Bonjour à tous… Comme disait Marcel Duchamp, « on peut voir celui qui regarde, mais on ne peut pas entendre celui qui écoute ». C’est dommage, car hier matin, samedi, nombre d’entre nous ont du dire sapristi… Où sont passés, Patricia Martin, Fabrice Drouelle et tous les copains du 7/9 ? On était là, mais sans voix ! Comme vous tous et vous toutes aujourd’hui. Ce qui est dommage parce qu’en ce dimanche de radio rétablie, on aurait aimé entendre qui écoute au moment où tous les journalistes de ce pays et les politiques avec eux cherchent à savoir, de quoi, lecteurs, auditeurs, électeurs, vous avez envie. Et d’abord sur la réforme des retraites, au terme de la huitième grève-manifestation, avez-vous envie que le mouvement de protestation s’arrête, ou continue ? La presse, elle, s’interroge. « Il y a décrue dans la rue », titre en manchette OUEST-FRANCE, mais MIDI-LIBRE corrige : « A Montpellier, ils ne veulent pas lâcher ». Et la MARSEILLAISE promet, de son côté, « un mouvement social inscrit dans la durée ». Ce que SUD-OUEST de Bordeaux résume en quelques mots… « Repli dans la rue, mais le ras-le-bol continue ». « Mécontentement persistant », titre également à Nantes le journal PRESSE-OCEAN, tandis que l’HUMANITE-Dimanche rappelle « Qu’il n’y a pas de paix sociale sans justice sociale ! ». Rappel aussi au PARISIEN-aujourd’hui à propos des fins de conflit toujours difficiles à gérer. La preuve hier, les syndicats ont commencé à régler leurs comptes avec Force ouvrière qui parle déjà de « gâchis ». Le JOURNAL du DIMANCHE reconnaît lui aussi une mobilisation en chute libre, avant de remarquer, que sous la pluie, le cégétiste Bernard Thibault et le cédétiste François Chérèque, étaient souriants, et pas séparés. Le JOURNAL du DIMANCHE ajoute à cette remarque, un sondage de l’IFOP, selon lequel près de deux français sur trois ne croient pas au retour de la retraite à 60 ans. Et la question posée à 1.000 personnes le 4 novembre dernier était précise : « Si le PS gagne l’élection présidentielle de 2012, pensez-vous qu’il ramènera à 60 ans l’âge légal du départ à la retraite ». 29 % des personnes interrogées pensent que oui… et 71 % répondent non. Et puisque nous y sommes, un autre sondage indirectement lié à celui-là, est à la première page de SUD-OUEST dimanche, réalisé par l’IFOP également. Il concerne l’avenir politique de Dominique Strauss-Kahn. Question : « Croyez-vous que DSK quittera l’an prochain le FMI pour être candidat à l’Elysée ? ». 45 % des personnes interrogées pensent que oui. Et 48 % parient le contraire. Incertitude partagée par la classe politique. D’où ce titre de SUD-OUEST… « Pour les Français, l’avenir de DSK reste flou ». Ce que ne contredit pas NEWSWEEK cette semaine, avec sa couverture consacrée au Directeur Général du FMI, qui balance entre un destin de Maître du monde ou élyséen. Encore faudrait-il savoir de quoi l’intéressé a envie ? Le NOUVEL OBSERVATEUR et MARIANNE s’interrogent. Le MONDE dans son supplément du week-end le fait aussi avec une interview de Laurent Fabius par Annick Cojean. « Avez-vous », demande ma consoeur à l’ancien premier ministre de François Mitterrand, « le regret de n’avoir pas été Président de la République. Car vous en aviez envie ». Réponse de Fabius : « On a fantasmé sur mes ambitions présidentielles, en les faisant remonter, avant même le berceau. C’est absurde. En 2012, la France aura besoin de changements importants, la tâche sera considérable. Il faudra du sérieux, de la justice et de l’espoir. D’une manière ou d’une autre, j’y participerai ». Ce qui n’éclaire guère notre lanterne, sur le choix de