Bien sûr, tout le monde a droit d'aimer. Et puis d'être aimé en retour. Y compris ceux dont on estime qu'ils n'ont franchement pas grand-chose d'aimable.

Y compris les dangereux, les cinglés et les criminels. C'est ce qu'on se dit à la lecture de l'annonce parue dans LE FIGARO ce weekend : « Le dépeceur de Montréal va se marier. »

Luka Rocco Magnotta avait, il y a cinq ans, tué puis dépecé son jeune amant chinois. Crime particulièrement sordide qui avait alors fait le tour de la planète – un dépeceur, évidemment, ça suscite la curiosité.

Magnotta a été condamné à la perpétuité. Il est incarcéré à Port-Cartier au Québec, et c'est demain, le 26 juin, qu'il va unir sa destinée avec un codétenu lui-même emprisonné pour meurtre. Un mariage civil qui sera célébré au pénitencier fédéral, mais qui, comme le raconte LE JOURNAL DE QUEBEC, suscite beaucoup de questions, notamment sur les droits des deux futurs mariés.

Un intervenant en réinsertion sociale témoigne ainsi de son inquiétude : il explique qu'en temps normal, après une telle célébration, les conjoints sont autorisés à passer trois jours tout seuls. Certes, c'est à l'intérieur de la prison, mais c'est tout de même trois jours tout seuls. Or, dit-il, « Je ne veux pas faire de jugement de valeur sur monsieur Magnotta, mais compte-tenu du délit qu'il a commis – je rappelle qu’il a tué et dépecé son amant – le laisser avec son conjoint tout seuls pendant trois jours, honnêtement, j'ai quelques réserves. »

"Tueurs en série, l’amour monstre"

A propos d’amour criminel ou, plus précisément, de passion pour les criminels, je vous conseille d’ailleurs la lecture de l’excellent article d’Isabelle Horlans dans l’excellente revue SANG FROID : « Tueurs en série, l’amour monstre ». De Patrice Allègre à Guy Georges, en passant par Charles Manson, les hommes les plus sanguinaires ont toujours été l’objet de passions dévorantes de la part de groupies qui, persuadées de leur innocence ou bien fascinées par leur gloire, sont parfois capables de tout, et même de tout quitter afin de se jeter corps et âme dans des histoires impossibles.

Et l’auteur de rappeler que dans les années 1920, le célèbre Landru, qui fût guillotiné pour avoir tué 11 personnes, reçut pendant sa détention quelques 4.000 lettres de femmes et 800 demandes en mariage. Marc Dutroux en reçoit aussi – de longues lettres d’adolescentes ayant l’âge de celles qu’il a tuées. Et c’est aussi le cas de Youssouf Fofana, chef du « gang des barbares », condamné à la prison à perpétuité pour l’assassinat d’Ilan Halimi, enlevé au seul motif qu’il était, je cite, « juif, donc riche ».

Et l’auteur s’interroge : mais par quelle construction tordue des femmes cherchent-elles à séduire cet homme-là ? Les experts et les psychologues se disent abasourdis, tout en soulignant la perversité de la démarche : Fofana est une vedette, fût-ce dans ce qu’il y a de plus négatif, donc proche de lui, il est possible de devenir à son tour une vedette. Donc des femmes lui écrivent. D’ailleurs, il s’est récemment pacsé avec une détenue.

Ce matin, il est aussi question de lettres dans LE JOURNAL DU DIMANCHE

Là aussi, des lettres d’amour, mais celles-ci sont adressées à la femme du chef de l’Etat. C’est au siège d’En Marche qu’elles arrivent quotidiennement : des lettres dithyrambiques écrites, donc, par des admirateurs de Brigitte Macron. Une popularité dont, dixit le journal, l’intéressée s’amuse. « Vous allez voir, a-t-elle récemment confié à des proches, que je vais réhabiliter le prénom Brigitte ! » Il faudra vérifier, à la fin de l’année, sur les actes de naissance enregistrés dans les mairies.

Macronôlatres

Voilà pour les ‘brigittolâtres’. Quant aux ‘macronôlatres’ – les admirateurs du mari de Brigitte, plus de 300 d’entre eux ont fait hier leur entrée à l’Assemblée Nationale ! Le sujet fait la Une du PARISIEN DIMANCHE, qui nous présente « le vrai visage des députés en marche ». Photo des 308 nouveaux élus de la majorité présidentielle.

Et le journal a mené l’enquête, pour savoir d’où ils venaient. Politiquement, s’entend. Les résultats sont les suivants : 169 députés de La République en Marche n’ont jamais exercé le moindre mandat, et 98 d’entre eux n’ont pas de couleur politique connue. Mais pour le reste, c’est la gauche qui est la plus représentée : 126 députés issus du PS, du PRG ou bien des rangs écologistes, contre seulement 48 qui sont issus de la droite. Sinon, la moyenne d’âge est de 46 ans. Seuls les députés de La France Insoumise sont plus jeunes.

La parité quasiment respectée

47% de femmes chez les députés de la majorité présidentielle. « Place aux femmes ! » peut-on lire d’ailleurs cette semaine dans ELLE, qui se réjouit de la très forte féminisation de l’Assemblée Nationale à laquelle ont conduit les dernières législatives. Jamais il n’y a eu autant de femmes députées.

