Le dessin représente Manuel Valls et François Hollande. Le premier se gratte le menton, le second a la tête plongée dans les main. Savoureux dessin signé Besse dans L'HUMANITE DIMANCHE. C'est le Premier ministre qui s'adresse au chef de l'Etat : « L'UMP, dit-il, va devenir 'Les Républicains'... Nous, du coup, on pourrait peut-être essayer de s'appeler 'Les socialistes' ? » Réponse désespérée d'Hollande – la tête, donc, dans les mains : « Les Socialistes ? C'est pas crédible... »

Et pourtant, c'est le nom du parti qu'il a dirigé – le Parti socialiste, qui tiendra son prochain congrès dans quelques semaines à Poitiers. Et c'est jeudi prochain que les militants voteront sur les différentes motions qui leur sont proposées. L'issue du scrutin ne fait guère de doute. C'est la motion défendue par l'actuel Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis qui, sauf surprise, va l'emporter... La seule inconnue, c'est son score. Franchira-t-il, ou pas, la barre des 50% ? « En tout cas, sur le fond, les jeux sont faits » , analyse le politologue Gérard Grunberg dans le JDD... Pour lui, ce congrès du PS sera donc « un non-événement » ...

N'empêche, il y a quand même un vote et à cette occasion, les frondeurs du parti se réunissaient hier dans une salle parisienne. Arthur Nazaret a assisté à la rencontre, à laquelle assistait aussi une centaine de militants. Et ce qu'il a entendu, ce sont avant tout des critiques des trois années de pouvoir de l'actuel président. « La grande réforme fiscale, on y a renoncée avant même d'avoir essayé » , lance un participant... « Le mot qui ressort, c'est déception », ajoute un autre. « Les militants ont l'impression d'être uniquement des traine-savates qui distribuent des papiers » tranche un troisième, tandis qu'un quatrième s'emporte : « On est un parti de plus en plus coupé des quartiers populaires, on est dans l'entre soi ! » Un militant venu du Nord en vient à citer Pierre Mauroy : « Quand tous les dégoûtés seront partis, il ne restera plus que les dégoûtants... » L'un des frondeurs, Laurent Baumel, prend alors le micro : « J'espère que ça ne restera pas comme la phrase du Congrès... »

A côté de cela, les apostrophes de Nicolas Sarkozy, hier à Montpellier passent pour de simples gentillesses... Il a traité François Hollande de « poids-mort pour la France » et Cambadélis de « stupide » ...

De la réprobation, c'est aussi ce qui domine chez les enseignants de collège rencontrés par Marie Quénet. Ils s'opposent à la réforme défendue par la ministre et manifesteront mardi. Toujours les mêmes griefs. Inquiétude pour les langues - l'allemand, le grec, le latin... Inquiétudes sur les heures d'enseignements pratiques interdisciplinaires. Certains craignent une poussée de "réunionite" : passer plus de temps pour organiser ces heures d'enseignement que pour les donner aux élèves... « J'enseigne le français, plus jamais je ne voterai PS » , lance un jeune prof des Yvelines...

Et pourtant, nous explique LE JOURNAL DU DIMANCHE, le président de la République est plus serein que jamais et, pour lui, « les réformes doivent donc continuer » ... Il soutient sa ministre de l'Education et ne semble pas craindre la grève de mardi. « Hollande sur tous les fronts » , titre l'hebdomadaire, précisant qu'il prend aujourd'hui tous les dossiers en main... Y compris celui de l'immigration... C'est lui qui a donné consigne à son Premier ministre d'aller proclamer à Nice que la France refuse l'idée de quotas de migrants. Photos des deux hommes à la Une du journal : « Hollande sur le collège, Valls sur les migrants... Ils résistent. »

__

Mais face à Vladimir Poutine, peut-on résister longtemps ? C'est la question que pose, en substance LE MONDE. C'est l'affaire des Mistral : « La France et la Russie en quête d'un compromis » ... La France a proposé à la Russie le remboursement des porte-hélicoptères qu'elle refuse de lui livrer – refus en représailles à l'intervention de la Russie en Ukraine... Un premier versement de 785 millions d'euros. Mais Poutine a dit « niet » , il réclame 400 millions de plus... 1 milliard 200.000 euros, le prix de vente des deux bâtiments... La France souhaiterait revendre les Mistral à un pays tiers. Mais Poutine a dit « niet » ... Il est également des experts de la Défense française qui prônent désormais de détruire les Mistral... C'est une autre hypothèse... Quoiqu'il en soit, François Hollande a dépêché un émissaire pour mener les négociations – un émissaire auquel il a donné cette feuille de route : trouver une sortie par le haut, et la moins coûteuse possible...

Mais la sortie, pour l'heure, on n'y est pas encore et la quête du compromis tient donc avant tout du « bras de fer » , ainsi qu'on aime le dire en langage journalistique... Sachant que le bras de fer est un jeu dans lequel excelle Vlatimir Poutine... Il a des biceps en acier. Et il peut tenir des semaines, voire des mois sans céder le moindre centimètre à son adversaire du moment... En l'occurrence, sur le sujet, son adversaire du moment, c'est donc François Hollande, dirigeant européen... Poutine et l'Europe : le sujet est sensible... La Russie et l'Europe : le sujet est complexe... D'où l'intérêt du dossier de LA CROIX ce week-end : « Les secrêts de l'âme russe » ... Reportages d'Olivier Tallès et Benjamin Quénelle dans une société qui cultive les paradoxes. D'un côté, il y a la Russie traditionnelle, toute acquise à Poutine, et de l'autre une Russie moderne, tournée vers l'Europe...

