Nous sommes tous des migrants

C'est la phrase qu'on retiendra de la visite du pape François à Lesbos

Quand il a lancé à tous ces gens, beaucoup de jeunes, qui se pressaient pour lui serrer la main : vous n'êtes pas seuls, nous sommes tous des migrants, puissent nos frères et sœurs de ce continent vous venir en aide dans cet esprit de fraternité et de respect de la dignité humaine qui a marqué sa longue histoire.

Le message est clair pour les européens.D'autant que le pape a joint le geste à la parole, en repartant à Rome avec douze syriens, trois familles de confession musulmane qui seront logées au Vatican.

Le pape n'a pas exprimé son désaccord par des mots commente Camille Neveux dans leJDD mais par un geste symbolique.Un acte hautement généreux et habile, qui vise évidemment à faire pression sur une Europe de plus en plus fermée sur la question migratoire.

Certains auraient espéré poursuitle JDD que François dénonce explicitement l'accord du 18 mars entre l'Union européenne et la Turquie, qui prévoit de renvoyer les migrants en Turquie, d’où les syriens triés sur le volet peuvent aller en Grèce. Le Pape a préféré ne pas en rajouter, c’était inutile....Du reste on n'est pas au bout de l'histoire.

Certes on lira que le nombre des traversées vers le continent a effectivement baissé depuis ce fameux deal, énormément baissé.

Mais comme le dit au journal un représentant d'Amnesty International en fermant une route on en ouvre une autre ailleurs.Ce dont ont bien conscience d'ailleurs les autorités italiennes, qui craignent qu'une nouvelle route du centre Europe ne prenne le relais par le sud méditerranée.

Lire dansle Monde comment l'Europe surveille son flanc Sud, c’est l'opération Sophia déployée par l'Union pour l'interception des trafiquants et le sauvetage en mer. Car oui il faut le dire aussi, la flotte de Sophia a permis de sauver des milliers de vies depuis plus d'un an....L'Europe c'est ça aussi.

Une Europe à la croisée des chemins

C'est ce que pense l'ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis qui sera tout à l'heure à midi l'invité d'Agora sur France-Inter. Varoufakis qui lance son mouvement pour une Europe démocratique et qui reste d'ailleurs fondamentalement européen mais, il le dit dans un long entretien à l'Obs , mais pas cette Europe là!

Cette Europe là c'est un "design " imposé par les Etats-Unis, la communauté européenne a été pensée comme un cartel basé sur l'industrie allemande et la bureaucratie de Bruxelles a été conçue pour gérer ces affaires loin du peuple.

Voilà le problème, le peuple, ou l'absence du peuple!

D’ailleurs, c’est toujours Varoufakis qui parle, dans les réunions de l'Euro groupe et du Conseil européen, y a des caméras, des micros...Et si on pouvait les connecter aux téléphones de tous les citoyens, partout en Europe, je peux vous dire que les décisions seraient différentes.

Une sorte de contrôle populaire permanent.

Un peu ce à quoi réfléchissent les adeptes de Nuit debout, depuis plus de quinze jours maintenant, quinze nuits plutôt....

Et d'ailleurs Varoufakis ne s'y est pas trompé qui est allé faire un tour place de la République à Paris ...

où il n'a pas été spécialement bien reçu, mais ni plus ni moins bien que n'importe quel orateur.....

La foule a voté raconte Marie Quenet dans le JDD , l’ancien ministre a eu droit à 5 minutes et les a respectées en répétant son credo :

On nous traite d'anarchistes mais ce sont eux qui organisent le chaos:

On nous traite d'utopistes a lancé Varoufakis mais il n’y a pas de plus grande utopie que d'imaginer que cette union européenne antidémocratique puisse continuer comme çà....

Des mains se sont agitées pour manifester leur approbation, pas toutes ...à la Nuit debout on se méfie des officiels fussent-ils iconoclastes, s'ils sont trop médiatiques, ils sont suspects!

C'est d'ailleurs le problème que souligne le Parisien dimanche dans son éditorial, que cette obsession du collectivisme par opposition à l'individualisme de notre société, va jusqu'à nier à quiconque de ses participants le droit de représenter le mouvement et du coup cette désincarnation du mouvement laisse le terrain à une partie plus sombre du projet, les indignés se transforment en insurgés et alors : c'est le chaos pour le chaos, la fascination du néant....

La Nuit debout ne veut pas s'égarer titre le Parisien, allusion notamment aux violences qui ont émaillé la semaine (pas cette nuit en revanche) mais alors, il devra s'incarner dans un leader, c’est en tout cas ce que pense ce chercheur de sciences po interrogé dans l'Obs.

Si globalement les mouvements contestataires finissent par s'y résoudre explique Fabien Escalona c'est parce qu'ils y gagnent ,quand le visage correspond au message! Comme Iglesias, le secrétaire général de Podemos en Espagne!

A chacun sa méthode pour trouver son champion....

Au sit-in permanent d'autres préfèrent le système des primaires pour faire émerger le candidat qui serait capable de rebattre les cartes de la vie politique française.

Cette semaine plusieurs mouvements indépendants ont annoncé leur souhait de lancer une primaire des français en opposition aux primaires des partis de gouvernement.

C'est le Huffington Post qui fait ce constat, qu'ils sont de plus en plus nombreux à vouloir se réapproprier le débat public mais, en l'occurrence dans le cadre des institutions.

Ils s'appellent Corinne Lepage, Jean-Marie Cavada, Jean-Baptiste de Foucauld ou Alexandre Jardin ils aimeraient comme l'a dit l'auteur du zèbre, qu’un candidat de la société civile gagne la présidentielle; parce qu'après tout, c’est toujours Alexandre jardin qui parle, les petits partis, entendez les socialistes ou les républicains n'ont pas plus de membres que la fédération française de pétanque ou de canoé-kayak (ils en ont même probablement beaucoup moins ,mais bon...)

La primaire des français, ou la primaire.org en ligne depuis déjà plusieurs mois celle-là ..

Rien ne permet pour l'instant d'affirmer remarque leHuff post que ces exercices de démocratie participative iront à leur terme mais ils sont révélateurs d'un système en pleine recomposition dans lequel les partis installés font face à un mur de défiance.

Des partis installés qui préparent eux aussi leur primaire ouverte aux citoyens.

Rien de sûr à gauche mais pour la droite et le centre çà ne bougera plus et d’ailleurs, voir dans le JDD , Sarkozy et Juppé sont en pleine préparation pour le sprint final, la vraie bagarre qui pour eux ne commencera qu'en septembre.

C'est Christine Olliver qui raconte : Nicolas Sarkozy n'est pas officiellement candidat à la primaire mais il recrute une armée!

Une association de soutien présidée par Brice Hortefeux a lancé un appel aux dons et mobilisé de nombreux bénévoles, pendant que le non-candidat bat la campagne en multipliant les rencontres

Exactement comme le fait aussi Alain Juppé qui doit inaugurer cette semaine sont millième comité local.

Et lui aussi, mais il est officiellement candidat, lui aussi a ses bénévoles et multiplie les déplacements

Tous les deux titrele JDD se préparent en secret…C’est ce qu'on appelle un secret de polichinelle mais aucun des deux ne paraît pressé de plonger dans l'arène médiatique.

Compte tenu de tout ce qui précède, il semble effectivement urgent d'attendre un peu....

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.