Quand la réalité rejoint la fiction.

Il arrive parfois que la réalité rejoigne la fiction. Rappelez-vous Welcome , film de Philippe Lioret, avec Vincent Lindon et Firat Ayverdi. L'histoire d'un jeune migrant d'une vingtaine d'années qui tente de traverser la Manche à la nage afin de rejoindre l'Angleterre. Dans le film, si le garçon apprend à nager, c'est dans le seul et unique but d'accéder à une vie meilleure. Voyez ou revoyez ce film, plus que jamais d'actualité. Et lisez, cette semaine, dans LA VIE, le récit du périple d'un jeune Syrien qui lui, a rejoint l'Europe à la nage. Beaucoup ont tenté la traversée de cette manière et ils l'ont payé de leur vie. Mais lui, il a donc réussi, et il vit aujourd'hui en Suède.

C'est d'ailleurs une consœur suédoise qui raconte son histoire. Trois années à subir la guerre dans son pays. Des amis arrêtés sans raison apparente, et un autre tué par un snipper en pleine rue. « Ma grande crainte, explique-t-il, c'était d'être appelé à l'armée. Je ne voulais pas mourir. Mais en me cachant, je devenais un danger pour ma famille. En Syrie, le régime voit tous les jeunes hommes comme une menace. » Il décide donc de s'enfuir. S'enfuir pour l'Europe. Gagner la Grèce via la Turquie. Mais Ameer – c’est son nom – Ameer n'a pas d'argent pour payer un passeur. D'où l'idée folle de rejoindre le continent à la nage. Il va donc s'entrainer pendant des mois. Plusieurs heures par jour. Puis en septembre, cette année, débute son expédition. D'abord le Liban – il doit franchir 26 check points . Ensuite, un bateau pour Turquie. Suite à quoi, il traverse l'Anatolie à pieds, craignant à tout moment de se faire interpeller par la police turque. Il atteint alors la côte occidentale, se cache dans une forêt, face à l'île Grecque de Samos, entourée par la mer Egée. Et puis il a mis ses affaires dans un sac à dos, qu'il a attaché à une corde nouée autour de la taille à une sorte de pneu. Et puis il a plongé. Et puis il a nagé. Sept heures pour gagner le rivage de l'île européenne. Sept heures à se dire qu'il n'y arriverait jamais. Et puis finalement si, Ameer a réussi.

La suite de ce voyage, c'est par la route, jusqu'en Suède, le pays qui accueille actuellement le plus grand nombre de réfugiés en Europe. Ameer a donc eu de la chance. Et pas seulement parce qu'il sait nager. Mais aussi parce qu'il est arrivé au bon moment, juste avant que le gouvernement suédois ne décide de changer sa généreuse politique d'accueil. Depuis la mi-novembre, toute personne sans papier qui passe par le Danemark – chemin le plus fréquent – est automatiquement renvoyé vers ce pays.

D’ailleurs, le Danemark est lui aussi de plus rigide avec les réfugiés. Une rigidité qui vire même à l'extrême. Pour preuve, le projet présenté hier par le gouvernement de droite, et dont se fait l'écho ce matin le HUFFINGTON POST. Projet qui fait scandale : confisquer les bijoux et autres effets de valeur aux migrants arrivés dans le pays, et ceci afin de financer leur accueil. Après une fouille de leurs bagages, la police danoise pourrait aussi confisquer leur argent, au-delà de 400 euros. Le texte sera discuté le mois prochain au Parlement, mais il y a polémique, et même indignation : les adversaires du gouvernement qualifient cette mesure de dérive rappelant la spoliation des Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Une pétition a été lancée en ligne, ‘Non à la confiscation des biens des migrants’. Voilà ce qu'écrivent ses auteurs : « Fuir des régimes brutaux témoigne de l'aspiration des hommes à vivre dans une société plus accueillante. Refusons que les demandeurs d'asile soient accueillis dans ce même esprit totalitaire. »

Un régime brutal au Danemark après le régime autoritaire de Bachar al Assad. Ce matin, LIBERATION nous apprend que ce dernier, le régime d’Assad, continuerait d'utiliser des armes chimiques. C'est en tout cas ce qu'indique un récent rapport. Malgré le processus de destruction de son arsenal, Damas a mené de nouvelles attaques au chlore au printemps dernier. L'objectif de ces attaques, nous explique le journal, n'étant pas tant de tuer que de terroriser la population…

Et en France, où en sommes-nous de l'accueil des réfugiés ? Hier, le tribunal de Grasse a condamné une septuagénaire à 1.500 euros d'amende pour avoir facilité le séjour de deux Erythréens en situation irrégulière. Elle les avait conduits de la gare de Nice à celle d'Antibes, pour leur faire éviter un contrôle policier. Ce 19 décembre, c'est la journée internationale des migrants. Voyez, ou revoyez Welcome , le film de Philippe Lioret. Il est vraiment d'actualité.

