Bonjour à tous… Est-ce que Kadhafi regarde comme vous et moi les images du Japon meurtri, à la télévision ? A-t-il oui ou non (puisqu’il lit Montesquieu), imaginé avec Camus, Sisyphe, heureux de soulever son rocher, face à l’absurdité du monde ? « Il n’y a qu’un monde », écrit Camus. « Le bonheur et l’absurde sont deux fils de la même terre. Ils sont inséparables. Notre univers est farouche et limité. Mais notre destin est une affaire d’homme qui doit être réglée entre les hommes ! ». Et l’écrivain que n’a évidemment pas lu Kadhafi conclut : « Toute la joie de Sisyphe est là. Son destin lui appartient. Son rocher est sa chose. Il n’y a pas de destin aujourd’hui supérieur au sien. Et l’univers sans maître, ne lui paraît ni stérile, ni fertile ! La lutte suffit à remplir son cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux ». Le Japon, frappé trois fois, comme l’écrit le JOURNAL du DIMANCHE, par le séisme, le tsunami et le danger nucléaire, nous apparaît malheureux, mais il roule sa pierre. Les Européens, Obama, la ligue arabe, la roulent aussi à leur manière pour empêcher Kadhafi et son fils Seif-al-Islam d’écraser sous les bombes les insurgés mal équipés de Benghazi… Ceux-là, appellent au secours, écrit Ava Djamshidi, dans le PARISIEN ce matin. Juste au-dessus d’une chronique optimiste de Bernard-Henri Lévy, qui promet le début de la fin pour Kadhafi. Il faut, dit Bernard-Henri Lévy, mettre son aviation hors d’état de nuire. Il y a deux moyens pour ça. Brouiller les systèmes de transmission et de guidage des avions, ou bombarder les pistes de décollage. Au passage, Bernard-Henri Lévy, qui est apparu l’autre jour, conseiller et porte-parole de Nicolas Sarkozy, félicite le Président de la République, de son attitude « impeccable ». Avant d’expliquer que dans cette affaire, le chef de l’Etat lui a semblé plus proche de Mitterrand que de Chirac. Ce qui, dans sa bouche, est naturellement un compliment. Reste à savoir, quand Kadhafi, isolé diplomatiquement et empêché de nuire militairement, sera contraint de céder la place, comme Moubarak et Ben Ali. Le MONDE daté dimanche-lundi, écarte toute idée de calendrier, en soulignant les réticences d’Angela Merkel et de Barack Obama, devant l’option militaire. Des réticences, dont selon mes confrères Rémy Ourdan et Arnaud Leparmentier, la France et le Royaume Uni doivent tenir compte. Corinne Lesnes, la correspondante du MONDE à Washington, remarque cependant que si Obama est prudent sur l’opportunité d’une ingérence en Libye, lundi à Paris, Hillary Clinton, prendra contact avec la rébellion libyenne. * Le rocher de Sisyphe a roulé là aussi, en espérant qu’un jour prochain, le peuple libyen sortira de la nuit ! En attendant, faut-il ce dimanche, avec toute la presse française, nationale et régionale, agiter le spectre de la catastrophe nucléaire. Les radios-télévisions hier et cette nuit, ont dit et répété que les réacteurs de la centrale de Fukushima pourraient entrer en fusion, et relâcher des radiations radioactives. Alerte niveau 4, dans la fourchette de Three Mile Island, inférieure au niveau 7 de Tchernobyl. Ce qui ne rassure évidemment personne. La preuve, tous les journaux dominicaux, du MONDE au JOURNAL du DIMANCHE, du PARISIEN aux DERNIERES NOUVELLES d’ALSACE, et du DAUPHINE à SUD-OUEST, en passant par la VOIX du NORD et NICE-MATIN, titrent sur la peur de la catastrophe nucléaire, s’ajoutant au désastre du tsunami. Le JOURNAL du DIMANCHE et le MIDI-LIBRE s’accordent pour évoquer ce qu’ils appellent le spectre de Tchernobyl d’avril 1986, et des