Cette Russie moderne, on la retrouve dans les témoignages des jeunes diplômés, dont certains imaginent de tenter leur chance à Paris ou à Londres... Ou bien, carrément, à New-York... Rencontre avec Sacha, Asya, Anastasia, 25 ans de moyenne d'âge... Dans un anglais parfait, ils confient leur envies d'ailleurs et leur énervement devant la politique, qu'ils suivent à travers les médias d'opposition en ligne... Mais la mère de Sacha voit les choses différemment : à travers le prisme de son passé soviétique... Elle dit ce que pensent tous ceux qui regrettent ce passé, ceux qui pensent « c'était mieux avant » ... « Avant, constate-t-elle, il n'y avait rien à acheter – rien dans les magasins... Maintenant, on vend tout, mais je n'ai pas l'argent pour me le procurer. » Entre-temps, l'URSS s'est effondrée, et avec elle la fierté d'appartenir à cet immense empire...

Et c'est donc cette fierté que Poutine veut restaurer, en restaurant l'immense empire... La Crimée, puis l'Ukraine.. Il joue à fond la carte de la nostalgie, attisant la fibre patriotique de son peuple en entretenant le mythe d'une nation assiégée... Et tous les médias au service du Kremlin participent à la propagande... « C'était mieux avant » ... Les télévisions enjolivent le passé, les crimes du passé, et même dans les livres d'Histoire, Staline est maintenant présenté comme un « dirigeant efficace » ... Staline, Lénine, Poutine : dans les boutiques de Moscou, les trois visages ont pris la place de ceux des Matriochkas, les fameuses poupées russes en bois... Russie moderne d'un côté, Russie traditionnelle de l'autre. Une société écartelée, et au centre, il y a donc Poutine.

Résister à Poutine : la lutte est compliquée... Et comment résister à l'avancée des troupes du groupe Etat Islamique ? Des troupes qui, hier, ont pris le contrôle de la majeure partie du nord de Palmyre... Palmyre, cité antique en plein désert syrien, cité classée au patrimoine mondial de l'UNESCO... Un théâtre romain, des tours funéraires, des temples, des tombes souterraines... Interview, dans le JDD, du fondateur de l'Association pour la protection de l'archéologie syrienne... Si les terroristes du groupe Etat Islamique détruisaient la cité, ce serait, dit-il, « un séisme archéologique » ...

Dans un autre genre - beaucoup moins grave, certes, mais tout de même... On n’est pas très loin du tremblement de terre au CSA... "La série noire au CSA", titrait cette semaine TELEOBS, dans lequel nous était contés les pressions, les manœuvres et les dissensions au sein du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, lequel ne cesse, depuis des mois, d'essuyer le feu des critiques... Notamment sur l'opacité de la nomination des patrons des grands groupes publics... Eh bien la série noire se poursuit, avec, sur MEDIAPART, la publication d'une enquête de Laurent Mauduit, qui révèle de fâcheuses irrégularités dans la désignation de Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévision... Plagiat du projet d'un candidat rival et manquement aux règles d'équité de la part d'un des membres du Conseil. Visée : Sylvie-Pierre Brossolette, que le site accuse d'avoir aidé Delphine Ernotte, notamment en lui organisant une rencontre avec François Pinault, milliardaire dont on sait qu'il est proche de François Hollande... "Les conditions de cette élections ont été particulièrement déloyales" , commente l'un des principaux candidats déboutés.

L'événement ne fait pas la Une de la presse ce matin, mais sachez que ce dimanche, c'est la journée de lutte contre l'homophobie... Pour l'occasion, l'association "SOS homophobie" vient de présenter son rapport annuel, rapport dont se fait l'écho LA VOIX DU NORD... La région fait partie de celles où ont été recueillis le plus de témoignages... Il y a ces deux jeunes filles de Lille, s'embrassant dans une rue à Lille et qui se sont fait tabasser en public, sans que personne ne réagisse... Il y a aussi cet autre couple, deux jeunes lycéennes - la mère de l'une d'elle, ulcérée par cette relation, a tout bonnement tapé sur l'autre... De nombreux témoignages, mais au niveau national, la tendance est à la baisse... Tendance forte, même : baisse de 38% des faits homophobes signalés dans le pays l'an dernier... Moins de faits signalés, mais, dans le même temps, ce qu'on constate, c'est une désinhibition de la parole homophobe : « Aujourd'hui, c'est à qui ira le plus loin dans l'insulte » , affirme un responsable de l'association... Ce que confirme une enseignante d'un collège du Nord... Elle est elle-même homosexuelle et raconte qu'elle entend souvent des choses délirantes, du style « Les homos sont sales » ou pire : « Les homos n'ont pas à exister. »

Enfin, le site HUFFINGTON POST nous fait part des tourments de Jean-François Copé... Il a été blessé, très blessé par les mots de Sophie Marceau le concernant... Dans une interview au magazine SOCIETY, interview dont nous avons parlé hier, l'actrice disait que si Copé s'était lancé dans le cinéma, ça aurait dans doute rendu service à la politique... Copé est donc blessé, d'autant qu'il aime beaucoup Sophie Marceau... Il aimerait que l’actrice lui adresse « un mot de regret » … Du coup, conseil à Jean-François : écouter la chanson de France Gall, Résiste !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.