Dans l'actualité ce samedi, il y a aussi les élections législatives qui se dérouleront demain en Espagne. Pour la première fois depuis la fin du franquisme, le paysage politique espagnol n'est plus divisé en deux, mais en quatre. Les deux formations traditionnelles, le Parti populaire et le Parti socialiste doivent se confronter au centre droit du mouvement Ciudadanos et surtout à la gauche radicale de Podemos. « Les jeunes loups dans l'arène » , commente LA DEPÊCHE DU MIDI, tandis que OUEST FRANCE nous explique que « le renouveau est attendu » ce dimanche en Espagne. Pour Mathieu Verrier, de LA VOIX DU NORD, « c'est un vent de fraîcheur qui souffle aujourd'hui sur la vie politique espagnole » . « Un pays vacciné contre le fascisme et où aucun parti de type Front National ne tire les marrons de feu de la crise » , se réjouit également Jean-Marcel Bouguereau dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES. Même si le Premier ministre Mariano Rajoy est donné favori, il ne lui sera plus possible de gouverner seul, et selon LE FIGARO, c'est aujourd'hui « le centre qui promet de dynamiter le bipartisme » . Le centre incarné par Albert Rivera, 36 ans, très beau gosse, ancien champion de natation et fondateur de Ciudadanos. Un mouvement issu, comme Podemos, de la société civile. Et tous les deux, d'après LIBERATION, « ré-enchantent la politique » . Dans son éditorial, Marc Semo, estime même que « ce scrutin annonce une transition démocratique au moins aussi importante que celle qui a suivi la mort de Franco en 1975. »

Ré-enchanter la politique. En France, on n'y est pas encore. Même si certains avaient le sourire, hier, en s'asseyant dans leur fauteuil de président de conseils régionaux. Nombreuses photos, ce matin, dans la presse régionale. Manchette du COURRIER DE L'OUEST : « Bruno Retailleau installe le conseil régional des Pays de la Loire » – dans son discours, il a appelé à un patriotisme économique régional. Manchette du TELEGRAMME : « La nouvelle feuille de route de Jean-Yves Le Drian » – le président du Conseil régional de Bretagne espère « stimuler la création de richesses par les entreprises » . Christian Estrosi à la Une de NICE-MATIN : « Au travail ! » , titre le journal, qui précise que le nouveau patron de la région PACA a fait de l'emploi l'enjeu majeur de son mandat.

Au chapitre politique, il y a également ce son sondage IFOP - Fiducial pour le site ATLANTICO, sondage qui, pour la première fois, donne François Hollande devant Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote pour la prochaine présidentielle. Madame Le Pen est loin devant, mais ça, ce n'est pas la première fois... « Sarkozy n'a plus le vent en poupe » , analyse L'EST ECLAIR, tandis que le FIGARO, comme LIBE, nous expliquent qu'au Front National, on réfléchit à un éventuel changement de nom.

Autre preuve du manque d'attrait de l’ancien chef de l’Etat dans LE PARISIEN : « Sarkozy rate son objectif » . L'objectif des 300.000 adhérents d'ici la fin de l'année ne sera pas tenu, nous explique le journal. 300.000, c'était ce que s'était fixé le président du parti Les Républicains. Mais au dernier pointage, ce dernier ne comptait qu'un peu plus de 217.000 adhérents à jour de cotisation... Un motif de satisfaction toutefois : à l'approche de la présidentielle, le parti engrange de plus en plus de dons. Plus de 6 millions d'euros depuis le début de l'année.

Et puis dans le quotidien, vous lirez aussi cet autre sondage étonnant. Plus encore que celui que nous venons d’évoquer. C’est en Sibérie, dans la ville de Barnaoul, 650.000 habitants : un chat en tête des sondages pour l’élection municipale du 22 décembre prochain. Il s’appelle Barsik, c’est un Scottish Fold de 18 mois, et il a obtenu 91% des intentions de vote dans une enquête à laquelle ont participé plus de 5.000 habitants de la commune. Je ne crois pas que le chat ait un programme particulier. Il a donc toutes ses chances.

Sur le site internet du POINT, vous lirez les terribles confidences meurtrières d’Abdelhamid Abaaoud, l’organisateur présumé des attentats du 13 novembre. Confidences réunies par la police à travers les auditions des celles et ceux qui l’ont côtoyé durant son périple. C’est ainsi qu’il aurait confié qu’une centaine d’autres « frères » seraient prêts à passer à l’action en France : « 90 » , aurait-il dit, disséminés dans toute l’Ile-de-France, et décidés à frapper « les transports, les écoles et les quartiers juifs pendant les fêtes »… Terribles confidences, disions-nous.

Plus léger, beaucoup plus léger, avec les minois charmants de nos miss régionales. « Océane rêve de la couronne », à la Une de L'ARDENNAIS... Océane : miss Champagne-Ardenne. « Manon espère séduire la France », à la Une de LA CHARENTE LIBRE. Manon : miss Poitou-Charentes. « Emilie stresse un peu » , à la Une du COURRIER PICARD. Emilie : miss Picardie. L’élection de la plus jolie des mômes françaises, ce sera ce soir. Mais si le sujet vous ennuie, sachez qu’on parle aussi d’une autre môme dans les journaux ce matin : Edith Piaf aurait eu 100 ans ce samedi. La semaine dernière, on parlait du centenaire de la naissance de Sinatra. Aujourd’hui : celui de la naissance de Piaf. Pour l’occasion, quelques concerts, notamment à Paris, avec, à la Philarmonie, Richard Galliano et Sylvain Luc qui reprennent « La vie en rose »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.