On ne s'est jamais autant parlé...

C'est un signe des temps sans doute. Vous avez vu ça place de la République à Paris et ailleurs, toutes les nuits...

Et partout tous ces gens sur leur smartphone qui parlent parfois très fort dans le train ou qui donnent l'impression de parler tout seuls sur le trottoir.

Bon, c'est un fait que souligne LE PARISIEN AUJOURD’HUI EN FRANCE, les français ont plus que jamais le besoin de s'exprimer.

Voir aussi les terrasses de bistrots qui ne désemplissent pas n'en déplaise aux terroristes.

Voir enfin le succès de Blablacar , application de covoiturage qui revendique 5 millions d'abonnés adeptes des voyages pas chers et de la convivialité puisque les visiteurs doivent indiquer dans leur profil à quel point ils sont bavards....

un peu bla, beaucoup blabla, énormément blablabla....et je ne dis pas çà pour vous !

Bref on aime parler, et c'est le moment d'en profiter avec ce samedi à paris un festival de la conversation, au centre de l'archipel rue de St.Petersbourg (voir sur le site festival des conversations ) des élus, des artistes, des scientifiques qui vont venir deviser sur les vertus de la causette qui est aussi une arme, écrit LE PARISIEN, une arme légale qui permet de lutter contre les violences du quotidien.

Alors oui il arrive qu'on parle pour ne rien dire ...

Le philosophe Raphael Enthoven le dit au journal c'est même la raison d'être de la plupart de nos échanges, car que disent nos paroles au-delà du contenu qu'elles se donnent ?

Que nous redoutons le silence comme la peste !

Surtout ici en radio on n'aime pas ce que nous appelons des blancs à l’antenne, et donc vite enchaînons.....

Enchaînons avec justement la Nuit debout ....

Le mouvement né le 31 mars dans la foulée d'une manifestation contre la loi travail est-il en train de se faire déborder par les casseurs. On l'a vu encore cette nuit, de nombreuses dégradations, des affrontements avec les forces de l'ordre....

mais les casseurs sont-ils tous extérieurs au mouvement : c'est la question que se pose LE FIGARO.

Car oui certes écrit Marie Estelle-Pech on disserte pendant des heures place de la République dans des commissions et des sous commissions, dans une ambiance baba cool, en condamnant officiellement les casseurs mais tout n'est pas si simple. Car en AG certains justifient les violences qui permettent de progresser dans la lutte et de faire parler de nous comme le dit un orateur.

Quand on s'attaque à la vitrine d'une banque c'est pour dénoncer l'hypocrisie d'une société qui glorifie les riches!

Il faut prendre ce rassemblement de République pour ce qu'il est, commente Laurent Joffrin dans LIBERATION un laboratoire !

Mais pas un laboratoire d'experts patentés et de chercheurs professionnels, un laboratoire populaire!

Ce que traduisent ces titres du journal :nuit debout , nuits débats, la nuit debout : les mots de minuit ... On veut y changer le monde reprend Joffrin, mais sans prendre le pouvoir....

Et c'est là sans doute la limite de l'exercice, comment lui donner un débouché ?

Ce qu'exprime un manifestant repéré par le reporter de LIBERATION, et qui reconnait : oui c'est vrai, on va finir par tourner en rond à force de discuter! Maintenant faut qu'on sorte des choses concrètes, et tiens, qu’on mette en place une commission d'application de nos mesures ...

après la nuit vient le jour

Comment donner une suite à ces mesures votées par l'assemblée des citoyens de nuit debout (car ce ne sont pas les idées qui manquent, le revenu de base pour tous, les prix libres à la cantine, le tirage au sort qui remplacerait dans certains cas l’élection) ?

Certes les idées ne sont pas des revendications, et ne font pas un programme...

Mais ce n'est pas le but: ce mouvement que décrypte Renaud Dély dans l'OBS c'est d'abord un symptôme, le symptôme d'une défiance à l'endroit du système politique et d'une crise démocratique profonde dans laquelle le pays s'est enfoncé à mesure que l'abstention et le populisme d'extrême droite ont progressé....

