Ce matin, retour en masse sur la contre offensive du régime syrien sur les quartiers de Damas... Des rues quasi désertes... Ceux qui ont choisi de rester ne sortent que par nécessité, pour acheter quelques vivres... Une population terrorisée par des miliciens à la solde du régime, qui tirent à l'aveugle contre les passants et les maisons"... "A Damas, entre sirènes, rafales de mitraillettes et explosions, les habitants font face au chaos" titre ce matin Libération ... Dansle Parisien/ Aujourd'hui en France , c'est le récit de l'exil vers le Liban... Des mini-vans qui débordent de bagages... Des femmes qui pleurent... Depuis le soulèvement de Damas en milieu de la semaine, ils sont des milliers à fuir les combats et les bombardements" raconte Timothée Boutry. Selon certains humanitaires, le poste frontière d'El Masna, à une demie heure de la capitale syrienne, est pris d'assaut... En 24 heures plus de 30 000 personnes ont franchi cette frontière, soit près de 50 000 personnes en moins d'une semaine. Et alors que le conseil de sécurité a voté hier en faveur du prolongement de 30 jours du mandat de la Mission de supervision de l’ONU en Syrie, la colère des Occidentaux face au veto russe se poursuit. Pour le Figaro , la clé d'une transition ordonnée se trouve pourtant à Moscou. "Seule la Russie peut aujourd'hui se faire entendre de Bashar Al Assad" écrit Luc de Barochez... Et l'éditorialiste de poursuivre : qu'"En adoptant une position jusqu'au-boutiste, la Russie de Vladimir Poutine a pris une responsabilité historique, il lui revient maintenant de l'assumer". Colère également aux Etats Unis, contre Barack Obama... La stricte neutralité, officiellement en tous cas, du président américain depuis le début de l'insurrection en Syrie, se retrouve sous le feu roulant des critiques, rapporte le correspondant du Figaro à New York... Un président qui, à quelques mois des élections, appliquerait un principe fondamental de toute campagne présidentielle : "ne surtout rien tenter qui puisse compromettre l'élection". A lire vos journaux ce matin, il est un autre dossier sur lequel le silence de Barack Obama passe mal. C'est celui des armes à feu. La plupart des quotidiens reviennent sur la tuerie d'Aurora, qui a fait 12 morts hier dans un cinéma de la banlieue de Denver. Une tuerie que les spectateurs présents dans la salle pour l'avant-première du dernier Batman, ont d'abord prise pour une mise en scène organisée par le cinéma, rapporte Fabrice Rousselot dans Libération . "Pendant quelques minutes, on ne s'est pas affolé, raconte effectivement un témoin, on a entendu comme de petites explosions. Et puis on a vu des balles qui sont passées à travers le mur. C'est là que tout le monde a réalisé qu'il ne s'agissait pas d'une rigolade". Et si le président a interrompu sa campagne hier "pour une journée de prière et de réflexion", "il est resté muet sur une éventuelle remise en cause du second amendement" s'agace Olivier Berger, dans la Voix du Nord ... Ce fameux 2ème amendement, qui autorise la libre circulation des armes. Pour Alain Dusart, dans l'Est Républicain , "à chaque tuerie s'entrouvre le débat sur le lobby des armes, qui déverse, rappelle-t-il 100 millions de dollars à chaque élection présidentielle"... Un lobby porté par la toute puissante NRA, National Riffle Association... Alors, face à cela "le pays peut bien mettre ses drapeaux en berne pendant 6 jours", ironise Daniel Muraz dansle Courrier Picard , "avant d'oublier... jusqu'au prochain drame". Dans la presse également, la course aux nouvelles sources de pétrole. Et le Parisien pose la question à sa Une : "Jusqu'où aller pour trouver du pétrole?" Après avoir entrepris cette semaine un forage offshore à très grande profondeur, en Guyane, la compagnie Shell vient d'obtenir des autorisations d'exploration dans l'océan Arctique". Des opérations extrêmement justifiées par le cours du pétrole. Mais qui inquiètent les défenseurs de l'environnement, rapporte le Parisien . Car les 780 millions de litres de pétrole, répandus dans le golf du Mexique, après l'explosion de la plate forme Deep Watter Horizon,en avril 2010, ont montré la fragilité des forages à grande profondeur, écrit le quotidien. "Il a fallu 5 mois pour colmater, raconte Benoit Hartmann, porte parole de France nature Environnement. "Et c'est le scénario que nous redoutons pour le forage en Guyane". Et pendant que la Croix poursuit sa série d'été sur les cathédrales de diocèses supprimées après la Révolution,l'Equipe , à 6 jours maintenant du début des JO, nous plonge au cœur du dilemme que vont connaître quelques 3500 sportifs à Londres... "Tu jeûnes ou pas?" la question agite les consciences dans les rangs des athlètes tricolores Et oui, le ramadan a commencé hier en France, et ils sont nombreux ces sportifs qui vont être tiraillés entre convictions religieuses et nécessité physique. De s'alimenter, de boire. "Le poids de leur décision est d'autant plus lourd qu'ils devront l'assumer seuls" écrit l'Equipe qui rappelle que contrairement aux autres grandes religions monothéistes, l'islam ne possède pas de clergé, il n'existe donc pas de consigne officielle." Une chose est sûre, les performances auxquelles on assistera à Londres, feront le bonheur des chercheurs des Universités de Boston et du Texas... Des chercheurs qui ont poussés un cri d'alarme cette semaine dans la revue "The lancet" : selon eux, l'inactivité physique, serait responsable de 10% des décès dans le monde. C'est la lire dans le Figaro, où l'on apprend que l'être humain, dans le monde occidental, n'accomplit pas aujourd'hui le 10ème des exercices physiques que ses ancêtres étaient contraints d'effectuer. Trop de temps passé derrière un bureau, devant la télé, et nous voilà tous devenus beaucoup trop sédentaires. Pour les seules maladies cardiovasculaires, 400 000 décès auraient pu être évités dans le monde en 2008 par la pratique d'une activité sportive. Et de ce côté-là, les Français sont en queue de peloton, peut-on lire, parmi une quinzaine de pays européens. Surtout les jeunes, qui ont bien du mal, il faut le dire, à lâcher leurs jeux vidéos sur lesquels ils s'amusent justement à se prendre pour de grands sportifs.

© Alexandra Ackoun

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.