Après la mort du petit « dormeur du mal »…

__

__

C'est un trou de verdure où chante une rivière

Accrochant follement aux herbes des haillons

D'argent ; où le soleil, de la montagne fière

Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons

Il s'agit là, vous l'avez reconnu, du premier quatrain du Dormeur du Val de Rimbaud, un sonnet qu'ont appris des générations d'écoliers, et c'est à ce sonnet qu'a d'emblée pensé le blogueur Didier Pobel, quand il a découvert, horrifié, la photo du petit corps d'Aylan, le visage enfoui dans le sable. Certes, écrit-il, « Ce n'est pas un trou de verdure où chante une rivière. Il n'y a pas le soleil de la montagne fière qui luit. Il n'y a pas non plus de soldat jeune, bouche ouverte, tête nue, et la nuque baignant dans le frais cresson bleu. Mais, sur cette photo, Aylan était, lui aussi, un dormeur : un dormeur qui éveille nos consciences, notre dormeur du mal, de ce mal qui s'appelle l'impuissance ou l'indifférence... Les parfums, poursuit-il, ne font plus frissonner sa narine. Mais c'est nous tous qui avons deux trous rouges au côté droit... Pourvu que cette soudaine compassion ne sombre pas aussi vote qu'elle a surgi. »

__

__

Inquiétude légitime. Mais il semble, pour l'heure, que la compassion soit toujours d'actualité. Même plus que jamais, si l'on en croit LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE qui fait sa Une sur « L'élan de Français solidaires ». Face à la tragédie humanitaire qui se joue actuellement, et face à l'immobilisme des Etats, des associations, et de simples citoyens multiplient les initiatives pour venir en aide aux migrants. Toutes les structures d'aides disent avoir reçu, cette semaine, une foultitude de coups de fils de personnes demandant ce qu'elles pouvaient faire, des personnes bouleversées par l'image du petit Syrien, mort noyé en tentant de fuir la guerre et son pays... « L'opinion se retourne » , constate Antoine Vaccaro, président du centre d’étude et de recherche sur la philanthropie. Sous-entendu : la solidarité serait en train de s'imposer face à l'égoïsme.

Certains proposent donc de donner, de l'argent, des vêtements, et d'autres se proposent pour devenir famille d'accueil. Vincent Montgaillard a assisté, ce jeudi, à une réunion d'une association d'entraide à Paris, laquelle va lancer une plate-forme destinée à mettre en relation les réfugiés et les bonnes âmes désireuses de les héberger pour au moins deux semaines... Dans la salle, il y avait une cinquantaine de ces bonnes âmes, que mon confrère a rencontrées.

Françoise, 60 ans, sans profession, qui vit dans un petit appartement de 42 m². Si elle est là, c'est en partie à cause d'Aylan, le petit « dormeur du mal » . « J'ai vu en lui mon petit-fils, il lui ressemble, confie-t-elle, ajoutant : Devant la photo, je me suis dit ‘comment puis-je aider ?’ » Et elle a décidé de transformer en chambre sa salle à manger.

Assis au premier rang : Marion, consultante, et son mari Eric, ingénieur. Tous les deux 29 ans, ils habitent dans l'Essonne et vont métamorphoser en cocon une pièce qui, jusque-là, leur servait de débarras. « On voit ça comme une colocation enrichissante » , assurent-ils en précisant qu'ils sont heureux de donner « l'image d'une France ouverte » . En quelques jours, l'association a déjà reçu 11.000 propositions d'hébergement en Ile-de-France, nous explique le journal.

__

D'ailleurs, certains médias veulent, eux aussi, donner l'image de cette « France ouverte » . C'est notamment le cas du HUFFINGTON POST, qui propose un petit guide pratique pour venir en aide aux réfugiés : faire un don en nature, faire du bénévolat, signer des pétitions, ou bien participer à des rassemblements citoyens. Le site RUE89 propose des conseils similaires : « Comment vous pouvez aider les migrants qui traversent la Méditerranée » . Rue89, qui a en outre décidé de présenter chaque jour, à sa Une, un cliché illustrant la situation des demandeurs d'asile... « Pas pour se donner bonne conscience, mais au contraire pour rendre très matérielle notre mauvaise conscience , justifie le patron su site. « C'est matérialiser aussi ce qui est une évidence, écrit-il : la question migratoire, et celle de l'accueil de ces populations doivent être une priorité politique. Il est fou, et infâme qu'elles n'en soient pas une. »

Une priorité politique. L'Europe, cette semaine, semble l'avoir compris. « Enfin la prise de conscience » , titre ainsi SUD OUEST – photo de migrants coincés en Hongrie derrière des barbelés. « Les dernières heures semblent avoir provoqué un électrochoc, commente le quotidien, mais la crise persiste entre les partenaires européens, divisés sur un système de quotas », système prôné, même s'ils ne disent pas son nom, à la fois par Angela Merkel et par François Hollande. « L'Europe sous tension reste divisée » , confirme LE TELEGRAMME, tandis que L'UNION constate que « L'Europe commence à bouger » - et ce, en demandant aux Etats membres de partager équitablement l'accueil des réfugiés.