La période était au pessimiste poursuit l'éditorialiste de l'OBS, à la résignation ,au malaise identitaire et voilà que tout à coup ,à travers cet opni ,objet politique non identifié, voilà que le fond de l'air si brun vire de nouveau au rouge!

Cà c'est la façon sympathique de regarder le mouvement....

D'autres sont moins convaincus et c'est un euphémisme. Lire Etienne Gernelle dans LE POINT qui dit ressentir une grosse fatigue à constater l'importance accordée par les médias à ces couche-tard certes pittoresques mais qui ne font que psalmodier des âneries en se prenant pour des héros....

Et plus loin pierre Antoine Delhommais en remet en couche en ironisant sur les sermons nébuleux et ampoulés des nuiteurs debout....

Alors bien sur écrit-il, il est interdit de se moquer de cette manifestation festive et citoyenne qui dit pourtant au moins une chose: que le FN n'a pas le monopole de la bêtise économique.

Voilà çà c'est fait!

Maintenant vont-ils pouvoir durer très longtemps ces rassemblements, ces voyages au bout de la nuit comme dit le monde dans ses pages idées...

Rien de moins sûr : on est quand même très loin des indignés de Madrid qui campaient de façon permanente à la Puerta del Sol; et surtout le mouvement a du mal à s’ouvrir, à se diversifier sociologiquement...

Bref et pour conclure avec ce que dit au journal LE MONDE un politologue averti: si le mouvement parvient à imposer ses questionnements dans le débat public il pourrait servir d'adaptateur pour passer de la gauche d'hier à celle de demain

Et si la gauche de demain avait le visage d’Emmanuel Macron ?

Qui aurait dit çà il y a seulement quelques mois.

Et pourtant ! maintenant, c’est le titre du PARISIEN en une, tout peut arriver pour la présidentielle de 2017, dans un an tout juste.

Voir le sondage Odoxa : Macron deuxième candidat préféré derrière Juppé, devant Sarkozy et loin devant Hollande....

Lui pourrait se qualifier au second tour.

en moins de dix jours commente LE PARISEN il a lancé sa start-up politique, demandé un bilan du quinquennat et s'est affiché dans PARIS MATCH avec sa femme le jour même où le chef de l'Etat intervenait à la télé....

Bon il s'en est expliqué, reconnaissant avoir fait une bêtise, mon épouse ne connait pas le système médiatique etc....

Emmanuel Macron serait donc comme dit ce matin en le site SLATE.FR il serait donc people à l'insu de son plein gré

Surveillez vos femmes écrit un twittos relevé par SLATE, sinon elles risquent de faire une couv de match à votre insu!

Bref Macron a le melon a dit au PARISIEN un conseiller de l'Elysée.

Quoi qu'il en soit, commente le journal, il sera gagnant à tous les coups puisque soit Hollande ne peut pas y aller et le ministre de l'économie peut légitimement prétendre se lancer dans la course, soit Hollande y va et Macron tiendra un rôle clé dans la campagne...

Décidément Christophe Barbier dans L’EXPRESS fait le même constat c'est bien le printemps des opni , dont on parlait tout à l'heure pour la nuit debout, les objets politiques non identifiés.

Des objets lancés non pas par des extra-terrestres mais au contraire des français du terrain,voire du terroir ,contre tous ceux qui font de la politique hors sol!

En fait conclut Barbier on est en pleine ubérisation du pouvoir, où les présidentiables, ceux qui s'arrogent un monopole, sont contestés, où les intermédiaires, les partis politiques sont court-circuités!

Et Macron n'est finalement que l'autre nom de toutes ces initiatives citoyennes qui fleurissent sauvagement sous une pluie de colères et d'impatiences....

Mais dans ce champ de pissenlits saura-t-il être un bouton d'or ?

La même question que nuit debout: comment traduire politiquement cette fraicheur inédite?

Y a pas de réponse pour l'instant mais ça fait parler et, on l'a vu, c’est ça le principal !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.