Quand la réalité rejoint la science-fiction…

Il arrive parfois que la réalité rejoigne la fiction... Et même la science-fiction... Pour preuve, cette décision d'une société informatique basée à Stockholm : au début du mois, elle a implanté une puce électronique sous la peau d'une partie de son personnel... L'entreprise compte 700 salariés... 450 d'entre eux se sont prêtés à l'expérience, ainsi le rapporte LA TRIBUNE... Objectif affiché : simplifier la vie des salariés, comme de la direction... Désormais, plus besoin de badge, plus besoin de clé, plus besoin de carte ou de code pour ouvrir les portes, faire marcher la photocopieuse ou payer son café à la cafétéria... Il suffit de passer la main sur les détecteurs installés... Car c'est donc au dos de la main qu'est implantée la puce, entre le pouce et l'index... Une puce de la taille d'un grain de riz et transportant toutes les données permettant l'identification de son propriétaire... En fait, c'est comme pour les animaux... Comme pour les chats et les chiens... Alors progrès technologique ou dérive inquiétante ? Seront-nous bientôt tous obligés d'avoir des puces sous-cutanées ? L'initiative de cette société suédoise est-elle vouée à se développer ? Finalement, la seule chose rassurante dans cette histoire, c'est de savoir qu'un tiers des salariés ont refusé de jouer le jeu...

Lui, il a joué, souvent... Il a gagné, souvent... Puis perdu, puis gagné... Perdu énormément... Gagné énormément... Puis perdu, de nouveau... La colère et les larmes de Bernard Tapie dans LE JOURNAL DU DIMANCHE... "Tapie, la colère et les larmes" : c'est le titre du papier de Laurent Valdiguié...

La cour d'appel de Paris a annulé l'arbitrage de 2008, qui lui avait valu 404 millions d'euros dans l'affaire du Crédit Lyonnais... Aujourd'hui, l'homme d'affaire est totalement sonné... Sonné. KO debout... Comme un boxeur étendu sur le ring... "On veut ma peau, dit-il... On veut que je crève, c'est ça ?" Une interview qui n'en est pas vraiment une... Enfin, une interview dans laquelle Tapie explique qu'il a choisi de ne pas parler... Mais il parle quand même... Et il cite une mini-fable de La Fontaine... "C'est l'histoire d'un type qui recueille un oiseau en train de mourir de froid... Pour le réchauffer, il le dépose délicatement dans une bouse de vache fraîche... L'oiseau va mieux et se remet à chanter... Mais un chat arrive et le mange..." Puis Tapie marque une pause et en vient à ses trois morales... Dans un langage toujours fleuri... Première morale, donc : "ce n'est pas parce qu'on te met dans la merde qu'on te veut du mal... La deuxième : c'est de se méfier de ceux qui te sortent de la merde... La troisième : quand t'es dans la merde, surtout ferme-là..." Donc Tapie a choisi de se taire... Enfin, pas totalement... Et puis pas trop longtemps... Il promet pour la semaine prochaine une interview décapante dans un hebdomadaire... Il jure contre tous ceux qu'il estime responsables de sa déconfiture : des experts, des juges, des ministres... Il jure et il pleure en pensant à sa femme qui, pourtant, lui a déjà dit : "Tu sais, ce n’est pas grave si on doit repartir avec rien... Après tout, on s'en fout, on est en bonne santé..."

Reste alors une question : après l'annulation de l'arbitrage, Bernard Tapie va-t-il devoir rendre l'argent ? Réponse d'un professeur de droit dans les colonnes du journal : "En droit, dit-il, les choses sont simples : lorsqu'une décision condamnant à une indemnité est annulée, l'indemnité elle-même est annulée et il faut donc la restituer..." Là, ce n'est plus du La Fontaine... Plutôt du La Palisse... Et, n'en déplaise à l'intéressé, le droit, ce n'est pas de la science-fiction...

Autre interview dans le JDD : celle d'Emmanuel Macron... Là, il s'agit vraiment d'une interview... Et cette fois, pas de colère ni de larmes... Après la semaine qu'il a passé, sa réforme adoptée via le 49-3, le ministre de l'Economie pourrait se sentir quelque peu affaibli, mais non... "Êtes-vous en colère ? Déçu par la politique ?", lui demande le journal... "Non, répond-il, je ne ressens aucune déception..." Prière de le croire sur parole... Idem lorsqu'il affirme qu'il existe aujourd'hui sur son texte "une large majorité de conviction" et que "ce texte est avant tout un texte de gauche... Être de gauche, dit-il, c'est partir du réel et tout faire pour mettre nos concitoyens en capacité de travailler... Parce que le travail, c'est une valeur de gauche... Contrairement au conservatisme..." Il annonce d'ailleurs d'ores et déjà de prochaines réformes : sur les seuils sociaux, le temps de travail ou encore l'assurance-chômage...

Une majorité de conviction sur sa loi ? LE PARISIEN reste prudent... Et pose même cette question : "Et si le travail du dimanche faisait augmenter les prix ?" Avec la généralisation des ouvertures dominicales, certains experts, prenant exemple sur les Canada et les Etats-Unis, envisagent une hausse des prix d'au moins 4%... Et puis "la loi Macron, Deauville n'en veut pas"... Reportage de Bertrand Fizel dans une ville où les magasins ouvrent déjà tous les dimanches... Les commerçants dénoncent l'instauration d'un périmètre qui permettrait désormais à certains d'ouvrir le dimanche, mais à d'autres pas... Ceci, disent-ils, n'aurait aucun sens...

