Il parait qu’il y a des gens qui laissent toute la journée leur télé allumée. Même quand ils ne sont pas là ; quand ils sortent faire les courses ou qu’ils vont travailler.

Et, parfois, ils expliquent que c’est pour leur chien, leur chien qui reste à la maison. Eh bien oui, la télé, ça lui fait de la compagnie… Mais, dès lors, que voit donc un chien quand il regarde la télé ? Qu’est-ce qui se passe dans les cerveaux des chiens quand ils sont devant un écran ? C’est la question que pose le site THE CONVERSATION, en se référant à une étude menée sur le sujet… J’avoue que je ne savais pas que des chercheurs menaient de telles études. Mais bon, si ça peut faire avancer la science, après tout, pourquoi pas. Première conclusion : les chiens ne perçoivent pas les images comme nous. Ils sont dotés d’une vision dichromatique, ce qui signifie qu’ils distinguent uniquement les nuances de jaune et de bleu. Leurs yeux sont par ailleurs plus sensibles aux mouvements – raison pour laquelle ils seraient plus accros aux télés en haute résolution.

Mais qu’est-ce qu’ils aiment regarder ?

Eh bien, donc, selon cette étude, les chiens ont un goût prononcé pour les programmes qui montrent… des chiens. Sachant que ce sont surtout les sons qui les attirent vers les écrans : les aboiements et les gémissements de leurs congénères… Cela dit, ils ne regardent pas la télévision comme nous. Ils restent rarement vautrés sans bouger sur leur canapé, mais ils font des allers-retours incessants : le coussin, le poste, le coussin, le poste, le coussin, le poste… Durée maximum de leur attention : 3 secondes à zieuter le programme. Souvent, ça ne mérite pas plus.

Alors, je ne sais pas combien de chiens regarderont le débat de ce soir… Pas certain qu’ils soient très nombreux. Deuxième débat des candidats de la primaire de la ‘Belle Alliance’, comme on dit... Sept candidats face à quinze caméras et 200 spectateurs – les téléspectateurs, on ne saura que demain combien ils étaient. Un débat de deux heures et demie, pendant lequel ils exprimeront leurs points de vue sur l’Europe, sur Poutine et sur Trump, leur vision de l’écologie, de la gauche et de l'éducation. Dans le JOURNAL DU DIMANCHE, vous lirez que les équipes de chacun d’entre eux considèrent que le premier débat était raté… Les amis de Benoît Hamon l’ont trouvé trop peu souriant – faut dire qu’il avait mal au dos. Les amis d’Arnaud Montebourg l’ont trouvé pas assez offensif. Et, comme d’autres, un ami de Vincent Peillon concède, je cite : ‘on s’est quand même emmerdés’… Le mot ‘ennuyé’ serait un peu plus poli.

Mais aujourd’hui, le principal objet d’ennui de tous les candidats qui débattront ce soir, c’est la concurrence de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon qui, hier, a eu ce bon mot à propos du PS : ‘plutôt que de présenter un candidat, il ferait mieux de présenter ses excuses’. Hommage à Mitterrand, qui avait dit la même chose à propos de la candidature Giscard en 81. Quant à Emmanuel Macron, il est en photo à la Une de l’hebdomadaire, sous ce titre : ‘Macron menace la primaire’. Sondages à la hausse, grosse affluence à ses meetings – hier, c'était à Lille, près de 5.000 personnes – et des ralliements en cascade : Serge Lepeltier, Corinne Lepage, Jean-Marie Cavada, le communiquant Claude Posternak, pourtant proche de Martine Aubry. Même l’ancien communiste Patrick Braouzec se tâte, et dans la garde rapprochée du président de la République, certains ne cachent plus qu’ils voteront pour Emmanuel Macron. Jean-Pierre Mignard, Bernard Poignant, et sans doute François Rebsamen.

D'après LE JOURNAL DU DIMANCHE, Ségolène Royal conseille Macron même en coulisse

Il et elle s’échangent des textos, et après le second tour de la primaire de la gauche, elle devrait dire, selon l'hebdo, qu'Emmanuel Macron ‘est le seul à pouvoir faire gagner la gauche’. Du reste, encore plus surprenant : François Hollande lui-même pourrait décider de le soutenir. C'est en tout cas ce qu'affirme l'avocat Dominique Villemot, un ami du chef de l’État. D'après lui, celui-ci se prononcera au plus tard début mars, et il soutiendra donc ‘probablement Macron’. Important, tout de même, que ce ‘probablement’. Prévision d'un intime lui-même devenu macroniste, si tant est que ce mot-là existe. Visiblement, les socialistes sont chaque jour un peu plus nombreux à quitter le navire pour rejoindre celui qui a le vent en poupe. Et de plus en plus nombreux, aussi, à penser que si les sondages ne s’inversent pas, il faudra que le candidat désigné du PS s’efface au profit de Macron dès le premier tour. Et tant pis si l’on ne sait toujours pas très exactement quelle est la direction que prend ce bateau-là.

