Bonjour à tous. Brice Hortefeux est-il victime d’un lynchage médiatique ? Le Ministre de l’Intérieur se dit « outré » par l’exploitation de la vidéo enregistrée le week-end dernier, sur le campus d’été de l’UMP . Dans une interview exclusive accordée à LIBERATION, Brice Hortefeux affirme qu’il n’est pas raciste et ceux qui ont diffusé un document voulant prouver le contraire, ont une volonté de nuire. C’est pourquoi, il ne s’excusera pas et ne démissionnera pas. Dans le feuilleton Clearstream, Nicolas Sarkozy est-il oui ou non victime d’une machination du trio Lahoud – Gergorin – Villepin. LE POINT ne tranche pas mais titre sur l’imbroglio politico-judiciaire où Dominique de Villepin fait figure d’accusé numéro 1. Le procès s’ouvrira le 21 septembre prochain, mais Hervé Gattegno n’attend pas pour raconter l’histoire secrète de la haine qui tenaille le Président de la République et l’ancien Premier Ministre de Jacques Chirac. Selon mon confrère, Villepin est pressé d’arriver à l’audience pour en découdre. Impatience identique du Président de la République qui a déclaré lors de son voyage au Brésil la semaine dernière : « Il est grand temps que toutes ces combines sous la 5ème République, on en soit débarrassés… Qui que ce soit qui les fasse. Les officines, les combines, il y en a beaucoup trop, et c’est une occasion pour montrer que plus personne ne sera victime de ça. Et maintenant que les prévenus s’expliquent et que les juges décident ! ». S’il n’y avait que la vidéo Hortefeux et le feuilleton Clearstream ! Mais le PARISIEN consacre ce matin, deux pages aux deux anciens Présidents du Paris-Saint-Germain renvoyés en correctionnelle parce qu’on les suspecte d’avoir organisé des montages financiers frauduleux pour obtenir la signature de joueurs prestigieux comme Anelka, Pauleta et Sorin. Accusation terrible aussi dans l’EQUIPE à propos du sport automobile et une dénonciation de l’écurie française de Renault, accusée de manipulation par son ancien pilote Nelson Piquet. Renault réplique, en attendant les vérifications de la Fédération internationale du Sport Automobile. Mais l’EQUIPE rappelle qu’une affaire semblable, avait valu une exclusion de Mac Laren au championnat du Monde 2007 et une amende de 100 millions de dollars ! Tricherie au « Parti Socialiste ». LE POINT publie quelques extraits du livre qui fait grand bruit. « Hold-up, arnaques et trahisons », aux éditions du Moment. L’ouvrage d’Antonin André et Karim Rissouli coûte 16 euros 50. LE POINT a sélectionné un passage qui accuse la direction du PS, d’avoir bourré les urnes pour faire triompher Martine Aubry de Ségolène Royal. Un autre extrait évoque la solitude de Julien Dray depuis ses problèmes judiciaires. Le dernier morceau choisi revient sur l’enquête interne menée au FMI sur la vie privée de Dominique Strauss-Kahn. Et le tout est titré : « L’enquête qui accable Aubry ». Le FIGARO, consacre quant à lui, trois colonnes à la une à la contre-attaque que prépare Ségolène Royal contre les fraudeurs de son parti. La présidente de Poitou-Charentes réclame des sanctions contre les tricheurs et fera une déclaration solennelle, mardi prochain. On croyait que tout avait été dit, hier matin, sur France Inter, au micro de Nicolas Demorand… Et bien non, François-Xavier Bourmaud complète dans le FIGARO, en soulignant que Madame Royal ne lâche pas prise… même si l’hypothèse d’un nouveau vote des militants socialistes est hautement improbable. Frédéric Durand dans l’HUMANITE ne croit pas, pour sa part, que Ségolène Royal intentera une action en justice, contre les dirigeants de son parti. Selon lui, la déclaration solennelle de mardi, ne vise qu’à entretenir le suspens. Et mon confrères communiste de titrer : « Royal, l’éternelle victime ». Avant d’expliquer à ses lecteurs : « A six mois des régionales, Ségolène Royal mène une timide offensive, après la parution d’un ouvrage stigmatisant des fraudes au Parti Socialiste. Triches, mensonges et vidéos, voilà ce qui fait aujourd’hui la diagonale des journaux. La CROIX y ajoute un dossier sur les salariés, les patrons, l’Etat et les collectivités territoriales qui dans de nombreuses régions, s’unissent pour tenter d’innover, face à la crise, et sauver l’emploi. François-Régis Hutin, lui, se demande dans son éditorial d’OUEST-FRANCE, si la peine de mort a vraiment été abolie dans notre pays. Suicides dans les prisons, suicides à France Télécom, avec hier, cette jeune femme de 32 ans qui se jette par la fenêtre de son entreprise, dans le XVIIème arrondissement de Paris… 23 suicides en 18 mois. Le bonheur est-il toujours une idée neuve en Europe comme le croyait Saint-Just, ou le XXIème siècle français, nous condamnerait-il au pire. Alain Finkielkraut publie chez Stock un livre justement intitulé : « Un cœur intelligent ». Manquerions-nous… de cœur et d’intelligence… Je propose deux réponses… celle de Jean Cocteau destinée aux avides, aux tricheurs. Et puis une autre, détachée d’un magnifique éditorial de l’HUMANITE. « Jeune hommes avides, croyez-moi. Il n’existe que deux manières de gagner la partie : jouer cœur ou tricher. Tricher est difficile ; un tricheur pris est battu. Jouer cœur est simple. Il faut en avoir, voilà tout. Vous vous croyez sans cœur. Vous regardez mal vos cartes. » ("Jean Cocteau") « C’est par des informations étendues et exactes que nous voudrions donner à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde. Une grande cause n’a besoin ni du mensonge, ni du demi-mensonge, ni des informations tendancieuses, ni des nouvelles forcées ou tronquées, ni des procédés obliques ou calomnieux. Elle n’a besoin ni qu’on diminue ou rabaisse injustement les adversaires, ni qu’on mutile les faits. Il n’y a que les classes en décadence qui ont peur de toute la vérité ; et je voudrais que la démocratie socialiste unie à nous de cœur et de pensée, fût fière bientôt de constater avec nous que tous les partis et toutes les classes sont obligés de reconnaître la loyauté de nos comptes-rendus, la sûreté de nos renseignements, l’exactitude contrôlée de nos correspondances. J’ose dire que c’est par-là vraiment que nous marquerons tout notre respect pour le prolétariat. Il verra bien, je l’espère, que ce souci constant et scrupuleux de la vérité, même dans les plus âpres batailles, n’émousse pas la vigueur du combat : il donne au contraire aux coups portés contre le préjugé, l’injustice et le mensonge une force décisive. » (« Jean Jaurès »)

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.