en y regardant de plus près, on voit que les vrais lanceurs d’alerte sont broyés par la machine. Plus qu’une rétribution, c’est un statut protecteur que l’Etat devrait leur accorder. » Mais pour l’heure, il n’est donc question que d’une rétribution. Une part du gâteau pour ceux qui dénoncent les fraudes fiscales de grande ampleur, fraudes qui souvent concernent les entreprises où ils travaillent.

Les journaux reviennent également sur l'attentat de San Bernardino aux Etats-Unis. Un attentat commis par un couple radicalisé inspiré par le groupe Etat islamique... « L'Amérique frappée par deux islamistes », titre LE FIGARO , qui nous fait le portrait de ce discret couple de tueurs. Preuve de l'émotion provoquée, on notera que pour la première fois depuis 1920, le NEW YORK TIMES a décidé de publier un éditorial à sa Une. Et un édito qui dénonce la prolifération des armes aux USA. Son titre : « End the Gun Epidemic in America » . Le quotidien évoque un scandale et un déshonneur : « un scandale moral et un déshonneur national » que des civils américains puissent acheter légalement des fusils pour tuer leurs compatriotes. Il est assez rare que la presse américaine prenne ainsi position contre la vente libre des armes.

Au sujet des attentats en France, et de leurs conséquences, on pourrait évoquer le déplacement de François Hollande hier sur le porte-avion Charles-de-Gaulle, mais certains journaux estiment qu’il s’agit là d’une opération de communication à deux jour du première tour des régionales… Elections régionales ? Nous n’en dirons pas davantage. Et puis à propos de l'enquête, le WALL STREET JOURNAL nous apprend que l'organisateur présumé des attentats d'il y a trois semaines, Abdelhamid Abaaoud, était en lien avec des personnes vivant au Royaume-Uni. Des personnes « basées dans la région de Birmingham » , précise le quotidien américain, citant des responsables occidentaux anonymes. Par ailleurs, selon les mêmes sources, « au moins une personne liée aux attaques de Paris » aurait voyagé au Royaume-Uni un peu avant les attentats.

Et puis, de son côté, l'hebdomadaire américain BILLBOARD nous informe du retour imminent dans la capitale des rockeurs californiens qui se produisaient au Bataclan ce soir maudit du 13 novembre. Les Eagles of Death Metal devraient se joindre aux Irlandais de U2 pour la chanson finale du show qu'ils donneront à l'AccorHotels Arena Paris, nouveau nom du Palais Omnisports de Bercy. Le groupe mené par Bono avait reporté ses concerts qui devaient avoir lieu au lendemain des attentats. Ceux-ci auront finalement lieu demain soir et lundi. Et c'est donc demain soir ou lundi que les Eagles of Death Metal rejoindront U2 sur la scène.

Un cadeau de Noël avant l'heure ! Ou bien plutôt, disons, un cadeau de réveillon : « Les 12 plus belles filles du monde vous souhaitent une gentille année 2016 » . C'est le titre à la Une de LUI , et vous pourrez savourer la plastique des 12 demoiselles, qui posent dans le plus simple appareil, à l'intérieur du magazine et puis dans le calendrier qu'il nous offre pour l'occasion. « Réunir les plus beaux mannequins de la planète pour un shooting historique au profit de la recherche contre le cancer du sein : j'ai beau chercher, mais je ne vois pas de meilleure façon de joindre l'utile à l'agréable » , écrit Frédéric Beigbeder, le directeur de la rédaction du journal, en précisant que si l'année 2015 a mal commencé, et très mal fini, 2016 doit être absolument placée sous le signe de la joie, des fleurs, de l'amour et de la beauté. Ces jeunes femmes nous souhaitent donc une ‘gentille année’, et elles-mêmes ont d'ailleurs l'air d'être très gentilles. Et ça, j'ai le droit de vous en parler, car je me suis renseigné : aucune d'elles n'est candidate pour les élections régionales.

Enfin, dans LIBERATION , vous lirez les remerciements de la famille de Yannick Minvielle. Il allait avoir 40 ans, et il compte parmi les victimes de la tuerie au Bataclan. Et ce sont donc ses proches qui ont rédigé quelques lignes publiées dans le journal... Ses parents, sa sœur, son frère, son petit prince de fils... « Merci, le mot est bien faible, écrivent-ils, pour vous exprimer toute la chaleur, la douceur que vous nous avez apportées pour accompagner Yannick. Malgré les centaines, voire le millier et plus, de marques de sympathie, par votre présence, votre pensée, vos messages, vos fleurs, soyez assurés que nous avons tout vu, lu, entendu et retenu. Nous regrettons sincèrement de ne pouvoir répondre à chacun. Mais si Yannick vous a apporté du bonheur, redistribuez-l : il vous a aimé. Partagez largement cet amour et surtout, c'est important : "Dîtes aux gens que vous aimez, que vous les aimez." »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.