Sale temps pour les idoles…

Dans les années 60, l’idole des jeunes s’appelait Johnny. Dans les années 90, l’idole des jeunes s’appelait Patrick… Aujourd’hui, parmi les idoles des jeunes, on trouve le rappeur Black M., un rappeur populaire qui remplit des Zéniths… Raison pour laquelle le maire de Verdun avait décidé de l’inviter à l’occasion des célébrations du centenaire de la bataille de Verdun, qui se dérouleront dans dix jours. Un concert en marge des cérémonies officielles.

Mais si, aujourd’hui, les chansons de Black M ne font franchement de mal à personne – aux oreilles, un petit peu, mais les textes sont assez sages – dans le passé, en revanche, et notamment quand il appartenait au groupe Sexion d’Assaut, certaines de ces chansons avaient fait scandale. Ainsi, en 2010, un couplet à propos de la France dans lequel, s’adressant à ses parents, il disait : « Je me sens coupable… Quand je vois tout vous a fait ce pays ‘kouffar’… » ‘Kouffar’ : terme péjoratif signifiant ‘mécréant’. Et c’est ce texte qu’on ressorti cette semaine une foultitude de personnalités de droite – de droite et d’extrême-droite – qui se sont donc élevés contre la venue du jeune rappeur à Verdun.

Parmi eux : Robert Ménard et son amie Marion Maréchal Le Pen, mais aussi Florian Philippot, Nadine Morano, Hervé Mariton et même François Fillon. Résultat : « Le concert de Black M. annulé » , comme le titre LE FIGARO. « Black M. perd la bataille de Verdun » , lance pour sa part LE PARISIEN. Face au déluge de protestation qui s’est déversé dans la presse, comme sur les réseaux sociaux – un déchaînement de haine, de menaces et d’insultes – le maire de Verdun, Samuel Hazard, a finalement décidé de reculer. Il avait pourtant tenté de tenir bon, qualifiant le chanteur « d’enfant de la République, plébiscité par les jeunes comme aucun autre artiste français » .

Au FN, suite à cette annulation, on se frotte bien sûr les mains. Quant à Black M, il se désole, évoquant sur sa page Facebook « une polémique inquiétante » Sur le site, il a posté une photo de son grand-père, d’origine guinéenne, qui a combattu au sein des tirailleurs sénégalais. « Je suis Français , écrit-il. Je suis né en France et j’ai été éduqué par la France, terre d’accueil de mes parents. »

Dès hier, le secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini, a d’ailleurs expliqué qu’il voyait dans cette annulation « un premier pas vers le fascisme et le totalitarisme » . Les commentaires des éditos sont dans la même veine ce matin. Notamment sous la plume de Yann Marec dans MIDI LIBRE : « Certes, écrit-il, la décision de faire venir un artiste comme Black M pour les cérémonies de Verdun n’était pas de bon goût. D’autres vedettes collaient mieux. Mais le débat aurait dû s’arrêter là. Or non ! L’intolérance incarnée par le Front National a dépassé les bornes. Et c’est une véritable machine à penser raciste qui s’est mise en marche. »

La réforme du Code du Travail continue aussi de faire la Une… et de susciter des tensions.

« Des grèves et des tensions », titreL’INDEPENDANT . Malgré – ou à cause de son adoption à l’aide du 49-3, de nouvelles grèves sont prévues la semaine prochaine. A Rennes, où les heurts se sont multipliés hier entre manifestants et les forces de l’ordre, la préfecture a d’ailleurs interdit le rassemblement qui était prévu aujourd’hui. A Rennes, « une atmosphère d’état de siège », commente LE TELEGRAMME , tandis que L’ECHO DE LA HAUTE VIENNE évoque « une poudrière sociale » et un gouvernement « au bord de l’explosion ». De son côté, PRESSE OCEAN évoque le sort d’un policier récemment passé à tabac. Un lycéen de 18 ans a été arrêté jeudi. Il est soupçonné d’avoir participé, le 3 mai, à la violence agression d’un commandant de police à coups de barre de fer…

Concernant le 49-3, ce fameux article permettant de faire adopter un texte sans vote, LE FIGARO rapporte la réaction de Martine Aubry, laquelle a estimé que ce recours n’était « pas acceptable ». Le journal nous explique aussi que Manuel Valls voudrait sanctionner les députés frondeurs qui ont voulu le sanctionner, mais que comme toujours, François Hollande choisit de temporiser… N’empêche, estime à la page Opinions Paul-Henri du Limbert : « Jacques Chirac, il y a 19 ans, avait dissous pour moins que cela… » A l’époque, on avait reproché au chef de l’Etat une « dissolution de convenance »… Mais si, dit-il, François Hollande se résignait à l’imiter, on pourrait alors parler d’une « dissolution d’évidence », dit-il… Ou de clairvoyance.

