Bonjour à tous. Il doit y avoir deux catégories de Français. Ceux qui en majorité ont regardé hier soir le match « France-Uruguay » et une minorité qui a fermé la télé, pour se consacrer à des divertissements plus intéressants. Et bien, vu le temps de ce dimanche, ceux-là ont eu tort d’oublier le bon conseil que donnait Sacha Guitry : « Ne faites jamais l’amour, le samedi soir », disait-il, « car s’il pleut le dimanche, vous ne saurez plus quoi faire ! » Allons donc, nous avons les journaux, les hebdos, la radio, le départ des 24 heures du Mans cet après-midi et en Afrique du Sud, un match-test de rugby entre le Quinze de France et les Springbox. Et je ne dis rien de l’enchantement promis aux adolescents grâce aux dernières révisions du bac. Si ce n’est pas de la joie, ça, je ne sais pas ce qu’il vous faut ? A ce propos, que pensez-vous du mot de Raymond Domenech commentant le match nul des Bleus d’hier, face aux Uruguayens : zéro à zéro : « Nous avons manqué de finition ! ». Jean Jaurès disait cela autrement quand il expliquait avec humour dans « l’Armée nouvelle » qu’en France « on fait sa première communion pour en finir avec la religion, on prend son baccalauréat pour en finir avec les études et on se marie pour en finir avec l’amour ». En attendant, si les Bleus n’ont pas gagné, ils n’ont pas perdu et avant d’en finir avec la Coupe du Monde, ils peuvent se reprendre le 17 juin prochain face au Mexique. Mais c’est vrai, ce matin, la presse est déçue et riche de regrets. « Tout reste à faire !», pour le JOURNAL du DIMANCHE et le PARISIEN. « C’est pas gagné » soupire FRANCE SOIR. C’était une rentrée bien timide, reconnait le FIGARO, après avoir noté que les Sud-Africains eux aussi ont fait jeu égal avec les Mexicains. LIBERATION souligne de son côté, que l’Uruguay a tenu tête face aux Bleus. Tandis que l’EQUIPE considère qu’un tien vaut mieux que deux tu l’auras, en titrant : « C’est déjà ça ! ». La presse quotidienne régionale est plus sévère que la presse nationale. « La France n’y arrive décidément pas », titre en manchette la PROVENCE, avec ce commentaire déçu, d’un journal habitué désormais aux triomphes de l’OM. « Les Bleus ont été incapables de profiter du match nul entre l’Afrique du Sud et le Mexique ». Le PROGRES de Lyon n’est pas plus aimable, quand il évoque des Bleus au point mort, sur une photo d’Anelka, soufflant, transpirant et comme absent face au ballon qu’il a dans les bras. « Un match frustrant » pour le REPUBLICAIN LORRAIN. « Un match loin du but », titre de son côté PRESSE OCEAN. Tandis que PARIS-NORMANDIE fustige les hommes de Domenech, en écrivant « qu’ils sont décidément toujours aussi inoffensifs ». A Lille, la VOIX du NORD est plus aimable, quand elle remarque que la fin de match aurait pu constituer une bonne affaire pour les Français. Aimable aussi, l’ALSACE de Mulhouse, qui préfère titrer, « un manque d’efficacité de l’équipe alignée par Domenech ». La palme revenant au journal l’UNION de Reims qui positive le match nul d’hier soir, avec cette formule inspirée de la méthode Coué. « Non, non, les Bleus n’ont pas été si nuls ». J’ai oublie (à tort), les DERNIERES NOUVELLES d’ALSACE et la CHARENTE LIBRE, dont les titreurs ont choisi la couleur. Pour le dernier journal cité, « ce fut une soirée bleu pâle » et pour les DERNIERES NOUVELLES d’ALSACE, « c’est une copie blanche qu’ont remis les Bleus ». Reste le contexte… d’une Afrique du Sud s’imposant sur tous les médias de la planète. Une Afrique du Sud, blanche et noire, qui nous remet en mémoire le meilleur éditorial écrit sur ce point, il y a un quart de siècle par le grand, l’excellent Bernard Lavilliers.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.