Mais ce matin, dans la presse, les éditorialistes sont assez peu confiants. « L'Union européenne parviendra-t-elle à apporter enfin une réponse à la hauteur des enjeux d'une crise migratoire majeure ? Rien n'est moins sûr » , répond Dominique Garaud dans LA CHARENTE LIBRE. Même scepticisme chez Christophe Bonnefoy, du JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE, qui déplore que « pas mal de dirigeants de nos pays occidentaux ont beaucoup de mal à laisser de côté leur égoïsme » . Et puis, note François-Régis Hutin dans OUEST FRANCE, « La solidarité, si elle doit s'exercer dans l'accueil et la compassion, doit aussi se constituer politiquement pour traiter en commun les cause de ces terribles exodes » . Confirmation de Philippe Gélie dans LE FIGARO : « La démarche des quotas a d'autant moins de chance d'aboutir qu'elle ignore superbement les causes du problème. »

__

__

Sachant que parmi les causes de ces « terribles exodes » , il y a le groupe Etat Islamique, lequel sème le chaos et la terreur dans une partie du monde arabe… Un groupe qui n'a cessé de gagner du terrain, malgré l'action menée par la coalition des armées occidentales… Des armées qui, du coup, s'interrogent sur leur stratégie, certains, de plus en plus nombreux, prônant de changer de tactique et d'envoyer des hommes en sol. C'est ce que nous explique ce matin LE FIGARO, dans lequel Georges Malbrunot fait le point sur l'état des troupes de l'organisation djihadistes : un an de bombardements ne l'a pas ébranlé.

« Entre 20.000 et 30.000 combattants dispersés entre la Syrie et l’Irak, c’est-à-dire autant qu’il y a un an au début des frappes de la coalition : cette récente estimation des renseignements américains souligne l’incroyable résilience de DAECH. En douze mois, pourtant, quelques 10.000 djihadistes auraient été tués, mais le groupe en a attiré à peu près autant, venus de quelque 80 pays. Et grâce à leur omniprésence sur les réseaux sociaux, les volontaires arrivés en Syrie et en Irak peuvent toujours actionner des ‘djihadistes sédentaires’ en Europe ou ailleurs… »

__

De plus, l’organisation n’a subi aucune perte majeure depuis la perte de Tikrīt au mois de mars. Au contraire, elle a pris le contrôle de Ramādī, tout en gardant Faloudja ou Mossoul. Et puis, au-delà de son califat, elle peut aussi compter sur de nouveaux ralliements : une branche saoudienne, une autre au Yémen, une autre encore dans le Sahel. « Enfin, à Gaza, les djihadistes mordent sur le mouvement palestinien Hamas, qui doit gérer un territoire coincé entre Israël et l’Egypte. Bref, conclue Malbrunot, il y a urgence à couper les têtes de l’hydre djihadiste. » Urgence pour éviter que d'autres petits garçons connaissent le sort d'Aylan… Urgence pour éviter d'autres petits dormeurs du mal.

Dans les journaux, on parle également de politique nationale, avec deux rendez-vous qui se tiennent ce week-end…. Illustration à la Une de LIBERATION – elle est coupée en deux. Photo de Marine Le Pen en haut : « Forte malgré le désordre » . Et en bas, une photo de Nicolas Sarkozy : « Fragile malgré l’unité » . Tout est dit, ou presque. L'université d'été du Front National à Marseille : Marine Le Pen fera tout pour que son père ne vienne pas perturber le rassemblement, mais lui compte bien se faire entendre... L'université d'été du parti Les Républicains à la Baule, avec un unique objectif : que tout le monde fasse un grand sourire. On range les couteaux, et on fait une belle photo de famille.

Dans la presse, vous lirez aussi les dernières décisions du patron du groupe Canal+… La suite du grand ménage dans les rédactions, les Guignols en crypté et ‘à Ciao bonsoir’ la marionnette de PPDA...

Enfin, LE PARISIEN nous apprend qu’une école d’un nouveau genre ouvrira ses portes demain, avec une antenne à Paris, et une autre à Orléans : c’est la première école de sabre laser ! Un projet initié par des fans de la série « Star Wars » , qui a déjà séduit une centaine d’adhérents… Une école de sabre laser : voilà qui, peut-être, aurait fait rêver le petit Aylan, notre « dormeur du mal » ...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.