Que peut-on lire ce matin dans les journaux ?

Et bien, il y a de la joie encore ce matin en Une de vos quotidiens, qui montent littéralement au 7ème ciel après la médaille d’or à la perche de Renaud Lavillenie ! Jugez plutôt : « Lavillenie décroche les étoiles » dans Le Courrier de l’Ouest , « Lavillenie se perche tout là-haut » dans la Dépêche du Midi , « Au sommet » pour Le Parisien , « Sur le toit de l’Olympe », pas moins, pour les Dernières Nouvelles d’Alsace . « Là-haut », tout simplement, c’est le titre qui barre la Une de L’Equipe . Je note en passant, que Lavillenie, « le fait d’agir de manière vile » selon le dictionnaire, porte bien mal son patronyme !

Ce champion que son papa, « sauteur passionné » écrit ce matin Le Figaro , avait posé à peine âgé d’une dizaine de jours sur un tapis de perche. Bon sang ne saurait mentir donc ! Le Monde , dans sa dernière édition, souligne plutôt l’entraînement de forçat que s’est imposé le perchiste, un entraînement qui « tourne presque à l’obsession ». C’est ainsi qu’il a installé un tapis et une barre derrière sa maison, dans son jardin. « Il ne pense qu’à ça » confirme L’Equipe , qui rappelle le surnom de l’athlète : « la machine »…

Nouvelle médaille pour la France, et les JO ne sont pas encore terminés !

Vous avez raison, il reste encore deux jours ! L’occasion pour les Français de finir en beauté. Comme Amélie Cazé en pentathlon. Amélie Cazé dont Le Figaro brosse un savoureux portrait ce matin. Je cite Le Figaro : « Jeune femme de mauvais caractère qui aime les journalistes autant que les enfants apprécient les épinards ». Je cite maintenant la jeune athlète : « Avant les JO, on est très sollicité, les médias font monter la sauce, mais le reste du temps, on n’existe pas. Et quand on gagne, tout le monde s’approprie votre histoire ». C’est pourtant tout le mal qu’on lui souhaite, à Amélie Cazé, de gagner dimanche, afin que les méchants journalistes puissent s’approprier son histoire… Le plus drôle dans l’histoire justement, c’est qu’en lisant Libération ce matin, on apprend qu’une autre pentathlète française, Elodie Clouvel, aujourd’hui gendarme, pense à une reconversion, devinez dans quoi? Dans le journalisme ! On est comme ça chez les pentathlètes, on adore ou on déteste notre profession !

Libération qui constate aussi ce matin, que le grand gagnant de ces JO de Londres, c’est… Londres ! Pour la qualité de l’organisation, pour son incroyable moisson de médailles aussi, plus de 50. « Oh my gold ! » titre ainsi Libération .

Les Britanniques devant les Français, et les esprits chagrins noteront que c’est aussi un Britannique qui a gagné hier soir les 190 millions de l’Euromillions. Pas grave, relativisent Le Figaro et Le Monde qui saluent cette nouvelle distinction pour les mathématiques françaises : deux de nos jeunes chercheuses viennent de recevoir un prix international. Voilà qui confirme « le très bon niveau de l’élite des mathématiques françaises » écrit Le Monde , qui regrette toutefois que dans les classements internationaux, les écoliers français sont à la traîne dans cette même discipline. Le Monde s’inquiète : « Si on ne remédie pas à cette faiblesse, à terme, c’est la culture scientifique et l’excellence française qui sont menacées ».

Avant les requins, qu’avez-vous lu ce matin dans la presse ?

Et bien j’ai notamment appris que 100 jours après l’élection de François Hollande, « le doute s’installe ». C’est en tout cas ce qu’écrit Le Figaro ce matin, c’est même son principal titre. Le journal se base sur un sondage Ifop où il apparaît que 54% des Français sont mécontents de l’action du président. Analyse d’Yves Thréard : « Il est vrai que depuis 100 jours, le vacancier de Brégançon n’a brillé ni par son audace ni par son dynamisme. L’hésitation dans l’action le dispute au flou du discours ».

Le vacancier de Brégançon, comme l’appelle Yves Thréard, il est en Une justement cette semaine de VSD et de Paris-Match . Samedi dernier, je vous parlais de ces paparazzi qui espéraient le « scoop de l’été », le couple présidentiel en maillot de bain. Et bien c’est fait ! Vous avez peut-être déjà vu ces photos publiées par les deux magazines : le président et sa compagne barbotant main dans la main. A noter la grosse colère de VSD qui dénonce le coup de fil d’un confrère présenté comme un proche de la première dame. Selon VSD , Valérie Trierweiler aurait menacé de trainer le journal en justice s’il publiait ces photos. « De qui se moque-t-on ? » écrit Mathieu Janin : « En plein plan com depuis le début de ses vacances, le couple présidentiel n’ignore rien des risques d’être photographié lorsqu’il se baigne à Brégançon. Mais, de toute évidence, Valérie Trierweiler continue de penser qu’elle peut régenter les médias ».

A noter que Paris-Match publie les mêmes photos, sans évoquer de polémique. Rappelons que la première dame travaille pour Paris-Match , ceci n’expliquant pas forcément cela.

On quitte la plage de Brégançon, mais on reste dans le domaine maritime, avec la polémique sur les requins. Vous savez peut-être que la préfecture de La Réunion s’apprête à organiser la capture d’une vingtaine de squales, après plusieurs attaques meurtrières. A lire cette semaine, sur le site d’information Rue 89 , une passe d’armes entre partisans et opposants à cette chasse au requin. Je cite cette tribune de l’un d’eux, au nom de la protection de cette espèce menacée : « J’ai une solution de bon vieux libéral : le laisser-faire ! Si les surfeurs veulent prendre le risque de servir d’apéritif, grand bien leur fasse. Qu’on leur foute la paix, voire qu’on contrôle la population de surfeurs pour éviter qu’ils dérangent les requins ». Position tranchée, moins tranchée toutefois que celle de Charb, dans Charlie Hebdo , qui, dans un édito intitulé « Mort aux surfeurs », écrit : « De quoi a-t-on le plus besoin ? De surfeurs ou de requins ? Le surfeur fait marcher le commerce des planches et des chichis au sucre, le requin, lui, nettoie la mer de tous ses animaux souffreteux, malades et abîmés ».

Edito, faut-il le préciser, à prendre au second degré !

Un dernier mot pour saluer la naissance d’un nouveau magazine, « Long Cours » , dont le numéro 1 vient de sortir. Trimestriel qui « à l’heure de la frénésie des SMS et du tout internet, fait le pari du « temps long », de l’analyse, de l’enquête, de l’éclairage inattendu.

A lire notamment le témoignage du grand reporter et écrivain David Fauquemberg, sur le « finning » justement, cette pratique illégale qui consiste à pêcher les requins pour leurs ailerons. Requins qui sont ensuite rejetés à la mer, ailerons coupés, et qui peuvent ensuite mettre des jours, voire des semaines, à mourir.

© Samuel Etienne

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.