Dans la presse ce matin, la Syrie :

Au lendemain de la 3ème conférence des amis du peuple syrien, où les pays arabes et occidentaux ont demandé au Conseil de Sécurité de l'ONU d'adopter une résolution, avec menaces de sanctions contre Damas, la plupart des quotidiens reviennent sur le sujet : "Bachar Al Assad voit son avenir compromis à Paris" titre Libération ... Dans son édito, Vincent Giret estime qu'"enfin, quelques espoirs scintillent". Certes, "le tyran de Damas n'est pas encore défait / mais il ne peut plus gagner" écrit l'éditorialiste, pour qui la France "a pris toute sa part dans cette évolution, en affichant une détermination et une constance qui ravive l'éclat de sa démocratie". Un enthousiasme pas vraiment partagé par La Nouvelle République du Centre-Ouest , qui s'interroge sur le véritable impact de cette conférence. "L’impuissance de la communauté internationale à régler le terrible dossier syrien rappelle que le "machin", surnom que donnait le Général de Gaulle à l'ONU, est un géant facile à paralyser", ironise Hervé Cannet, rappelant au passage le bocage de la Chine et de la Russie. Même retenue, dans le Journal de la Haute Marne . Sous la plume de Patrice Chabanet, le quotidien estime que "multiplier les réunions pour hâter le départ de Bachar Al Assad, l'intention est louable. Mais "une chose est de favoriser la chute d'un despote sanguinaire" ajoute l'éditorialiste, "une autre, de discerner une véritable alternative démocratique parmi ses adversaires". Et Patrice Chabanet de citer l'exemple de la Libye qui, selon lui, montre que l'Occident s'est laissé abuser. "Remplacer une dictature militaire par une société / soumise à la charia / revient, écrit-il, à légitimer l'abus de confiance à grande échelle". La Libye qui organise justement aujourd'hui son premier scrutin démocratique depuis les années 60 : Et c'est à lire à la Une du Monde . Les Libyens doivent en effet élire aujourd'hui leur Assemblée Constituante, qui prendra le relais du Conseil national de Transition. "Mais les conditions de vote seront très difficiles" prévient le Monde . La guerre a laissé de profondes traces, le pays est divisé. Pour s'en rendre compte : le reportage de Christophe Ayad et Benjamin Barthe, en pages intérieures. "Tawargua, une vengeance libyenne", ou comment dans cette ville située au sud est de Misrata, la vie s'est arrêtée le 11 août 2011... Tawargua est désormais une ville fantôme. Ses 30 000 habitants, descendants d'esclaves à la peau noire, ont fuit, terrifiés par l'arrivée des rebelles de Misrata. Des combattants venus se venger des Tawarguis, qu'ils accusent de s'être enrôlés dans les forces khadafistes et, d'avoir participé au siège de leur ville. "Les miliciens de Misrata nous pourchassent sans répit" témoigne un ingénieur en télécommunication, installé avec 3000 autres personnes dans les dortoirs d'une cimenterie turque abandonnée, dans les environs de Bengazi. Et personne n'y fait rien, pas plus les édiles locaux que le conseil national de transition. Car c'est "traumatisme contre traumatisme" écrivent les deux journalistes, "mémoire contre mémoire". Une haine qui pèsera lourd sur les épaules du prochain exécutif libyen. A la Une de la presse également, un chiffre : le 50. 50 comme "50 ans d'amitié franco-allemande célébrés à Reims, Hollande et Merkel jouent la réconciliation"... C'est le titre du Figaro ce matin "Le président et la chancelière, dont les relations personnelles sont tendues, devront, dimanche, mettre leurs divergences entre parenthèses" estime le quotidien. Dans son édito, Pierre Rousselin va plus loin : Hollande aura bientôt besoin de Merkel, s'il veut tirer la France vers le haut. Sans une plus grande intégration européenne, notre économie est condamnée au déclin, n'en déplaise aux anti-mondialistes et autres "non-istes" de gauche! "On attend un message fort" ajoute Hervé Chabaud dans l'Union/ l'Ardennais . Le chiffre 50 également en Une de Libération : "50 ans après, Algérie, la mémoire et l'oubli". Le journal constate qu'à Alger, la présence française resurgit parfois au coin des rues. Libération a remonté ce passé au long court. Autres informations dans la presse : "L'Etat doit-il venir au secours de PSA? s'interroge Le Parisien/Aujourd'hui en France ... "Très touché par la baisse des ventes dans l'ensemble de l'Europe, ce fleuron de l'industrie automobile française doit se restructurer. Mais si l'Etat travaille à un plan pour sauver la filière, il ne semble pas prêt, selon le Parisien , à financer les fermetures d'usines et les suppressions d'emploi". Libération , et cet autre titre avec la mention "Exclusif" : "Valls sort les enfants des centres de rétention". Le quotidien révèle le contenu d'une circulaire destinée aux préfets... Désormais, sauf cas exceptionnel, les enfants ne pourront plus être placés en centre de rétention administrative. C'est l'assignation à résidence qui devient la règle. "L'idée c'est que la lutte contre l'immigration irrégulière doit être menée dans le respect des personnes, et surtout des enfants", précise un conseiller du ministre de l'Intérieur. Pour le journaliste de Libération Michel Henry, la circulaire remet la France dans le droit chemin, à savoir le respect du droit européen. Et Michel Henry de rappeler que le 19 janvier dernier, la Cour Européenne des droits de l'Homme a jugée illégale le placement de jeunes enfants en centre de rétention administrative, la France étant l'un des 3 seuls pays européens à y recourir systématiquement. Et puisque beaucoup d'entre vous ont déjà attaqué leur trêve estival, La Croix propose un dossier sur les vacances des Français. Histoire et évolution. L'attrait du camping ne se dément pas. Et plutôt que de partir une fois par an, les Français préfèrent désormais fractionner leurs congés. Connaissez-vous le "Mommy Porn"? Et bien l'hebdomadaire Le Point vous dit tout, sur ce nouveau phénomène littéraire, qui émoustille jusqu'au fin fond de l'Amérique... Et qu'on peut traduire par "porno pour maman"! Son porte-drapeau? "Fifty sades or Grey", "50 nuances de gris", un roman sado maso signé E. L. James.... Une Britannique jusqu'ici parfaitement inconnue du grand public. Le premier volume de sa saga, construite sur le modèle de la série pour ados Twilight, s'est vendu en 6 semaines à plus de 10 millions d'exemplaires aux Etats Unis. Sa recette? Une histoire d'amour à l'eau de rose, agrémentée de scènes très "hot"... Dans cette Amérique qu'on dit souvent prude, et bien la correspondante du Point à Washington, Hélène Vissière, raconte que les blogs féministes s'extasient... Enfin les femmes sont encouragées à explorer leur vie sexuelle. D'ailleurs, c'est pour la fête des mères que les ventes se sont envolées.

En Allemagne, le roman qui "redonne aux femmes l'envie de faire l'amour à leur maris", nous dit-on, s'est arraché à 400 000 exemplaires. Les Italiens en ont épuisés 160 000 en 3 jours. Et la France dans tout ça? Et bien réponse le 17 octobre prochain, aux Editions Jean-Claude Lattès.

© Alexandra Ackoun

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.