Le Salon de l'agriculture a lui, ouvert ses portes hier... Et il restera ouvert jusqu'au 1er mars... Et comme hier, la presse régionale célèbre l'événement... Un journaliste de LA VOIX DU NORD a ainsi passé une heure avec Filouse - la vache Rouge flamande en photo sur l'affiche... Et puis partout vous lirez des reportages sur la visite du président de la République... "Une parenthèse pastorale", commente L'EST ECLAIR... "Une visite très politique", note L'INDEPENDANT, tandis que LE REPUBLICAIN LORRAIN nous explique que "François Hollande a tenté de rassurer les agriculteurs"... "François Hollande rassure les agriculteur", affirme pour sa part OUEST FRANCE... Présent de l'indicatif et enquête de l'IFOP sur l'image des paysans français... Une image qui, d'après cette enquête, ne cesse de se dégrader... A peine plus d'un sondé sur deux estime que les agriculteurs sont respectueux de la santé des consommateurs... Et près de la moitié juge que ce sont des "assistés"...

Son de cloche très différent dans l'étude Odoxa publiée par LE PARISIEN : 82% des sondés ont une bonne opinion globale de la profession d’agriculteur, et plus des trois quarts pensent qu'il faut continuer à subventionner l'agriculture, afin de maintenir une France rurale... Comme quoi, en fonction de la formulation des questions, les sondages, sur un même sujet, peuvent aboutir à des résultats très, très, très différents...

Mais bon, dans la presse, le dimanche, c'est vraiment le jour des sondages... Je vous en livre donc deux autres, parus dans le JDD... Enquête de l'IFOP sur la popularité de l'exécutif : moins 5 points pour François Hollande et moins 7 points pour Manuel Valls... Peut-être plus intéressant : l'étude d'Opinionway réalisée pour l'Union des étudiants juifs de France, laquelle organise aujourd'hui les Assises de la lutte contre la haine sur internet... 9 sondés sur 10 favorables à l'idée de bloquer les sites internet faisant l'apologie du terrorisme... 9 sondés sur 10 partisans de "responsabiliser les opérateurs comme Google, Facebook et Twitter pour une plus grande maîtrise des contenus diffusés"...

Et les nonagénaires qui jettent de l'huile sur le feu, est-il possible, ou pas, de les responsabiliser ? Dans sa chronique de LA CROIX, le toujours inspiré Bruno Frappat revient sur les propos de Roland Dumas sur l'antenne de RMC... L'ancien président du Conseil Constitutionnel a lâché qu'à ses yeux, Manuel Valls était "probablement", du fait que son épouse est juive, "sous influence juive"... Propos qui ont choqué, y compris dans son propre camp... Dans LE MONDE daté d'hier, Dumas expliquait pourtant qu'il ne regrettait pas sa phrase polémique, qu'il se fichait de cette "affaire" et refusait tout à la fois les leçons de morale et les accusations d'antisémitisme... N'empêche : Bruno Frappat, donc, dans LA CROIX, n'y va pas par quatre chemins... "La sortie de Roland Dumas sur Manuel Valls est, dit-il, comme le retour du refoulé... Et tout à fait dans l'air du temps : glauque, irresponsable, irrespirable... Au point que l'on se demande s'il ne serait pas de la plus élémentaire charité chrétienne que de pousser l'ancien ministre de François Mitterrand à se taire désormais définitivement. Oui, écrit-il, nous n'avons qu'un souhait : que Roland Dumas se taise enfin..."

A lire également dans la presse...

La neige et la galère pour les vacanciers sur les routes de Savoie... LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE évoque une "grande pagaille"... L'ALSACE : "un samedi noir"... LE DAUPHINE s'autorise même le mot "cauchemar"...

15 blessés, dix interpellations à Nantes... Des vitrines cassées dans le centre-ville de Toulouse... Bilan des deux rassemblements organisés hier contre les violences policières... Même titre à la Une de LA DEPÊCHE DU DIMANCHE et de PRESSE OCEAN : "La manif dérape encore"...

Vous êtes plus petit le soir que le matin... Aucune inquiétude, et ce n'est pas de la science-fiction, comme l'explique SCIENCE ET VIE DECOUVERTE... "C'est à cause de la pesanteur, précise le mensuel à ses jeunes lecteurs... Dans la journée, lorsque tu es debout ou assis, ta colonne vertébrale est attirée vers le bas. Résultat : elle se tasse petit à petit, un peu comme un ressort que tu écraserais ! Voilà pourquoi tu rapetisses... La nuit, en position allongée, ta colonne ne subit plus cette pression verticale, alors elle se détend, s'étire... et tu grandis !" Faites le test, vous verrez... Le soir : un mètre 70... Le matin : un mètre 80 !

Enfin, sur les différents sites internet des journaux, vous trouverez quelques lignes sur la disparition du chef d'orchestre et compositeur Gérard Calvi, le père d'Yves Calvi, titulaire du Prix de Rome et créateur d'une foultitude de musiques de film et de dessins animés... Des musiques qui, parfois, pouvaient vous rester dans l'oreille en vous donnant el sourire... Ainsi, en 72, quand l'un de ses morceaux servit d'indicatif à l'émission "Monsieur Cinéma"... Et ça, c'est merveilleux pour commencer la journée !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.