Fabius, entre Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn. Jean-Luc Mélenchon, lui, a choisi. Il sera chez Drucker, à la télé cet après-midi. Mais l’émission est enregistrée et l’on sait ce qu’il a dit. C’est repris et développé sur trois pages, ce matin, dans le PARISIEN. Enquête sur l’étonnant Monsieur Mélenchon. Dominique Strauss-Kahn il n’en veut pas. Est-ce pour cela que Nathalie Schuck écrit, que l’ex-sénateur socialiste est le nouveau chouchou de Sarkozy. Dans le même PARISIEN, à la page 6, Manuel Valls, le député-maire d’Evry, veut considérer le scepticisme des Français à l’égard des socialistes. Veulent-ils virer à gauche, ou aller plus au centre et à droite. Je sens parfois, dit-il, une tentative d’empêchement ou d’asphyxie à l’égard de Dominique Strauss-Kahn. Si on rend impossible un projet crédible pour lui, et pour la gauche réaliste dont je suis. Il y aura problème. Question alors de mes confrères du PARISIEN… « DSK est-il le top-gun, le favori que décrit NEWSWEEK ». Réponse de Manuel Valls… « Une élection présidentielle n’est jamais gagnée d’avance. Les qualités politiques et l’expérience de DSK sont incontestables. Mais on ne gagne pas le cœur et l’esprit des Français depuis la capitale des Etats-Unis. Il faut un rapport profond et direct avec le pays. Moi je suis clair ». Bref, ont envie de l’Elysée et le disent cette semaine dans la presse quotidienne ou magazine. Manuel Valls, François Hollande, Mélenchon… pour tous les autres… Attendons ! Reste, et là la date de dénouement est proche… le choix de Nicolas Sarkozy, parmi ceux et celles qui ont envie de Matignon. Même si, auditeurs, auditrices, vous êtes fatigués du feuilleton que George-Marc Benamou appelle dans NICE-MATIN aujourd’hui, Matignon-Academy. Jean-Marcel Bouguereau, dans la REPUBLIQUE des PYRENEES dénonçant quant à lui, une ruée de courtisanes vers Nicolas-Louis XIV et reprenant le mot de Cécile Duflot sur Santa Barbara. Quoiqu’il en soit, le petit jeu des pronostics s’achève et semble ce dimanche s’orienter vers Fillon super-star, se succédant à lui-même, comme autrefois Pompidou. Dans le MONDE, Plantu fait un joli dessin là-dessus, où l’on voit le Premier ministre François Fillon recevant à son bureau de Matignon, le candidat Fillon François, qui on le sait depuis cette semaine, a envie de demeurer à son poste. Finalement, dit dans une bulle François Fillon à Fillon-François. Je vous trouve très bien. Je vous garde. Et sortant du cadre, en haut du dessin de Plantu, deux têtes qui regardent, médusées, la scène en question Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo… Dans le JOURNAL du DIMANCHE une pleine page de pronostics sur le gouvernement annoncé, resserré… Peut-être avez-vous envie de savoir que Madame Lagarde, va au Quai d’Orsay, Valérie Pécresse à la Santé et Alain Juppé, sans doute à la Défense. A son propos, dans le PARISIEN, ce mot du maire de Bordeaux sur France 3 et repris par mon confrère. Non, dit Alain Juppé, je ne m’ennuie pas à Bordeaux… Mais quant à Nicolas Sarkozy, j’ai des sentiments d’amitié pour lui. Ca fait 30 ans que je le connais. Ce qui nous amène naturellement au 9 novembre et à l’amitié de Colombey, disparu il y a 40 ans. Très beau supplément du MONDE à cet égard. Et cette information dans les journaux. Le Président et François Fillon iront ensemble, au début de la semaine prochaine se recueillir à Colombey-les-deux-Eglises. Peut-être pourront-ils relire en voiture ce que de Gaulle dans ses « Mémoires d’espoir » écrivait de son Premier ministre Georges Pompidou… C’était à moitié gentil. « Couvert par le haut, étayé par le bas ».

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.