milliers de cancers recensés dans les années qui ont suivi. Mais je ne crois pas nécessaire d’ajouter de l’effroi supplémentaire aux informations précises dont nous disposons. C’est pourquoi, il me faut vous inviter à lire l’analyse que signe Thierry Breton, ancien ministre de l’Economie et amoureux du Japon. Analyse que publie le JOURNAL du DIMANCHE avec cette information : « Le pays va sortir renforcé ! ». « Le Japon », écrit-il, « est le pays le mieux préparé psychologiquement, techniquement et technologiquement à un séisme de grande amplitude. Son organisation est extraordinaire, tout comme le sens civique et la cohésion sociale. Depuis hier, tout a fonctionné. L’impact sur les constructions, sur les ouvrages d’art a été maîtrisé. Lundi, des millions de Japonais se rendront au travail. Je suis sûr que le pays va sortir renforcé. Bien sûr, le séisme aura un coût. Je me souviens qu’on avait chiffré celui de Kobe, en 1995, à une centaine de milliards d’euros. La catastrophe de vendredi va aussi alourdir une dette déjà considérable. Mais cela va renforcer la cohésion sociale dans l’archipel. Quant à la catastrophe nucléaire, le Japon exploite le même nombre de réacteurs que la France et les gère avec une clarté absolue. C’est l’un des pays au monde qui maîtrise le mieux la sûreté nucléaire. J’ai une totale confiance dans la façon dont réagissent les autorités japonaises. Elles disposent d’un système de protection très élaboré. L’hypothèse d’une explosion nucléaire n’est pas concevable. » Sur la même page du JOURNAL du DIMANCHE, l’écrivain Yves Simon ajoute à l’optimisme raisonnable de Thierry Breton son admiration pour un peuple japonais, habitué au provisoire, à l’éphémère et au fragile. Ici, écrit-il, on ne pense ni à la flèche, ni à la cible, mais à la politesse qu’il faut avoir, avec l’arc. La flèche n’a pas plus de sens que la vie. Camus encore, et l’absurdité des destins collectifs et individuels ! Au Japon, dans cet empire de l’inespoir… Ici, écrit Yves Simon, à chaque minute de la nuit et du jour, un gong rappelle aux passants les désastres d’Hiroshima et de Nagasaki. Un petit sondage pour finir. Et deux petites surprises de politique française. Baromètre IFOP-JDD : 71 % de Français mécontents de Jacques Chirac. Titre du JOURNAL du DIMANCHE : Sarkozy président de droite le plus impopulaire. Il dépasse Jacques Chirac dans le désamour. A 14 mois des présidentielles, il est minoritaire dans toutes les catégories sociodémographiques. Loin devant, François Fillon se maintient à 48 % d’opinions favorables. Les deux surprises. Une dans VSD. L’autre dans le POINT. Dans VSD, une information, sur ce que vous verrez à 12h45 sur Canal Plus, ce dimanche. Deux journalistes ont suivi pendant un an le directeur général du FMI. Et capté à Yalta, cet aparté entre Bill Clinton et lui. C’était en 2010. Dominique Strauss-Kahn à Clinton : « Should Irun ? » « Dois-je me lancer ? ». Réponse de Clinton, hilare : Il faut y aller évidemment ». VSD maintenant. A la table de Paul Wermus… 3 invités… Chantal Jouanneau, Jean-Luc Romero et Denis Jeambar, grand journaliste s’il en est. Denis Jeambar, selon VSD, a l’oreille de l’Elysée. Et il déclare, je le cite : « Nicolas Sarkozy m’a dit : « Je veux réformer complètement ce pays. Les gens me détesteront. Je m’en moque. C’est l’Histoire qui me rendra grâce et je ne ferai qu’un mandat ». Et de conclure : « J’ai une certitude : François Hollande gagnera les primaires, et il sera le prochain président de la République ! »

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.