Emmanuel Macron au centre de tous les débats. Et pourtant, bizarrement, l’homme de l’année 2017 s’appelle… Alain Juppé ! C’est, du moins, ce qu’on peut lire dans LA REVUE DU VIN DE FRANCE, qui tous les ans, comme aux Césars ou aux Victoires de la musique, décerne différents trophées : le vigneron de l’année, le négociant de l’année, le spiritueux de l’année. Et donc, l’homme de l’année, pour LA REVUE DU VIN DE FRANCE, c’est Alain Juppé. Parce qu’il a lancé dans sa ville l’événement ‘Bordeaux fête le vin’, puis créé la Cité du vin, inaugurée en juin dernier : 250.000 visiteurs en six mois : un succès immédiat. C’est la semaine dernière que le candidat malheureux de la primaire de la droite a reçu son prix, lors d’une cérémonie dans un grand hôtel parisien. ‘Pour moi, cette année commence mieux que 2016 ne s’est terminée’, s’est amusé le lauréat, ajoutant : ‘Vous n’imaginez pas quelle est ma joie d’arriver enfin sur la première marche du podium !’

Comment rendre les lieux de culte plus attractifs ?

Eh bien, pourquoi pas en y installant une salle de musculation ? Selon le magazine OUTSIDE, cité cette semaine dans COURRIER INTERNATIONAL, c’est la nouvelle tendance lancée par des églises américaines. Des salles de sport ultra luxueuses, à la fois à la gloire du fitness et de Dieu. Et la revue explique qu’à une époque où les congrégations comptent de moins en moins de membres, ‘l’une des principales raisons d’être de ces salles de gym, s’appuyant sur la foi, est de rendre l’Evangile plus séduisant’. Dix minutes de rameur, deux pages de l’Ancien Testament. Vingt minutes d’abdos-fessiers, six pages du Nouveau Testament. L’enjeu premier est donc de moderniser l’image de des églises et surtout de motiver les fidèles à s’y rendre, et pas seulement le dimanche matin.

Sur le sujet, je vous conseille par ailleurs la lecture du reportage de Maxime Mallet dans LE MAGAZINE L’EQUIPE. Reportage, à New York, dans le Bronx, où des moines franciscains vont au-devant des plus démunis ballon de basket à la main. Là encore, il s’agit de toucher le public le plus large : prêcher la bonne parole par le biais du sport que les jeunes pratiquent dans la rue. ‘Ces hommes-là m’ont sauvé. Sans eux, je serai sans doute en prison’, témoigne ainsi Miguel, un latino de 22 ans, qui vient souvent s’entraîner dans le gymnase de ces frères franciscains. Des moines basketteurs, qui troquent donc leurs sandales contre des chaussures de sport. En revanche, ils ne quittent jamais leur robe de bure à capuche. D’ailleurs, dit l’un d’eux, ‘c’est un peu frustrant de jouer avec notre habit : on ne peut pas faire passer le ballon entre nos jambes’. Et de fait, pour les dribles, la robe de bure, ce n’est pas commode.

Pour le reste, AUJOURD’HUI LE PARISIEN ouvre, ce matin, le dossier sur ‘la plaie de l’absentéisme’ chez les fonctionnaires.

Il explose notamment chez les agents territoriaux et dans les hôpitaux. Explosion du fait des absences pour maladie ou pour accident du travail. En cause, le vieillissement de même que la pénibilité de certains postes. Mais aussi les abus, il y a des abus, et des sanctions devraient être progressivement mises en place.

De son côté, le JDD propose un document exclusif : ‘ce que Kim Kardashian a dit à la police’. La starlette de télé-réalité a raconté par le détail son agression tout début octobre à Paris : ‘Ils m’ont attrapée et emmenée, j’étais en peignoir’. Bon, franchement, on s’en moque un peu.

Enfin, je terminerai avec deux infos qui, sans doute, intéresseront les chiens

D’abord, dans le supplément Ile-de-France du PARISIEN : le retour du loup près de Paris ! Selon deux associations, des canidés auraient été récemment observés en Essonne et dans les Yvelines. Les loups vont donc peut-être entrer très bientôt dans Paris, même si les autorités se montrent, pour l’heure, assez sceptiques.

Et puis, une autre info animalière dans les colonnes du JDD : les babouins seraient sur le chemin de la parole. C’est le résultat d’une étude publiée cette semaine dans une revue américaine. Étude montrant que les babouins peuvent produire au moins cinq sons, qui s’apparentent à des voyelles. Ils peuvent même combiner ces sons, par exemple un ‘a’ et un ‘u’, ce qui leur permet de lancer : ‘Wahou’ ! La théorie dominante, qui affirmait jusque-là que la parole était apparue avec l’homme moderne il y a 100.000 ans, prend donc un sacré coup de vieux : la langue humaine serait, en réalité, nettement plus ancienne. Sur ce, je n’ai qu’un mot : ‘Wahou’ !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.