Mais au-delà du symbole, plus de femmes, ça va changer quoi ?« Eh bien ça pourrait aider à ‘politiser’ des questions essentielles », estime Mariette Sineau, directrice de recherches à Sciences-Po, citant « l’égalité salariale et professionnelle ou la garde des jeunes enfants qui, loin d’être uniquement des ‘problèmes de femmes’, sont éminemment politiques ». Cela dit, précise-t-elle, il faut encore voir comment se fera la distribution des postes à l’Assemblée. Combien de femmes à la tête des différentes commissions ? Combien de femmes vice-présidentes ? Et qui sera élu au perchoir ? Une femme, ce serait une première.

Pour rester sur la politique

Je vous conseille ce matin la lecture de l’interview de Xavier Bertrand dans le JDD. Il flingue en règle toute une partie de la droite, et en premier lieu son camarade Laurent Wauquiez, qu’il accuse de courir après le Front National. « En réalité, confie-t-il, il n’y a plus grand-chose en commun entre nous. »

Et puis, dans le même journal, interview de Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, qui promet que, dans le projet de réforme du Code du travail, des points d’accord seront trouvés avec les syndicats.

Recoupling

Une nouvelle mode à découvrir dans les pages de FEMMES ACTUELLES, et désolé, c’est du franglais – c’est la mode du « recoupling » : le fait de se remarier avec celle ou celui dont on a divorcé. Aux Etats-Unis comme en France, de plus en plus de couples seraient concernés. L’une des raisons invoquées, c’est la simplification des procédures de divorce. Dorénavant, on peut divorcer à l’amiable, et dès lors, certains se séparent dès que survient la première crise. Puis ils réalisent finalement qu’ils étaient bien faits l’un pour l’autre. Et l’hebdomadaire de citer le cas de Bernard Cazeneuve, lequel s’est remarié il y a deux ans avec la mère de ses enfants.

L’excès de bruit peut faire grossir

Vingt pages plus loin, dossier santé : « Prenons soin de nos oreilles ». On y lit qu’un Français sur deux présente des troubles auditifs. Et l’on y lit aussi que l’excès de bruit peut faire grossir. C’est le résultat d’une étude suédoise, étude montrant que les personnes qui travaillent ou qui vivent dans un environnement bruyant sécrètent davantage de cortisol que les autres, le cortisol étant une hormone qui favorise l’accumulation de tissus adipeux. Si, donc, votre compagne ou votre compagnon trouve que vous avez grossi, vous pouvez lui dire que c’est un peu de sa faute : parce qu’elle, ou parce qu’il fait trop de bruit !

On trouve aussi ce matin de très nombreux articles qui parlent des vacances

Un dossier dans le JDD sur les festivals musicaux de l’été. Dans L’INDEPENDANT CATALAN, gros plan sur les deux grandes expos de la région, à Céret et à Perpignan : « Dali et Picasso, les hommes de l’été », titre le quotidien. De son côté, LA REPUBLIQUE DU CENTRE s’intéresse aux difficultés de recrutement des surveillants de baignade dans les communes qui ne sont pas situées près de la mer. Et MIDI LIBRE propose pour sa part un dossier sur les crèmes solaires. Ainsi que s’en alarme l’UFC-Que choisir, on trouve toujours en vente des crèmes qui ne sont plus aux normes. Soyez donc vigilants quand vous préparerez la valise.

Et puis, puisqu’on parle vacances, et que dès le weekend prochain, nous passerons en grille d’été, je me suis dit que c’était sans doute le moment, Patricia Martin, de faire un petit bilan chiffré des 49 années que vous avez passées aux manettes de la matinale – je crois que vous n’aviez pas envie d’arriver à 50. Et cette semaine, j’ai donc réécouté l’ensemble de vos intervention à l’antenne – 49 années d’émission, ce qui m’a permis d’établir des constats très révélateurs de votre personnalité. Enfin, à dire vrai, je ne sais pas vraiment ce que tout cela révèle. Mais bon, je vous livre les chiffres.

Sachez donc qu’en 49 ans, vous avez posé 202.700 questions, mais obtenu seulement 800 réponses. Vous avez donné 16.913 conseils littéraires, 402 conseils culinaires, 3 conseils capillaires. J’ai par ailleurs relevé près de 80.000 sourires, une centaine de fous-rires et une bonne dizaine de lapsus. Plus de 250 allusions viticoles et plus de 350 allusions grivoises. Et 49 amants – là aussi, je crois que vous n’aviez pas envie d’arriver à 50. Sachez également que vous avez dit 14 fois le mot « charrette », 23 fois le mot « croquette », 32 fois le mot « chouquette », 40 fois le mot « embrayage », 50 fois le mot « caillou » et 160 fois le mot « pingouin » ! Vous avez lancé 492.000 disques et donné 3 millions 743.000 fois l’heure. Enfin, vous avez prononcé, si mes calculs sont bons, plus d’un milliard de mots d’amour. Sincèrement, je crois que c’est un record.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.