A la rubrique politique, on relèvera par ailleurs deux dossiers dans la presse régionale. Deux dossiers qui font suite à ‘l’affaire Denis Baupin’, révélée cette semaine par FRANCE INTER et MEDIAPART . « Sexisme en politique : des élues béarnaises témoignent » : C’est à lire dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES . « La politique, un monde encore macho » , titre de son côté LA CHARENTE LIBRE , avec cette fois des témoignages d’élues charentaises qui, elles, préfèrent donc plutôt parler de machisme que de sexisme.

Mais le machisme existe aussi dans les programmes scolaires, ainsi que le rapporte l’hebdo FEMMES ACTUELLES. Cette année encore, les programmes de littérature du bac L ne comportent que des écrivains. Pas une seule femme ! Et pas davantage parmi les auteurs étudiés au collège et au lycée. Sur son blog, une professeur de lettre, François Cahen, s’en désole : « Je ne demande pas la parité , écrit-elle, mais qu’il y ait au moins une femme en vingt ans, ce ne serait pas complètement fou, non ? » Elle a d’ailleurs lancé une pétition, demandant au ministère de l’Education Nationale que Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, George Sand et d’autres figurent à l’avenir au programme. Comme le lit le journal : « On ne peut que signer illico ! »

Une idole du football fait aussi la Une ce matin. Notamment la Une de L’EQUIPE avec ce titre :« Nous nous sommes tant zlatanés ! »

Ce soir, Zlatan Ibrahimovic jouera son dernier match au Parc des Princes et en ligue 1. En 4 saisons, par ses buts et ses provocations, l’attaquant suédois est devenu la plus grande star du Championnat, qui l’a d’ailleurs autant aimé que détesté. Cependant, si l’annonce du départ de Zlatan a donné le sentiment qu’il s’agissait de sa décision, il n’en rien, nous explique dans le quotidien Damien Degorre. « Je suis arrivé comme un roi, je pars comme une légende » , a-t-il donc annoncé hier. « Concis, efficace, spectaculaire, un brin mégalo – en un mot, ‘zlatanesque’ » , commente mon confrère. « Mais dans les faits, la star du PSG a juste rendue publique une décision actée par ses dirigeants après l’élimination contre Manchester City, en quarts de finale de la Ligue des Champions, au cœur du moins d’avril. » Décision prise au grand regret du Suédois, heureux semble-t-il à Paris, et qui aurait souhaité rester deux années de plus.

Zlataner’ , ‘zlatanesque’ : des mots entrés désormais dans le langage courant. Comme d’autres qui viennent de faire leur entrée dans le dictionnaire Le Robert. Certains journaux y reviennent ce matin : geek, youtubeur, trolls, viandard, zadiste, matinalier – lorsque l’on travaille tôt le matin à la radio, on exerce le métier de matinalier.

De son côté, LE PARISIEN propose ce matin tout un dossier sur le scandale des permis de conduire frauduleux : « Ils achetaient leur permis en préfecture » _ Près de 300 conducteurs se sont procuré, moyennant finances, de vrais-faux permis de conduire, grâce à la complicité d’agents de la préfecture des Hauts-de-Seine. Une combine à plus d’un million d’euros. **Parmi ceux qui ont profité de l’arnaque, de nombreuses célébrités, à l’instar de l’animateur de Canal+ Ali Badou. « J’ai fait une énorme bêtise »_ , reconnait-il dans le quotidien.**

L’autre dossier du journal concerne la soirée télé : deux programmes musicaux au programme. D’un côté, la finale de l’émission The Voice – c’est sur TF1. De l’autre, sur France 2, le concours de l’Eurovision – avec un candidat français, qui chante notamment en anglais… Jack Lang, vous allez regarder quoi ?

JACK LANG : « Je vais aller au cinéma. »

Eh bien, sur ce, je propose l’entrée dans le dico d’un nouveau mot : le verbe « Jacklanguer » – parler avec Jack Lang.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.