Bonjour à tous… « La Pâque, les pâques, faire ses Pâques, Joyeuses Pâques, Pâques fleuries… Nous y voici ! C’est en 325, au Concile de Nicée que fut décidé, pour le monde chrétien la date de la fête célébrant la résurrection du christ : « On la célèbrera le dimanche qui suit la première lune de printemps. » … L’ennui, c’est que depuis le pape Grégoire XII, l’Orient et l’Occident utilisent des calendriers différents qui ont décalé le printemps orthodoxe et le printemps chrétien. C’est ainsi que le 21 mars « Julien » tombe le 3 avril dans notre calendrier « grégorien ». Mais ce n’est pas toujours le cas, ainsi cette année 2007, le dimanche qui suit la première lune de printemps, pour les orthodoxes et pour les chrétiens, tombe le même jour, et voit réalisé ainsi, le rêve, qu’exprimait l’an passé Aram Ier, le président arménien d’un Conseil œcuménique des Eglises, rassemblé à Porto-Alègre. « J’ai rêvé disait-il, que toutes les Eglises, célébreraient la résurrection du Christ, ensemble, le même jour comme l’une des expressions visibles de l’unité chrétienne. » C’est le journal La Croix qui consacre aujourd’hui un passionnant dossier à ces Pâques communes, en rappelant que si l’Eglise du IVème siècle, a choisi le calendrier lunaire, ce n’était pas par hasard. D’une part, on calculait la date de Pâques comme le faisaient les juifs, pour fêter leur sortie d’Egypte. Et d’autre part on faisait référence aux astres, on établissait un lien entre création et rédemption. « Plus précisément, explique une théologienne protestante Pâques, fête mobile souligne symboliquement qu’à travers la résurrection, le soleil, la lune et tous les éléments sont restaurés, dans leur capacité première, à dire la gloire de Dieu ». Dans ce même dossier de La Croix, à mettre pédagogiquement dans toutes les mains, que l’on croit au ciel ou que l’on n’y croie pas : deux pages, sur le rêve moderne d’unité des Eglises. Et deux autres pages, pour comprendre la Terre Sainte… Aujourd’hui, et au temps de Jésus… Quelques lignes également sur la fête de la vie qui commence aujourd’hui, lignes signées par Monseigneur Michel Santier, évêque de Luçon… Juste au-dessous de ce rappel puisé dans l’Evangile de Jean. Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu’il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver et l’autre disciple, celui que Jésus aimait et leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis ». Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux, ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier en se penchant, il voit que le linceul est resté là ; Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau, et il regarde le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Et vous, à quoi croyez-vous, ont demandé les journalistes du magazine La Vie aux douze candidats à l’Elysée. Avec quelques questions subsidiaires. Les religions sont-elles utiles à la société ? Avez-vous reçu une éducation religieuse ? Lisez-vous la Bible ? Où allez-vous, vous ressourcer ? Y-a-t-il pour vous des lieux sacrés… Est-ce que vous priez ? Oui, je prie, mais la foi ne dicte pas ma loi, répond François Bayrou. Je lis la Bible. Je me ressource dans mes montagnes. J’aime Jérusalem, lieu sacré, et quand j’y suis, je suis différent. Et quand je dis Notre Père ou Je vous salue Marie, je pense à tous ceux qui ont prononcé les mêmes paroles dans les moments les plus graves, ou les plus heureux. Et je me sens en communion avec eux. Heureux les révoltés, préfère scander José Bové. Tu n’adoreras pas le profit… tel est le commandement ajouté aux dix autres, par Olivier Besancenot. Dieu n’est pas capital… pour Arlette Laguiller. Foi, famille, parti… c’est la Trinité de Jean-Marie Le Pen, qui se dit catholique et croyant, avant d’expliquer, qu’il ne va pas à la messe tous les dimanches. Croire n’est pas tabou… indique Marie-Georges Buffet qui reconnaît que les religions participent du domaine privé, mais qu’elles ont un rôle à jouer, dans la sphère publique. « J’ai été, dit-elle, arquée, par les chrétiens croisés dans mon engagement politique. Je connais la Bible et le formidable appel à la justice des Evangiles. » Mais quand on demande à Marie-George Buffet, quelle est sa référence… Elle répond : « Jaurès, son courage, et son ambition de changer le cours des événements, pour mieux vivre ensemble. » Alors, restent évidemment Ségolène et Nicolas… La première dit aux journalistes de La Vie, qu’elle a une éducation catholique, ça on le savait, et porte en elle, les valeurs transmises… Avant de déclarer… On trouve dans les Evangiles un certain nombre de recommandations très fortes et très modernes. J’en citerai deux. Bien sûr, d’abord, le message de paix : « Aimons-nous les uns les autres. » Ensuite, la solidarité et l’assistance aux plus démunis : « Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait. » « J’ai été élevée dans la culture catholique, répond Nicolas Sarkozy, qui a d’ailleurs publié un livre intitulé : « La République, les Religions, l’Espérance… » Et le leader de l’UMP, qui reconnaît la figure du Christ comme celle d’un homme qui a délivré le monde ajoute… « Si la morale laïque porte elle aussi des valeurs, si elle est capable de transmettre le sens du bien et du mal, si elle peut aider les jeunes à se construire, elle ne répond pas aux questions fondamentales de ce qu’il y a avant la vie et de ce qu’il y a après la mort. Or, conclut Nicolas Sarkozy, pour se structurer et tout simplement aussi pour vivre, la pensée a besoin de cette confrontation entre croyance religieuse et morale laïque, religion et philosophie, foi et doute. Pour toutes ces raisons, je regrette que les religions aient perdu tant d’influence dans nos sociétés contemporaines. » Un sondage réalisé pour la Presse Quotidienne Régionale, le vérifie, en établissant que la religion est passée au second plan, dans la vie des Français… Et La Charente Libre de titrer : la religion n’est plus parole d’Evangile ! Rien n’interdit pourtant de méditer sur la vie, et la beauté, réplique François Régis Hutin ce matin, dans son éditorial d’Ouest-France. Tandis que le caricaturiste Delestre dans l’Est Républicain de Nancy, dessine un poulailler, avec des poulettes qui tricotent bien assises sur leurs œufs de Pâques et qui s’écrient… cot… cot… codète… y’a Pâques les élections dans la vie ! Je vous laisse apprécier le jeu de mots. Confirmation aussi dans Le Parisien qui titre sur cinq colonnes ce matin… Quel beau week-end, 20 degrés à Paris… 23 dans les Bouches du Rhône. Tous les candidats sont partis d’ailleurs dans le Midi se reposer et ils ont bien fait parce que la campagne se durcit. Et puis je vous donne le sondage du Figaro. Il est en première page. Sondages : les écarts se resserrent : Nicolas Sarkozy est à 28. Ségolène Royal st à 23 et demi. François Bayrou est à 20 et Jean-Marie Le Pen est à 13. Et vous, vous êtes à l’heure comme moi, mon cher Pierre Weil.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.