Dans la presse ce matin, retour sur la panne de l'opérateur de téléphonie mobile Orange : Une panne qui occupe ce matin la quasi totalité de la Une du Journal du Dimanche ... Et ce titre : "Carton rouge pour Orange"... Un trou noir qui pendant plusieurs heures vendredi a coupé du monde les 26 millions d'abonnés au réseau. A la Une de la Dépêche du Midi , "Orange, le jour où tout s'est arrêté". Le JDD souligne qu'hier soir, l'origine exacte de l'incident était encore inconnue. Seul son déroulement est expliqué : un dérèglement d'un logiciel de localisation essentiel à la bonne marche du réseau, paraît-il. Dans son édition dominicalele Parisien/Aujourd'hui en France détaille l'indemnisation proposée par Orange, avec, entre autres, une journée d'abonnement gratuite, en septembre, pour tous les abonnés. Le Parisien qui tente également d'évaluer ce que tout cela va coûter à l'opérateur. "Rien que pour la partie abonnés, la facture atteindra au minimum 26,8 millions d'euros" écrit Guillaume Zambo. En attendant, la Voix du Nord s'amuse de l'avalanche d'ironie et de plaisanterie que tout cela a provoqué sur Twitter sous le titre : "Un bug très tendance hier au saut du lit". Dans la presse également, la guerre à la tête de l'UMP : "Quel leader pour l'opposition?" s'interroge en effet à sa Une le Parisien/Aujourd'hui en France. "Les clé du Match Fillon-Copé". L'élection du patron de l'UMP n'aura lieu qu'en novembre. "Hier la réunion des cadres du parti a permis aux deux rivaux, de compter leur troupes" indique le quotidien. En pages intérieures, Olivier Beaumont et Henri Vernet font surtout part de la merveilleuse ambiance qui règne en ce moment dans l'opposition : "Tous les coups sont permis", "les deux camps multiplient les petites phrases assassines"... Une atmosphère qui a inspiré au JDD un titre sans équivoque : "A l'UMP, la chienlit, c'est maintenant"! D'ailleurs, pour l'entourage de François Fillon, la réunion d'hier "ne servait pas à grand chose", peut-on lire, sauf... sauf "à gêner la participation de l'ancien chef du gouvernement à la course automobile qui se tient ce week-end dans la Sarthe". "Tout cela n'a aucun intérêt", ajoute un cadre qu'on devine filloniste, "On dirait une réunion des alcooliques anonymes"! Toujours dans le JDD, un sondage IFOP/ Journal du Dimanche révèle que 67% des Français sont prêts à faire des efforts pour redresser les comptes du pays : Oui, des Français "lucides et résignés", qui "approuvent la rigueur" estime Bruno Jeudi. Une solidarité largement acceptée à gauche (77%) comme à droite (66%). Mais "si les Français acceptent d'être mis à contribution, ils ne croient pas à la promesse de François Hollande et Jean-Marc Ayrault de faire porter les efforts principalement par les catégories les plus aisées... 84% des sondés pensent en effet que les classes moyennes ne seront pas épargnées. Pour Jérôme Fourquet, directeur adjoint des études à l'IFOP, "cela montre, en tous cas, que les Français ont déjà intégré les paramètres de la rigueur. Ils ont compris qu'ils doivent payer la facture... En réalité, ajoute-t-il, les esprits ont été préparés depuis plusieurs années par François Fillon et Nicolas Sarkozy". "Maigre consolation pour l'équipe sortante" ironise Bruno Jeudi. Rigueur, économies... Voilà qui devrait aussi inspirer la prochaine direction de Sciences Po :

__ Dans un rapport que s'apprête à remettre la Cour des Comptes, la gestion de la célèbre école est sévèrement critiquée. "Une institution trop riche, un mélange des genres permanent entre le public et le privé, des règles de comptabilité publique non appliquées". "La Cour des Comptes étrille Sciences Po", titre le Monde en Une. D'après les informations que le quotidien a pu se procurer, "les experts de la rue Cambon critiquent durement les méthodes de management financier de la période incarnée par l'ancien directeur, Richard Descoings, mort d'une crise cardiaque le 3 avril à New York". Leur rapport devrait être transmis dans les jours qui viennent aux intéressés. En tous cas, sous la plume de Benoît Floc’h, la liste des exemples donne le tournis : - primes attribuées aux dirigeants de l'école, sans aucune évaluation claire et écrite des salariés... Des primes allant de 10 000 à 100 000 euros - frais de mission et de déplacements exorbitants, comme cette mission confiée par Nicolas Sarkozy à Richard Descoings, en 2009, sur le lycée... Une opération qui a coûté près d'un million d'euros, payé par la FNSP, la Fondation Nationale des Sciences Politiques, gestionnaire de Sciences Po. Et Benoît Floc’h de conclure que même si le 14 juin dans les colonnes du Monde , Jean-Claude Casanova, le président de la FNSP déclarait "comme nous y invite la Cour des comptes, nous allons améliorer notre gestion", Ils n'auront pas le choix, si à l'issue du rapport final, la Cour devait demander des poursuites judiciaires". D'autres informations dans la presse ce matin : L'arrivée de Didier Deschamps au poste de sélectionneur de l'équipe de France... A en croire vos journaux, ce ne serait plus qu'une question d'heures. Pour le Parisien/Aujourd'hui en France , "Deschamps va dire oui aux Bleus" "Deschamps est prêt" : c'est la manchette del'Equipe dimanche . En pages intérieures, le quotidien sportif titre même "Deschamps, c'est brûlant". Et si tout se confirme, celui qui n'est plus entraîneur de Marseille depuis le début de la semaine devrait étrenner son costume de sélectionneur le 15 août, au Havre, en amical face à l'Uruguay. Son sourire sur la photo est splendide... L'Equipe revient aussi ce matin sur la victoire de Serena Williams hier en finale Dame de Wimbledon. "Sérénade n°5" titre le quotidien sportif. Et oui, c'est la 5ème fois que l'Américaine remporte ce tournoi. Au total, 14 titres en Grand Chelem... "Plongée plusieurs fois en enfer ces dernières années, Serena est encore ressuscitée" salue la journaliste Christine Thomas. Enfin, en ce mois de juillet, si la météo vous désespère... En tout cas à Paris, ça ne fait aucun doute! Et bien vous n'avez qu'à faire comme les offices du tourisme du littoral belge... Furieux qu'un site web ait osé annoncer un été médiocre avec des températures moyennes et des pluies régulières, ils envisagent de déposer plainte!!! C'est à lire dans le Monde . Météo Belgique est jugé responsable d'une perte financière déjà chiffrée en millions d'euros. Sur le site Lameuse.be, une internaute clôt le débat : "beau ou mauvais temps, de toutes façons le sourire est toujours absent de la côte. Vive la Côte d'Opale! Les Français sont plus sympas, même si parfois, ils se la pètent"!

© Alexandra Ackoun

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.