Bonjour à tous. Contrasteet même décalage au Kiosque entre l’actualité pascale, religieuse et fleurie et les mauvaises nouvelles reçues du Golfe d’Aden. OUEST-FRANCE titre sur la libération dramatique du voilier vannetais tombé le 4 avril dernier aux mains des pirates somaliens, au-dessus d’une photo où l’on voit le malheureux skipper Florent Lemaçon, debout aux côtés de son épouse. Photo aussi ce matin en première page du REPUBLICAIN LORRAIN, de la victime Florent, de sa femme Chloé et de son fils Colin. Ils étaient accompagnés d’un couple d’amis, qu’on ne voit pas sur le cliché publié. En légende, le REPUBLICAIN LORRAIN rappelle que leur voilier s’était aventuré non loin des côtes somaliennes malgré les mises en garde des autorités françaises. Mon confrère Messin reprend aussi les derniers mots écrits par les Lemaçon, sur leur blog, quelques heures avant l’assaut des commandos français. « Le danger existe, mais l’océan est vaste. Les pirates ne doivent pas anéantir notre rêve ». Catherine Magueur dévoile elle aussi dans le TELEGRAMME de Brest, le film d’une libération des otages qui tourne mal, pour Florent Lemaçon, le papa du petit garçon, mais sauve sa femme, son fils et leur couple d’amis. Le rêve s’est achevé en tragédie, complète Timothée Boutry dans le PARISIEN, après avoir expliqué que la marine française, a tenté sans succès de négocier avec les preneurs d’otages. Mon confrère décrit l’assaut de quelques minutes, au cours duquel, outre Monsieur Lemaçon, deux des cinq pirates ont été abattus et les trois autres faits prisonniers. Voilà pour les faits, précisés hier par le Ministre de la Défense, Hervé Morin. Restent les relations émouvantes du PARISIEN, de LIBERATION, du FIGARO d’un rêve marin d’un couple vannetais, qui rêvait depuis longtemps d’aller du Morbihan jusqu’à Zanzibar. Tous les deux avaient expliqué à OUEST-FRANCE, juste avant leur départ, qu’ils voulaient fuir la routine de la société de consommation. Qu’ils préféraient vivre au contact de la mer et de la nature et offrir une autre éducation moins conventionnelle à leur fils Colin. Mes confrères du PARISIEN ajoutent qu’ils avaient économisé pour équiper leur voilier de 12 m 50 et préparé leur voyage avec minutie. Lui, le jeune informaticien et elle, la jeune commerçante, ne se voulaient ni inconscients, ni touristes, mais navigateurs raisonnables. Hélas, pensez-vous, en vous arrêtant page 8 du FIGARO à la photo du jeune père, torse nu et barbe de marin, serrant dans ses bras son fils Colin, dont on ne veut pas penser, ce qu’il a vécu et entendu, hier après-midi au large des côtes de Somalie. Le FIGARO, publie aussi quelques lignes sur Richard Philips, le capitaine d’un cargo américain retenu en otage lui aussi, par des pirates somaliens. Il a tenté de s’échapper vendredi, mais il a été repris par ses ravisseurs, qui exigent une rançon de deux millions de dollars. Le HERALD TRIBUNE, consacre deux colonnes en première page au capitaine du Maerok Alabama, et souligne la volonté exprimée par Nicolas Sarkozy, d’associer Américains, Français et Européens pour sécuriser autant que possible les eaux internationales de l’Océan indien. LIBERATION relève à cet égard, que la zone au large des côtes somaliennes est la plus dangereuse au monde. Et si l’on a constaté une relative accalmie des actes de piraterie depuis le début de l’année, en moins d’une semaine, des pirates extrêmement mobiles ont, malgré une forte présence internationale, capturé six navires. Contraste, décalage, disais-je en commençant, entre une actualité pascale, religieuse et fleurie et les mauvaises nouvelles. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les 47 millions de titulaires d’un livret A, que la baisse de sa rémunération à 1,75 % contre 2,5 % au premier mai prochain. Ca aurait pu être pire, se défend Christine Lagarde, en soulignant que l’inflation est au plus bas en France depuis dix ans. Entendez qu’au lieu d’1,75, la stricte application de la méthode de calcul de Bercy, aurait pu faire baisser le taux du livret A, d’un point et demi ! Néanmoins, prévient le FIGARO, il ne faut pas exclure, un taux de 1 % dans les prochains mois. Le PARISIEN ironise à moitié, quand il traduit : "le Livret A va perdre de son intérêt ! ». Et cela juste au-dessus d’une idée du socialiste Christophe Rouillon, vice-président de l’association des Maires de France, ému des difficultés d’un Etat pauvre comme job, selon lequel, il va falloir évoluer vers la taxation des mouvements financiers. D’où la proposition qu’il a faite à la ministre de l’économie, de réfléchir à une taxe sur les retraits aux distributeurs automatiques. Avec un plancher, pour ne pas pénaliser petits retraits et petits revenus. Pâques fleuries et religieuses aussi. J’y reviendrai demain, bien sûr, avec La CROIX, qui se réjouit de voir qu’au moment où l’Eglise célèbre la résurrection du Christ, une exposition exceptionnelle s’ouvre à Paris, permettant au grand public de découvrir les trésors du Mont Athos, témoins d’une ferveur millénaire. Illustration de la CROIX, avec une icône du XVIème siècle, sur le Roi de gloire, passant de la mort à la résurrection, sur un fond de lumière d’or. La CROIX et le journal protestant REFORME écrivent ensemble Pâques, avec un « S ». Les Juifs fêtent Pâques, eux aussi, mais au singulier, la Pâque. Pessah, qui signifie le passage d’Egypte en Canaan, de l’esclavage à la liberté. La Pâque et les Pâques chrétiennes ont un lien. D’après les Evangiles, c’est pendant la commémoration de la fête juive par Jésus et ses disciples qu’eurent lieu la mort, puis la résurrection de Jésus. D’ailleurs la Cène, peut pour certains spécialistes des religions comparées correspondre au premier soir du Seder, juif. Un repas d’herbes et de pain sans levain. Voyez à cet égard, l’excellent numéro du MONDE DES RELIGIONS qui publie ce mois-ci un numéro consacré aux philosophes de Dieu. De Pascal à Malek Chebel et Régis Debray en passant par Maïmonide et Averroès… Mais, disait quelqu’un dont j’ai oublie le nom : « Il faut laisser les femmes trop belles aux hommes sans imagination ».

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.